Génération Orient : #6 Blu Fiefer, chanteuse, 24 ans - Olivier Gasnier Duparc

Blu Fiefer

Génération Orient : #6 Blu Fiefer, chanteuse, 24 ans

Le selfie de Blu Fiefer

06/10/2016

Le 30 décembre 1992 naissait celle qui allait devenir Blu Fiefer en 2015. Née d'un père libanais et d'une mère mexicaine, elle grandit au Liban dans une douce atmosphère exotique. 1992 est aussi l'année du divorce de Charles et Diana, l'année de la signature du traité de Maastricht, l'année de l'ouverture d'Euro Disney, de la fermeture des Folies Bergère, et surtout l'année de l'apparition en France du premier téléphone portable. La coïncidence est notable car le téléphone portable, égérie de la communication 2.0, est l'outil le plus utilisé par celle qui est devenue l'artiste libanaise la plus connectée, la plus socialement contemporaine et la plus médiatiquement présente.

Blu montre ses premiers signes d'émancipation musicale à l'âge de 8 ans, pendant des vacances en Grèce, lorsqu'elle brave l'interdiction aux mineurs d'un karaoké pour y chanter du Shakira devant une foule conséquente. Sans peur. Et sans reproches des parents qui comprennent qu'ils ont mis au monde un être fait de volonté, d'énergie et de talent. À l'âge de 15 ans, elle décide de quitter l'école et d'aller étudier à Londres à l'ICMP (Institute of Contemporary Music Performance). Le challenge d'être de loin la plus jeune et d'être éloignée de la famille ne lui fait pas peur, car elle sait déjà ce qu'elle veut, et surtout, elle comprend ce qu'elle ne veut pas, c'est-à-dire tout ce qu'elle est en train d'apprendre à Londres. Le caractère se forge, se renforce, les certitudes apparaissent. Elle ne veut pas que chanter, elle veut raconter une histoire.
De retour au Liban un an plus tard, ayant arrêté l'école et n'ayant aucune envie de la reprendre, Blu devient chanteuse de mariages, essentiellement pour gagner sa vie, car elle n'y apprend rien. Pendant 2 ans donc, elle va chanter pour la bonne cause, mais aussi écrire ses propres morceaux. Et à l'âge de 18 ans, elle décide d'arrêter car elle veut se lancer dans une carrière solo. Très proche de ses parents, la précocité de sa carrière ne les effraie pas ; car les parents de Blu sont spéciaux : autant ils soutiennent moralement leur fille et lui apportent l'amour familial nécessaire, autant ils la laissent responsable de ses décisions, et elle doit assumer seule ses choix de carrière. Cette responsabilisation, très rare au Liban où l'enfant roi est surprotégé, permet à Blu de mieux appréhender et gérer sa carrière, ses choix artistiques et ses décisions stratégiques, et d'assumer son indépendance.

Hip-hop gothique

Et dans sa tête continue à se nourrir un processus créatif qui n'est pas encore mature, mais qui est en marche, parce que comme le maréchal Lyautey le disait, « la joie de l'âme est dans l'action ». Blu chante, danse, existe, fait des rencontres, crée. Et c'est en 2015 que la révélation se fait, que Blu se concrétise, que le personnage prend forme. À la suite d'une rupture amoureuse, Blu traîne son spleen entre boîtes de nuit et performances, et son manager et ami Wassim Haddad le lui fait remarquer, « you're feeling really blue these days », qui ne se traduit pas en français sans en changer le sens. Et comme la lumière, blue fut Blu.
Alors que musicalement, les portes ont toujours été ouvertes à toutes les influences, avec une base hip-hop persistante, c'est par sa personnalité que Blu va se définir ; comme David Bowie créait des personnages au gré de ses albums et de ses influences, Blu sera une femme changeante, contrastée, qui ne laissera pas l'opportunité aux gens de la définir, de la mettre dans une case. Aujourd'hui, de retour à Londres, Blu chante ce qu'elle définirait avec humour comme du hip-hop gothique, elle a déjà sorti un single, Jukebox, une mix-tape qu'on peut écouter gratuitement sur son SoundCloud, et ces sorties sont le prélude à son premier EP, coproduit avec Jana Saleh. Mais le morceau qui définit le mieux Blu Fiefer est Pursuit of Happiness, comme une explication de son parcours à venir, une éternelle poursuite du bonheur.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.