Rechercher
Rechercher

Liban - La situation

Pour Hariri, il ne faut pas s’y méprendre : Le Liban ne peut durer sans président

La nouvelle dynamique de déblocage initiée par le chef du courant du Futur Saad Hariri a eu pour premier effet de créer des remous – ponctuels – dans le camp du 8 Mars. Le Courant patriotique libre (CPL) a tenté de retrouver à mi-chemin le président de la Chambre, Nabih Berry, sur la question du package deal, en lui proposant un entretien franc autour de certaines garanties ou réassurances qui pourraient lui valoir l'appui de ce dernier. En vain. Certains visiteurs de Aïn el-Tiné ont été jusqu'à rapporter à L'Orient-Le Jour que « le caractère imprévisible » du leader chrétien serait, pour M. Berry, un argument supplémentaire en faveur du package deal.

L'on assiste donc à un retour au statu quo des candidatures au sein du 8 Mars : l'appui du Hezbollah à Michel Aoun sans Amal et l'appui de ce dernier à Sleiman Frangié sans le Hezbollah.
Et pour accompagner ce retour sans devoir se justifier à l'égard de son candidat, il aura suffi pour le Hezbollah de se dire « embarrassé » par les querelles entre ses deux alliés, à savoir MM. Berry et Aoun, dont il dit avoir tenté de rapprocher les points de vue.
Cette position sous-entend ce dont toutes les parties politiques sont conscientes du reste, à savoir qu'aucune initiative de déblocage ne serait à même d'embarrasser tactiquement le Hezbollah au point de l'inciter à débloquer le scrutin présidentiel : ni l'appui des Forces libanaises (FL) à Michel Aoun ni la disposition du courant du Futur à soutenir ce dernier (les milieux proches du Hezbollah persistent à dire d'ailleurs que cette disposition déclarée n'a toujours pas été vérifiée dans les faits).
En outre, depuis le début des veillées de la Achoura, s'il arrive que des responsables du parti chiite évoquent le Liban, c'est pour lier expressément sa situation actuelle aux développements régionaux et souligner que « le Liban doit aujourd'hui son existence au Hezbollah » (selon les termes de Naïm Kassem, numéro deux du parti).

 

(Lire aussi : Un compromis qui ouvre les appétits, le décryptage de Scarlett Haddad)

 

Pourtant, la récente initiative de Saad Hariri est motivée par son souci d'éviter toute confrontation ouverte avec le Hezbollah, ce qui exclut d'emblée toute velléité de l'embarrasser sur la présidentielle, comme l'expliquent à L'OLJ des milieux proches du courant du Futur. « Le seul objectif de l'initiative de Saad Hariri est d'assurer coûte que coûte l'élection d'un président », disent-ils.
Ils s'abstiennent d'endosser formellement l'avis selon lequel le Hezbollah œuvrerait activement pour le maintien du blocage. « Ce dont nous sommes sûrs, c'est le refus jusqu'à nouvel ordre par le Hezbollah d'appuyer la candidature de Sleiman Frangié. Pour ce qui est de l'option Aoun, le nœud semble se situer chez Nabih Berry, pas chez le Hezbollah, même si Samir Geagea (président des FL, NDLR) est certain que le président de la Chambre assure une couverture au Hezbollah », précisent-ils, laissant entendre que rien n'est définitivement joué.

Au ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui lui aurait assuré, lors de leur dernière rencontre à Moscou, que « la Russie est disposée à soutenir tout accord approuvé par les différentes parties libanaises », Saad Hariri aurait répondu qu'on n'en est pas « encore » là...
Il tenterait encore d'obtenir un accord autour de l'une des deux candidatures actuelles du 8 Mars, précisément Michel Aoun, « avec lequel un accord est en cours de négociation », assurent ces milieux. Ils démentent toutefois que cette entente porte sur des détails liés à l'exécutif (la répartition des portefeuilles, ou encore la consécration d'un tiers de blocage, comme l'aurait rapporté Nabih Berry à ses visiteurs). « Nos pourparlers ne portent sur aucun package deal, lequel est une idée propre au président de la Chambre, mais s'articulent sur des idées de politique générale : l'engagement à ne pas toucher à Taëf, la relance de l'économie et des institutions sur le modèle libéral haririen, et une dissociation minimale du Liban à l'égard de la crise syrienne », rapportent les mêmes milieux.

Hier, le député Ibrahim Kanaan, délégué par Michel Aoun à Meerab, a annoncé avec optimisme « une opportunité historique fédérant le CPL, le Hezbollah, le courant du Futur et les FL, et bientôt le reste des parties ». Des milieux médiatiques proches des FL plaidaient eux aussi hier pour « un accord à cinq » sur l'étape à venir, incluant également le Parti socialiste progressiste.

 

(Lire aussi : Kanaan, à Meerab, refuse de soumettre l'élection d'un président à des conditions préalables)

 

Plus réalistes, les milieux du courant du Futur assurent à L'OLJ que « les efforts de Saad Hariri sont très sérieux, se poursuivent et apporteront du nouveau ». En effet, l'ancien Premier ministre serait fermement convaincu que « le Liban ne peut pas durer sans président. Il existe des craintes très sérieuses d'un effondrement prochain du pays », ajoutent-ils. Des craintes partagées par les évêques dans le communiqué publié à l'issue de leur réunion hebdomadaire hier. « La position du patriarche, relayée par les évêques, rejoint notre position sur la primauté de la présidentielle sur toute autre solution et sur l'impératif d'un retour à l'esprit des textes », disent ces milieux. Saad Hariri, qui a soutenu l'appel de Bkerké, prévoit ainsi de se rendre incessamment à Bkerké et à Dar el-Fatwa.

Mais alors que les milieux interrogés confirment la rencontre récente de Saad Hariri à Riyad avec le vice-prince héritier Mohammad ben Salmane, préalablement à son passage à Moscou, ils s'abstiennent toutefois d'en rapporter la teneur. « Il n'est pas sûr que la rencontre à Riyad ait porté sur la présidentielle », se contentent-ils de dire.

Du reste, le scepticisme exprimé par certains diplomates au Liban sur la possibilité d'un déblocage prochain renforce les chances de la troisième option que Saad Hariri garderait ouverte, en cas d'échec des options Frangié et Aoun : « Celle de dire qu'il a tout essayé » et qu'il se désiste désormais de la charge qu'il s'est lui-même imposée de sauver le pays de l'effondrement...
En attendant, le Conseil des ministres devrait se réunir aujourd'hui en présence des ministres du Hezbollah, en dépit du boycottage aouniste : un retour à la normalisation du vide ?

 

Lire aussi

Le Hezbollah lie la situation au Liban aux crises régionales

Bkerké appelle les forces politiques à réactiver le « compromis politique » de Taëf


La nouvelle dynamique de déblocage initiée par le chef du courant du Futur Saad Hariri a eu pour premier effet de créer des remous – ponctuels – dans le camp du 8 Mars. Le Courant patriotique libre (CPL) a tenté de retrouver à mi-chemin le président de la Chambre, Nabih Berry, sur la question du package deal, en lui proposant un entretien franc autour de certaines garanties ou...

commentaires (7)

sans Hariri and Co. , le Liban peut très bien survivre....la preuve ..., après 30 ans des guerres des autres ...nous sommes toujours là...!

M.V.

17 h 26, le 06 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • sans Hariri and Co. , le Liban peut très bien survivre....la preuve ..., après 30 ans des guerres des autres ...nous sommes toujours là...!

    M.V.

    17 h 26, le 06 octobre 2016

  • Cela s'appeler de la politique et de la diplomatie l'Iran ne sera jamais le remplaçant de la Syrie au Liban !! Attendez et vous verrez

    Bery tus

    15 h 20, le 06 octobre 2016

  • "Le Liban doit aujourd'hui son existence au Hezbollah..." Comment le peuple libanais, le vrai, indépendant et patriote, accepte-t-il une telle arrogance ? Libanais, c'est vraiment ce que vous désirez: être gouvernés de l'Iran, par Hezbollah et Amal interposés...et être alors en confrontation permanente et directe avec Israël qui se croira alors autorisé de nous attaquer pour toutes les raisons imaginables ? Tout cela pour les beaux turbans de Téhéran ? Et que l'on ne vienne surtout pas nous chanter les louanges de la "Résistance et de sa puissance militaire" ! Nous, nous sommes Libanais, pas iraniens, ne l'oubliez jamais ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 06, le 06 octobre 2016

  • IL NE SAIT PLUS QUOI FAIRE CE CRACK EN POLITIQUE QUI S'APPELLE SAAD HARIRI. C'EST LE WINSTON CHURCHILL LIBANAIS. IL EST PRÊT À SE VENDRE À N'IMPORTE QUI ET ACCEPTER N'IMPORTE QUOI POUR SAUVER SA PEAU. LES SAOUDIENS NE TARDERONT PLUS À LE LACHER, VU SON INCAPACITÉ À EXÉCUTER LES ORDRES SUR LE TERRAIN. ACHRAF RIFI N'EST PAS À VENDRE HEUREUSEMENT UN MINCE ESPOIR EXISTE ENCORE POUR NOTRE LIBAN.

    Gebran Eid

    12 h 21, le 06 octobre 2016

  • ET HARIRI A PLEINE RAISON ! ET LE GENERAL AOUN A CHANGE PRATIQUEMENT DE CAMP ET LOUE MEME LA SAOUDITE... CAR LE COTEAU PLANTE DANS SON DOS SOUS FORME DE -SALLET- ATTESTE DES INTENTIONS HYPOCRITES ET PLUS QUE MALIGNES DE SES EX ALLIES...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    11 h 42, le 06 octobre 2016

  • Il viendra le jour où nous dirons HABEMUS PRAESIDAM. Cet élu sera celui que les résistants auront adoubé, il est connu comme étant le visionnaire du haut de son Phare , et comme on le dit depuis 2 ans et demi qu'il fallait que le marquis déchu de saad saisisse la seule main qui pourrait le sortir du marasme politico économique dans lequel il patauge , sa lenteur à réagir en nous faisant le tour du monde des comploteurs bensaoudo-occidentaux à fait qu'en plus d'accepter officiellement , haut et fort et à intelligible voix la candidature du Phare , il devra s'acquitter d'une pénalité de retard en acceptant le package deal tant hypocritement décrié, mais oh combien bénéfique pour le futur du pays .

    FRIK-A-FRAK

    10 h 04, le 06 octobre 2016

  • POUR CEUX DONT L,APPARTENANCE EST NATIONALE BIEN SUR... LES AUTRES CHERCHENT LA DESINTEGRATION COMPLETE DE L,ETAT QUI... DANS LES CERVEAUX MALADES ... PAVE LA VOIE A LA MAINMISE ET A UNE WILAYET AL FAKIH... MAIS EN FAIT CONDUIRAIT LE PAYS AUX ANNEES HONNIES QUE LE PEUPLE LIBANAIS VEUT OUBLIER ET N,Y RETOURNER PLUS...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    09 h 21, le 06 octobre 2016

Retour en haut