Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Positive Lebanese

Wafa Khochen La rue est un royaume

Wafa Khochen. Photo Mahmoud Tawil

Bien sûr qu'il est permis de rêver. Bien sûr qu'il est nécessaire de rêver. Et maintenant plus que jamais. Maintenant où la gravité du monde entraîne les hommes vers le bas. Maintenant où les enfances sont écourtées et les espoirs amputés. Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, a écrit Shakespeare, et aucune actualité ne doit faire oublier cette formidable capacité à encore pouvoir s'émerveiller.

Quand en juin 2004, Wafa Khochen a célébré les noces du port de Tyr, erss el-mina, elle n'était pas seule. Ils sont venus et ils étaient tous là. Petits et grands, jeunes et moins jeunes, la rue leur a été offerte dans une féerie de sons, de lumières et de spectacles ambulants.

Durant trois soirées exceptionnelles, plus de 30 000 personnes ont pu admirer des jongleurs, des acrobates, des jeux de lumières, des mimes. Plus de 30 000 personnes ont pu suivre des danseurs, des conteurs, des chanteurs, des acteurs. Plus de 30 000 personnes ont pu rêver. Femme orchestre, Wafa Khochen entretient avec la musique une longue relation amoureuse. Après des études de communications arts et des incursions dans le cinéma, la télévision et le théâtre, elle anime depuis 1984 sur Radio-Liban 96.2 FM Flashback et Microondes des émissions de musique rock et alternative et des années 60/70.

Passionnée de sons et dans une volonté de créer de nouvelles formes, Wafa Khochen alterne soirées privées musicales et soirées sons et lumières jusqu'au jour où elle décide d'intégrer des artistes à ces événements. Et c'est le début d'une extraordinaire aventure dont le premier épisode se tiendra en 2004 dans le port de Tyr qui ne demandait qu'à retrouver sa magie d'antan. Donner du rêve aux autres, tel est le leitmotiv de Wafa Khochen, qui durant trois soirs plongera la localité de Sour dans une féerie de lumière et de magie.

Une trentaine d'artistes étrangers et libanais, 50 bénévoles, le site exploité d'une manière optimale et une organisation sans faille, rien ne sera ménagé pour un show incroyable gratuit pour tous. Un show dont la véritable vedette sera la rue elle-même qui, dans un mélange de calme et d'euphorie, de bonheur et d'union, n'aurait raté ce rendez-vous pour rien au monde. Événements obligent, il faudra attendre 2009 pour continuer l'aventure avec, cette fois-ci, un défilé de spectacles de rues sur la corniche de Sour. Zalghoutat el-corniche alignera aussi des compagnies étrangères spécialisées en spectacles de rues et des artistes libanais sans oublier les artisans de la région.

Saïda aussi réclame sa rue en fête et le rêve se propage sur le littoral libanais avec, en 2010, un spectacle itinérant qui enluminera les rues de Saïda, Beyrouth et Tripoli avec toujours le même engouement de la rue. Rien n'est impossible pour Wafa Khochen portée par la lumière qu'elle sait créer dans les yeux de tous ceux qui déambulent dans le monde qu'elle a créé. Le dernier festival de rue en 2015 reprend le concept des noces du port avec bien sûr des artistes différents. La Régie, la municipalité, des bénévoles, des free-lance et tous les habitants unissent leurs efforts pour que la fête populaire batte son plein.

C'est dans la rue que se décline le vrai visage du Liban, celui qui ne fait aucune différence entre religions, classes sociales et inclinaisons politiques, et cela Wafa Khochen l'a bien compris. Comme elle a compris que quand un rêve est transformé en réalité, on se donne enfin la permission de rêver. On attend la suite...
Fais de ta vie un rêve et d'un rêve une réalité. Antoine de Saint-Exupéry.

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)

 

Dans la même rubrique

Nada Anid : Yes WIF can !

Élias Maalouf : « Où est le train ? »

Diana Abou Abbas : On est là pour vous aider

Dalia Jawhary et Assaad Serhal, sur la terre comme dans le ciel

Simon Khoury : la mer de tous les possibles

Bane Saleh : retour aux sources 


Bien sûr qu'il est permis de rêver. Bien sûr qu'il est nécessaire de rêver. Et maintenant plus que jamais. Maintenant où la gravité du monde entraîne les hommes vers le bas. Maintenant où les enfances sont écourtées et les espoirs amputés. Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, a écrit Shakespeare, et aucune actualité ne doit faire oublier cette formidable capacité...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut