Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Frangié fait état d'un accord sur le ministère des Travaux publics

"Si le chef de l'Etat veut entrer en conflit avec nous, nous accepterons la confrontation, s'il veut que nous soyons amis nous le serons", déclare le chef des Marada.

Le chef des Marada, Sleiman Frangié (à droite), serrant la main au patriarche maronite, Béchara Raï, qui l'a reçu à Bkerké, le 12 décembre 2016. Photo Ani

Le leader maronite libanais Sleiman Frangié a déclaré lundi qu'il était prêt à rencontrer le chef de l'Etat, Michel Aoun, si ce dernier l'invite au palais de Baabda, annonçant par ailleurs qu'un accord a été conclu avec le président de la Chambre, Nabih Berry, sur l'attribution du ministère des Travaux publics et des Transports.

Le chef des Marada a entamé sa journée par une visite au siège patriarcal maronite, où il s'est entretenu avec le chef de l'Eglise maronite, Mgr Béchara Raï. "Nous sommes prêts à rencontrer le président de la République dans les circonstances que Mgr Raï estime adéquates, a déclaré M. Frangié. Si quelqu'un souhaite m'inviter (au palais de Baabda), qu'il me contacte", a néanmoins ajouté le chef des Marada. "Si M. Aoun veut entrer en confrontation avec nous, nous accepterons la confrontation, s'il veut que nous soyons amis, nous le serons", a poursuivi M. Frangié.

"Lorsque M. Aoun a été élu, nous avons dit que notre ligne politique a gagné, a rappelé le chef des Marada. Nous contestons uniquement la manière dont nous sommes traités, comme si nous étions punis", a-t-il néanmoins ajouté, en référence aux négociations sur la répartition des portefeuilles ministériels au sein du prochain gouvernement que le Premier ministre désigné Saad Hariri tente de former.

Et M. Frangié de poursuivre : "Nous considérons que nombreux sont ceux qui veulent nuire à notre relation avec le chef de l'Etat. Nous ne sommes pas contents du désaccord entre nous, les circonstances nous ont menés à cette situation. Mais je fais confiance au patriarche qui pourra résoudre la crise".

Concernant la formation du gouvernement, Sleiman Frangié a affirmé que "les choses vont se régler".

 

(Pour mémoire : On se rapproche de l'heure « H » ; Hariri joue l'optimisme)

 

"Tous les dossiers sont résolus"
En milieu d'après-midi, M. Frangié s'est rendu à Aïn el-Tiné, où il a été reçu par Nabih Berry.

"Avec le président Berry, tous les dossiers sont résolus", a déclaré le chef des Marada. M. Berry a proposé "une sorte d'arrangement incluant le ministère des Travaux publics et des Transports et celui de l'Éducation, et on se dirige vers un dénouement. Il a proposé de nous accorder le ministère des Travaux publics et nous l'en remercions", a ajouté M. Frangié, faisant savoir que son candidat à ce poste est Youssef Fenianos. Le chef des Marada a dans ce contexte souhaité que le président de la République fasse preuve "d'ouverture".

Ce marché pourrait avoir lieu dans le cas où le ministère des TP est accordé au chef du Parlement. Ce dernier pourrait très probablement garder la main sur le ministère des Finances qui est dirigé par Ali Hassan Khalil, membre du mouvement Amal, dirigé par le président Berry. Selon la Constitution, c'est le Premier ministre désigné qui, en concertation avec le chef de l'Etat, forme le gouvernement. Mais le président de la Chambre est de facto associé à la formation du prochain cabinet.

"Il reste à trouver une solution au ministère qui sera la contrepartie de celui des Travaux publics et des Transports", a déclaré M. Frangié. Et de conclure : "En ce qui nous concerne, nous avons obtenu nos droits de la part du président Berry et du Premier ministre désigné, Saad Hariri. Et nous soutenons M. Berry dans ses demandes, quelles qu'elles soient".

Ces visites interviennent alors que la formation du gouvernement semble suspendue à un bras de fer opposant le chef des Forces libanaises, Samir Geagea et le président libanais Michel Aoun d'une part, au président du Parlement Nabih Berry, négociant au nom du tandem chiite composé du mouvement Amal qu'il dirige et du Hezbollah, d'autre part. Des spéculations sur un déblocage prochain dans la formation du cabinet se sont toutefois multipliées ces derniers jours, parallèlement à des informations sur un resserrement des rangs au sein du camp du 8 Mars, notamment entre le Hezbollah, Amal, les Marada de M. Frangié et le Courant patriotique libre, fondé par Michel Aoun.

 

Pour mémoire

Nasrallah appelle à une formation du gouvernement « le plus rapidement possible »

Le spectre des législatives hante la classe politique

Frangié attend l'appel de Aoun

La réconciliation FL-Hezbollah est-elle possible ?

Le leader maronite libanais Sleiman Frangié a déclaré lundi qu'il était prêt à rencontrer le chef de l'Etat, Michel Aoun, si ce dernier l'invite au palais de Baabda, annonçant par ailleurs qu'un accord a été conclu avec le président de la Chambre, Nabih Berry, sur l'attribution du ministère des Travaux publics et des Transports.
Le chef des Marada a entamé sa journée par une visite...
commentaires (2)

LA LATTA ET LA BATTA... APPROFONDISSEZ ET ELARGISSEZ LES POCHES ET L,ESTOMAC... COMME TOUS LES AUTRES... ET LES MOUTONS SUIVENT ET BELENT !

LA LIBRE EXPRESSION

18 h 28, le 12 décembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • LA LATTA ET LA BATTA... APPROFONDISSEZ ET ELARGISSEZ LES POCHES ET L,ESTOMAC... COMME TOUS LES AUTRES... ET LES MOUTONS SUIVENT ET BELENT !

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 28, le 12 décembre 2016

  • Les magnétismes contraires s'attirent, tandis que les magnétismes du même pôle se repoussent . C'est le principe de l'aimant qui dirige la boussole démagnétisée par des forces extra territoriales. Loooollll.....

    FRIK-A-FRAK

    17 h 21, le 12 décembre 2016

Retour en haut