X

À La Une

Michel Aoun prête serment : Celui qui s'adresse à vous est le président que vous avez choisi

Liban

Le nouveau président promet de renforcer l'armée libanaise, de défendre la neutralité du Liban par rapport aux conflits voisins et de résoudre la crise des réfugiés syriens.

OLJ
31/10/2016

Le fondateur du Courant patriotique libre, Michel Aoun, élu lundi 13e président de la République lors d'une 46e séance électorale avec 83 voix sur 127 au second tour, a prêté serment et donné son discours d'investiture au sein du Parlement en présence de tous les députés.

Durant son allocution, le général Aoun a affirmé vouloir renforcer l'armée libanaise et résoudre la crise des réfugiés syriens, promettant d'apporter transparence et réforme au sein des institutions étatiques et d'améliorer la situation économique et sociale du pays. Il a également affirmé vouloir préserver la neutralité du Liban vis-à-vis des conflits qui enflamment la région.

« Je jure devant Dieu de respecter la Constitution libanaise et de préserver l'indépendance et l'intégrité du territoire libanais », a déclaré le président Aoun, en début d'investiture.
« Je m'étais promis de me suffire du serment présidentiel si j'étais élu chef de l'Etat. (...) Mais le déséquilibre politique et la vacance à la présidence m'ont poussé à m'adresser au peuple libanais qui a toujours été au rendez-vous et qui a été un rempart (...). Celui qui s'adresse à vous aujourd’hui est le président que vous avez choisi, celui qui a lutté par le passé. (...), un président qui va assurer la stabilité à laquelle aspirent les Libanais », a déclaré Michel Aoun.
« Le premier pas vers la stabilité est celui de la stabilité politique, par le respect des lois, du Pacte national et de la Constitution. Dans ce contexte, il faut appliquer tout le Pacte national sans modifications », a-t-il ajouté.

 

(Biographie : De l'armée à la présidence de la République, le parcours de Michel Aoun en images)

 

« L'union nationale est primordiale »
Et de poursuivre : « Il faut voter une loi électorale qui assure une représentativité juste, avant la date des prochaines législatives » prévues en juin. « L'union nationale est primordiale et nous sommes conscients des défis qui nous attendent et auxquels nous devons faire face, en respectant l'autre et ses croyances. C'est de la sorte que nous empêchons la discorde.

Michel Aoun a également affirmé vouloir défendre la neutralité du Liban. "Le Liban est épargné jusqu'à présent par les incendies qui consument la région, et notre priorité est d'empêcher qu'une étincelle atteigne (le pays). Il est donc nécessaire d'éloigner le Liban des conflits régionaux", a-t-il déclaré, en allusion à la guerre qui ravage la Syrie voisine depuis 2011.

"Quant à la lutte contre Israël, nous ne ménagerons pas nos efforts ou notre résistance afin de libérer tout notre territoire de l'ennemi qui nous envie toujours pour nos ressources. Nous ferons face au terrorisme jusqu'à en venir à bout. Nous devons également assurer le retour rapide des réfugiés syriens, en tâchant que les campements ne se transforment en des îlots d'insécurité, et ce en coopération avec l'Onu. Il ne peut y avoir de solution en Syrie sans retour des déplacés syriens. (...) ».

 

(Infographie :  Les 13 présidents de la République libanaise, en infographie)

 

Sur le plan interne, le président Aoun a estimé que « la stabilité sécuritaire se fait lorsqu'il y a coopération entre les services de sécurité et la Justice. Celle-ci doit être indépendante des pressions ». Et de souligner : « Renforcer l'armée sera ma priorité afin que l'institution puisse mettre un terme à toute menace contre notre territoire ».

Sur le plan social, économique, financier, environnemental et éducatif, le nouveau chef de l'Etat a estimé que « le pays passe par une crise, pour des raisons internes et externes. Nous devons adopter des réformes afin de changer cette donne, (...) car nous ne pouvons continuer sans un plan économique global. Et nous ne pouvons pas construire d'Etat sans société civile. Quant à la décentralisation administrative, elle doit être au centre de nos intérêts. Ces réformes sociales et économiques ne peuvent aboutir sans transparence, notamment en votant des lois anti-corruption pour renforcer le contrôle » du travail des institutions. Et de conclure : « Le Président doit être garant de la sécurité et de la sérénité ».

 

Diaporama
Le Liban a un président : la journée en images

 

Lire aussi
Cher Nassib Lahoud..., l'édito de Ziyad Makhoul

Pas de grands vainqueurs, pas de grands vaincus, l'article de Fady Noun

Aoun de retour à Baabda, 26 ans plus tard, l'article de Khalil Fleyhane

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Le Président qui s'adresse à vous, est le président qu'on a nommé à votre place pour vous.

Gebran Eid

SON PREMIER CHEVAL DE BATAILLE C'EST LA CORRUPTION. L'ABU DE POUVOIR C'EST UNE CORRUPTION ENCORE PLUS GRAVE. ON VERRA LE NOMBRE DES MEMBRES DE SA FAMILLE MINISTRABLES OU POUR DES POSTES SENSIBLES DE PLEIN POUVOIR. ÇA C'EST DU CÔTÉ DE LA CORRUPTION. DU CÔTÉ DE L'INDÉPENDANCE DU LIBAN VIS À VIS DES PAYS QUI NOUS ENTOURENT, ÇA C'EST UNE AUTRE BLAGUE, SACHANT QUE LUI N'EST QU'UN PION ENTRE LES MAINS DE L'IRAN VIA LE HEZBOLLAH ET SON RÔLE SE LIMITE À EXÉCUTER LES ORDRES À LA LETTRE ET EN SILENCE. UN SEUL FAUX PAS, BONJOUR LES DÉGAS. ENFIN LES DISCOURS ET LES BELLES PAROLES FRAICHES NE SONT QUE DES PIPOS. ON VERRA BIEN....WAIT AND SEE.

otayek rene

Beau programme même s'il est vague à souhait. Mais il faut que le Président élu sache qu'il n'y aura pas d'état de grâce: les échéances sont proches et les attentes des Libanais sont grandes.Il sera jugé sur ses actes.

Yves Prevost

"renforcer l'armée libanaise"
"respect des lois, du Pacte national et de la Constitution"
"une politique étrangère indépendante"
faire "face au terrorisme"
Voilà un programme que l'on ne peut qu'approuver, mais il constitue une véritable déclaration de guerre au Hezbollah!

Yves Prevost

"libérer tout notre territoire de l'ennemi" De quels territoires parle-t-il?
Ghajar? La moitié du village est, certes, libanaise, mais ce sont les habitants qui ne veulent pas qu'elle retourne dans le giron de la patrie.
Chebaa? Tant que la Syrie refuse un traité avec le Liban, le village est considéré comme syrien et il ne sert à rien d’œuvrer à en chasser Israël si c'est pour que la Syrie s'en empare.
Il ne reste donc plus que les empiétements syriens tout le long de notre frontière Est. Aoun aurait-il donc l'intention de rééditer le coup de 89 et déclarer une nouvelle guerre à la Syrie?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FELICITATION AU GENERALISSIME NOUVEAU CHEF DE L,ETAT ... J,AI TROP APPRECIE SON DISCOURS UNIQUEMENT NATIONAL... PAS DE PLACE POUR AUTRE CHOSE... LE LIBAN CHANGE DES AUJOURD,HUI ET VA VERS L,ETAT ET LES INSTITUTIONS ET LA LEGALITE EXCLUSIVEMENT...

Ana Lebnene, Lebnene ou bess

Mabrook pour le Liban. Il n'y a rien de plus interessant a observer que le passage de l'opposition au pouvoir. Fini les "y'a qu'a, faut que" maintenant il faut agir pour le bien de tous, pour le bien du Liban.
Les actes restent et les paroles s'evaporent vite tout comme les alliances contre nature ... le moment de verite est arrive.
Michel Aoun a UNE chance unique de marquer l'histoire de son pays. Que Dieu lui donne vie, lui ouvre les yeux (a la misere de son peuple), lui bouche les oreilles (aux conseils interesses) et lui ferme la poche (a l'argent facile).
Vive Le Liban des Libanais.

FAKHOURI

En votant des lois anti corruptions !!!!
Il va avoir à faire avec le Hezbollah !!!!
Le baratin anesthésiant commence

Le Faucon Pèlerin

Parmi les députés qui ont voté pour l'élection de Michel Aoun, un certain Issam Samaha. D'après les journaux, Issam Samaha, député de Jezzine du groupe aouniste, avait quitté le Liban définitivement depuis 2009 et ne réside plus au Liban depuis cette date. En dépit de cette absence depuis sept ans, l'Etat lui paye ses rénumérations de député au parlement libanais.
Je souhaite que Michel Aoun, procède à la récupération immédiate des sommes encaissées indûment par son ami Issam Samaha et ce, afin de renflouer les caisses vides de l'Etat.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué