Rechercher
Rechercher

Crise des déchets

La justice ordonne l’arrêt des travaux à Bourj Hammoud

En dépit de la décision du juge des référés de Jdeidé, Akram Chéhayeb reste attaché à son plan.

Le juge des référés à Jdeidé, Ralph Karkabi, a ordonné hier l'arrêt des travaux de la compagnie Khoury Contracting entrepris sur le site de la décharge de Bourj Hammoud. Les raisons de cette décision n'ont pas été dévoilées à ce stade.
L'entreprise de Dany Khoury avait remporté l'appel d'offres lancé par le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) pour construire une digue marine, traiter la montagne de déchets et mettre en place une décharge sanitaire côtière temporaire à Bourj Hammoud.

Interrogé à ce sujet par L'Orient-Le Jour, le ministre sortant de l'Agriculture et chargé du dossier des déchets, Akram Chehayeb, affirme être déterminé à appliquer le plan qu'il avait élaboré et fait adopter par le gouvernement le 12 mars. « Le plus important pour moi reste la santé des gens, et c'est de celle-ci que le juge devrait se soucier », souligne M. Chehayeb, avant d'assurer que « l'entrepreneur Dany Khoury effectue sa mission avec la plus grande précision et sous contrôle du ministère ». Selon Akram Chehayeb, la décision ne fera pas rebondir la crise des déchets, « puisque nous continuerons à appliquer le plan gouvernemental, au moins jusqu'à la formation du nouveau cabinet ». Le ministre sortant de l'Agriculture affirme qu'il attendra de connaître la teneur du texte de la décision du juge Karkabi avant de prendre les mesures adéquates à ce sujet.

 

(Pour mémoire : Les ordures dans les rues, l'arme du chantage)

 

De leur côté, les Kataëb semblent satisfaits de cette décision, qui a « rendu justice aux Libanais ». Des militants du parti avaient effectué, en août dernier, un sit-in à la porte de la décharge de Bourj Hammoud pour s'opposer à ce qu'ils avaient appelé « une catastrophe écologique et sanitaire ».

Joint par L'OLJ, Albert Costanian, conseiller du chef du parti, Samy Gemayel, rappelle que sa formation a « longtemps mis en garde contre les effets néfastes des déchets toxiques et non triés émis par cette décharge, et contre une éventuelle défiguration de la côte du Metn ». « Aujourd'hui, le pouvoir judiciaire a rendu enfin justice aux Libanais, en faisant arrêter les travaux à Bourj Hammoud », souligne-t-il.

Interrogé sur un éventuel rebondissement de la crise des déchets, Albert Costanian estime que « cela s'inscrirait dans le cadre d'un chantage contre les citoyens ». « Les autorités ont plusieurs solutions provisoires qu'elles peuvent appliquer en attendant que les municipalités soient fin prêtes à se charger de ce dossier, conformément à un plan à long terme principalement axé sur la décentralisation », souligne-t-il. « Les Libanais sont aujourd'hui dans une nouvelle phase. Nous confions ce dossier au prochain gouvernement et nous adopterons une attitude positive », conclut-il.

 

Pour mémoire

Des ouvriers de Sukleen en grève, les ordures s’amoncellent...

Appel d’offres de la collecte : Sukleen écartée au profit de Soriko

« Les solutions temporaires ne mettront pas fin à la crise des déchets »

Jugerons-nous un jour nos responsables pour tant d’imprévoyance criminelle ?

Déchets : encore et toujours des palliatifs, en attendant la prochaine crise

 

Voir aussi
"Nos poubelles sont plus propres que nos politiciens !" : paroles de Libanais excédés

 

Repère
Liban : retour sur un an de crise des déchets


Le juge des référés à Jdeidé, Ralph Karkabi, a ordonné hier l'arrêt des travaux de la compagnie Khoury Contracting entrepris sur le site de la décharge de Bourj Hammoud. Les raisons de cette décision n'ont pas été dévoilées à ce stade.
L'entreprise de Dany Khoury avait remporté l'appel d'offres lancé par le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) pour...

commentaires (0)

Commentaires (0)