X

Culture

Le Salon du livre arabe de Beyrouth : 60 ans de livres et de rencontres

Événement

Coup d'envoi, hier au Biel, de l'exposition qui se tient jusqu'au 14 décembre.

02/12/2016

Soixante ans qu'il brandit la culture face à la sottise et à l'ignorance. Soixante ans qu'il regroupe, sous son chapiteau, les intellos de gauche et de droite, les Beyrouthins de l'Est et de l'Ouest, les amateurs d'ouvrages de cuisine et d'astrologie et ceux de poésie éthérée ou de brûlots engagés. Romanciers, dramaturges, penseurs, journalistes, taquineurs de muse, conférenciers s'y retrouvent autour des parutions locales ou régionales, des traductions aussi qui se taillent une bonne part du lectorat ces derniers temps.

D'abord intitulé Expo du livre arabe, devenu par la suite Salon international du livre arabe de Beyrouth, l'évènement immuable (on l'espère pour longtemps encore) qui a résisté aux pires années de la guerre a eu bien évidemment ses jours de grands fastes comme ses années grises de disette. Il s'est attiré les critiques comme les louanges de ses visiteurs. Quoi qu'il en soit, il reste à sa soixantième année, une manifestation culturelle unificatrice.

Organisé conjointement par le Club culturel arabe et le syndicat de l'Union des éditeurs, ce Salon accueille en 2016 180 maisons d'édition libanaises et 75 arabes, ainsi que quatre pays de la région (Koweït, sultanat de Oman, Palestine et du Liban) – et l'on remarquera l'absence des émirats du Golfe, depuis quelques années déjà, pour des raisons de sécurité semble-t-il – sans oublier les nombreuses associations culturelles locales et internationales et quatre universités du Liban.

 

(Pour mémoire : L’art, question de (sur)vie ou de mort ?)

 

Signatures, rencontres avec les auteurs et conférences, sur des thèmes concernant la pédagogie, la philosophie, l'histoire, la littérature, la politique et autres sont prévus au programme des activités parallèles.
À signaler également une exposition d'arts figuratifs dans le hall mitoyen aux salles de conférences situées au sous-sol.

À ne pas rater non plus un concert de Cedar Zaytoun qui interprète des poèmes de Samih el-Qassim, accompagné d'un orchestre dirigé par maestro Ihsan el-Mounzer (vendredi 9 décembre, à 18h).
Parmi les évènements phares: une conférence, cet après-midi à 18h, sur les 150 ans de l'Université américaine de Beyrouth, avec Nadia el-Cheikh, Bilal Orfali et Soulayman Bocti ; une lecture dramatique de sept romans par Caroline Hatem, Omar Jabai et Dana Mikhaël (dimanche 4 décembre à 16h30) ; une conférence sur le dialogue en arabe entre l'enseignant et l'élève, avec Maha Jarjour, Noha el-Moussaoui, Ghazi Yammout, Kamel Farhan Saleh et Patrick Rizkallah (mardi 6 décemebre à 12h) ; un hommage au Centre Saint Jude de cancérologie infantile avec le ministre de la Santé Wael Abou Faour, Mohammad Sayegh, Nora Joumblatt et Faycal el-Kak (mardi 6 décembre à 18h), et « Hakawati Beyrouth, par Imad el-Wazan, le mercredi 14 décembre à 18h.

Parmi les ouvrages présentés par leurs auteurs signalons ceux de Layla Ali (samedi 3 décembre à 16h30), de Mohammad Chayya (samedi 3 décembre à 19h30), de Hani Fahs (sur l'amour et la guerre, mercredi 7 décembre à 16h30). Sans oublier les signatures des auteurs présents au Salon: Abbas Beydoun (mercredi 7 décembre à 18h), de Abdo Wazen (dimanche 4 décembre à 17h30), de Maxime Chaaya (samedi 3 décembre à 17h30), de Mazen Haïdar (dimanche 4 décembre à 17h), de Zinab Merhi (vendredi 9 décembre à 18h), de David Chaanine (mercredi 7 décembre à 18h)...

 

 

Lire aussi

Une bibliothèque ambulante enchante les écoliers au Biel

« Bi Tassarrof », ou l'art à la rescousse du livre...

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

La pédagogie, la philosophie, l'histoire, la littérature se portent bien sauf la politique libanaise super mauvaise .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des législatives internes et des enjeux externes

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Douze à l’heure

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.