Rechercher
Rechercher

Communautés

L’évêque maronite Élias Nassar écarté du diocèse de Saïda

Mgr Élias Nassar, évêque maronite de Saïda. Photo d’archives

Apparemment en conflit avec une partie de ses fidèles, des prêtres de son diocèse et le siège patriarcal lui-même, l'évêque maronite de Saïda, Élias Nassar, a annoncé hier soir qu'il se pliera à la décision du pape François de l'en éloigner à partir d'aujourd'hui (25 janvier) et de le nommer visiteur apostolique en Europe. Il s'est plaint toutefois de n'avoir pas pu se défendre des accusations lancées contre lui et de n'avoir pu s'en expliquer personnellement devant le Saint-Père.

La décision d'écarter Mgr Nassar, précise-t-on, a été prise par la Congrégation pour les Églises orientales, en coordination avec le siège patriarcal de Bkerké. Elle avait été notifiée la semaine dernière à l'évêque, par le nonce apostolique. Mgr Élias Nassar, qui s'exprimait dans le cadre d'une conférence de presse tenue au siège de l'évêché, a tenu à préciser devant une foule de fidèles mécontente de la décision romaine que la mesure d'éloignement est « de nature purement administrative » et n'est liée « à aucune décision prise selon les règles ».

Dans sa conférence de presse, Mgr Nassar a confirmé qu'il était rentré de Rome le jour même, sans avoir pu voir le pape, auprès duquel il désirait plaider de vive voix son dossier. Il a affirmé qu'à de nombreux signes qui lui sont parvenus au cours de l'année écoulée, il était convaincu qu'il existe « un plan préétabli » visant à l'empêcher de rencontrer le pape. Et de préciser que c'est l'une des raisons pour lesquelles il tenait sa conférence de presse, personne ne pouvant l'empêcher de dire ce qu'il croit être, en conscience, la vérité, sur la mesure sans précédent qui le frappe.

 

(Pour mémoire : L’évêque maronite de Saïda suspendu de ses fonctions)

 

Selon Mgr Nassar, « tout au long de l'année écoulée, l'opinion a été préparée à la décision d'éloignement qui vient d'être prise et qui est clairement endossée par le patriarche maronite ». « C'est pourquoi, a-t-il expliqué, je parle d'une mesure (administrative) qui n'est pas prise selon les règles et affirme que je suis empêché de me défendre. »
« Tout le monde convient que mon dossier est propre, et qu'il n'y figure ni crimes ni pratiques justifiant un jugement de l'Église à (son) encontre », a conclu sur ce point Mgr Nassar.On sait en particulier qu'il y a un an, l'archevêque maronite de Beyrouth, Mgr Boulos Matar, avait été chargé de superviser les décisions administratives de Mgr Nassar.

« Une décision injuste »
Aux reproches qui lui sont adressés, Mgr Nassar a répondu dans sa conférence de presse : « Mes positions politiques ont été exploitées par certaines personnes lésées ou d'influence qui ont mené une campagne diffamatoire pour déformer mon image aux yeux de l'opinion, me nuire et nuire à l'évêché. » L'évêque a relevé que ses détracteurs lui reprochent d'avoir lancé des projets résidentiels à Jezzine (96 logements), Rmeilé (42 logements) et Deir el-Qamar (69 logements). Et de préciser que « des pressions ont été exercées par des parties politiques et ecclésiastiques », pour amener les banques qui lui ont fait crédit à se rétracter, et même pour persuader près de 120 acquéreurs éventuels à renoncer à leurs projets. Mgr Nassar a promis toutefois aux deux banques qui ont déjà investi dans les projets de Jezzine et Rmeilé qu'il honorera ses engagements, achèvera ces projets et livrera aux souscripteurs leurs appartements, « conformément aux contrats signés ».
Et l'évêque de conclure : « J'obéirai à la décision du pape François qui m'enjoint de me retirer de mon diocèse, même si je la trouve injuste. »


Apparemment en conflit avec une partie de ses fidèles, des prêtres de son diocèse et le siège patriarcal lui-même, l'évêque maronite de Saïda, Élias Nassar, a annoncé hier soir qu'il se pliera à la décision du pape François de l'en éloigner à partir d'aujourd'hui (25 janvier) et de le nommer visiteur apostolique en Europe. Il s'est plaint toutefois de n'avoir pas pu se...

commentaires (6)

Pire que la "Loge P2", certains de ces "ecclésiastiques" Syriaco-maronitiques !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

16 h 35, le 25 janvier 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Pire que la "Loge P2", certains de ces "ecclésiastiques" Syriaco-maronitiques !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    16 h 35, le 25 janvier 2017

  • Un véritable "moine".... Businessman, ce type maronite ! Really !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    14 h 52, le 25 janvier 2017

  • Depuis quand un évêque...même maronite...peut-il lancer des projets résidentiels...? Nos chefs d'église locaux...seraient-ils aussi contaminés par la soif des dollars ? Mais où va donc notre société...civile et religieuse ? On croit rêver ! Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 34, le 25 janvier 2017

  • du rififi chez les curés......

    Tabet Karim

    09 h 51, le 25 janvier 2017

  • Pourquoi l'article ne dit pas ce qui lui reproché? Sans cette indication, l'article est incompréhensible !

    Marionet

    08 h 35, le 25 janvier 2017

  • L'archeveque nassar a tout le droit de rencontrer les responsables au vatican pour se defendre

    Mounir Sader

    07 h 09, le 25 janvier 2017