X

La Dernière

Mireille, cette femme sauvage...

Hot(on)line

Il y a un mois, personne n'avait entendu parler d'elle. Depuis que ses deux vidéo-clips ont été (re)postés sur Facebook, Mireille a créé la surprise et le buzz...

C.H. | OLJ
20/09/2016

Elle est apparue, sortant de la voiture puis de l'eau, cheveux au vent, en fredonnant, très sérieusement, d'une petite voix fluette pas vraiment sauvage, les paroles de la poétesse Thérèse Awad Basbous : « Je suis une femme sauvage, j'ignore tout, même mon âge, pour moi la vie est un mirage... » Elle est réapparue un an plus tard, marchant au bord d'un lac, en affirmant : « J'aime vivre comme les oiseaux, dormir sur l'horizon... » Les internautes, à la fois stupéfaits et amusés par ce côté Mlle Âge Tendre, s'en sont emparés pour partager les vidéo-clips, en y ajoutant commentaires et réactions, parfois aimables, d'autres fois ironiques ou carrément sarcastiques.


Les Libanais dans leur majorité ignoraient tout de Mireille, chanteuse du dimanche qui, avec le sourire, affiche une naïveté sincère et désarmante. Mireille Abi Nader s'est lancée dans la « variété » comme on se jette à l'eau, avec courage, les yeux fermés, sans mesurer les conséquences de ce saut, portée par sa seule envie de « faire quelque chose de différent ». Dans la vraie vie, elle a été enseignante de littérature française et travaille actuellement au Lycée Laure Moghaïzel à « organiser des activités extrascolaires, préparer des examens... Des choses stupides, à mon avis », précise-t-elle en riant. Puis, plus sérieusement : « La guerre a brisé ma vie. J'ai toujours voulu écrire, notamment à La Revue du Liban. Je suis restée en hibernation pendant 30 ans. Puis, à 50 ans, j'ai fait de la danse et du théâtre. J'ai interprété Marie-Madeleine pour Alain Plisson et participé à de nombreuses pièces avec lui. Et maintenant, j'écris. Je prends une photo en rapport avec l'actualité et je la commente sur Facebook. »

 

Britney Spears
Dans les locaux de L'Orient-Le Jour, lorsqu'elle débarque bronzée, dans des vêtements entre verts et jaunes, chargée d'une belle énergie, on comprend vite ce qui anime cette femme qui ne cache pas son âge : 60 ans. Ses réponses spontanées, simples, prouvent bien qu'elle n'a rien anticipé, ni le bien ni le pire. Et qu'elle ne craint pas les critiques car, affirme-t-elle, également avec le sourire : « Je n'aime pas l'indifférence, ça n'a pas de couleur. C'est la mort... » Célibataire, « je n'ai pas trouvé mon alter ego », confie-t-elle, « fiancée deux fois à des étrangers », sportive, elle aime surtout la vie. Et quand on lui demande de se définir en quelques mots, elle répond : « Je suis naturelle et je dis tout haut ce que les gens pensent tout bas. » Une solitaire, une femme sauvage ?


Son premier clip éponyme est né par accident : « C'était il y a trois ans, enfin trois étés – ma vie ce sont les étés, j'adore la plage, le soleil, la mer », précise-t-elle dans un débit très rapide. « À l'occasion de mon anniversaire, le 10 juillet, je voulais faire quelque chose de différent, je déteste tout ce qui est ordinaire. L'idée me trottait dans la tête depuis longtemps... » C'est dans cet état d'esprit qu'elle tombe par hasard sur Salvador Atik, chanteur de son état, mais aussi arrangeur, réalisateur et producteur. « Je lui ai demandé, bêtement, combien coûterait un clip... » Après lui avoir donné un chiffre astronomique, « je suis tombée des nues », il révise le montant à la baisse et se met à la tâche. « Salvador, qui devait composer la musique sur les paroles de la poétesse Thérèse Awad Basbous, a en fait repris une chanson de Britney Spears, mais je ne le savais pas... J'ai chanté, comme ça, spontanément. On cherchait une plage un peu sauvage, avec des palmiers. Le clip a été tourné à Bonita Bay. »

 

 

 


On y voit une femme, Mireille, se disputer au téléphone avec un probable amoureux et se laisser consoler par les mouettes, les vagues et la plage. Sorties tout droit des années 80, inspirées de loin par les Jean-Jacques Laffon, David et Jonathan et autres Sandy Stevens, les deux chansons semblent venir d'un autre temps. « En fait, c'est un cadeau que j'ai fait à mes amis, pour mon anniversaire ! » Produit et réalisé par C Light Studio, c'était donc une affaire entre amis, en toute discrétion.

 

 

 


Rebelote avec la même équipe, il y a quelques mois. Cette fois-ci, sous le titre J'aime, Mireille, en tenue hivernale, fusil sur les genoux, rend hommage à son village de Abdelleh à Batroun. « J'ai exigé de Salvador une musique à moi. Thérèse, qui aime ma folie, m'a offert ses mots. C'est aussi simple que ça. »
Postés en mai dernier, les deux vidéo-clips ont décollé sur les réseaux sociaux depuis une semaine. « J'ai reçu des compliments, mais aussi des insultes, des moqueries et des obscénités. Mon neveu, qui s'occupe de tout ça, a tout effacé. J'ai fait une crise et je les ai remis sur mon compte... »
« On ne peut pas plaire à tout le monde, conclut-elle, surprenante. Ça ne me dérange pas, au contraire. » Pari risqué pour cette femme qui, mine de rien, se qualifie de « fonceuse, très rebelle, capable de tout dynamiter... ». Alors, gare aux éclats...

 

Dans la même rubrique

Lil Miquela, vrai ou faux ?

À Londres, tous les chats ne sont pas gris

Mystère à Jackson Hole

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué