X

La Dernière

Dalia Jawhary et Assaad Serhal, sur la terre comme dans le ciel

Positive Lebanese
23/06/2016

À l'heure où certains n'hésitent pas à sacrifier des milliers d'arbres pour des projets controversés, à l'heure où l'on ne parle que de la pollution de notre mer et de nos villes, à l'heure où les lois semblent faites pour ne pas être respectées, il est très rafraîchissant d'écouter Dalia Jawhary et Assaad Serhal. D'abord parce que leur enthousiasme est communicatif, ensuite parce que nos sens malmenés se réjouissent d'apprendre que notre pays, notre territoire, notre fierté et notre blessure, recèlent de tant de merveilles. Alors on tend l'oreille et on écarquille les yeux. Oui. Parce qu'il existe des centaines d'hommes et de femmes dans tous les coins du Liban qui ont compris l'importance de préserver la nature qui les entoure. Oui. Parce qu'à ce jour, ces Libanais éclairés souscrivent au Nizam el-Hima, sorte de charte ancestrale de protection de la nature, reprise dans le Coran et appliquée aujourd'hui chez nous. Parce que dans notre pays, quinze sites sont déclarés réserves naturelles protégées. Parce que le Liban, de par sa position géographique, est le deuxième point de passage le plus important au monde pour les oiseaux migrateurs.

Plus de 400 genres d'oiseaux bravent tous les aléas pour survoler courageusement notre territoire pour passer d'un continent à un autre. Et que la Société de la protection de la nature au Liban, dont Assaad Serhal est actuellement le directeur, est partenaire de la Bird Life International et qu'elle œuvre tous les jours sur le terrain pour garantir à ces espèces d'oiseaux, dont beaucoup sont protégés, un terrain propice pour leur passage. Le rôle de la SPNL englobe une sensibilisation du public aux problèmes d'environnement, un éveil de la nécessité de protéger concrètement les réserves naturelles au Liban mais aussi, en créant des Hima, une responsabilisation de la population locale qui est amenée à devenir garante et gardienne de cet environnement.

Directrice du programme des Hima, qui sont au nombre de 17 à ce jour, Dalia œuvre sans relâche et avec l'aide des municipalités à montrer aux habitants l'importance de préserver eux-mêmes leur environnement et, de ce fait, devenir les défenseurs de la nature, Homate el-Hima. Les programmes mis en place sont aussi divers que nécessaires avec des ateliers destinés aux jeunes et aux moins jeunes pour les éduquer à l'importance de l'eau, à l'écotourisme, à la biodiversité et aider les ruraux à mettre au point un vrai plan de travail sur le long terme. Parmi les formations mises en place, beaucoup s'adressent aux femmes des régions les plus reculées du Liban pour leur faire prendre conscience de leur rôle essentiel dans ces réserves protégées et les aider à renouer avec les traditions artisanales ancestrales en utilisant les ressources disponibles.

Ainsi les femmes de Fakiha travaillent aujourd'hui sur le tissage des tapis avec la laine que leur procurent les bergers de la région. Ailleurs ce sera des pièces brodées représentant les oiseaux qui leur rendent visite au moment des migrations. Et ainsi de suite, pour garantir une communion bienvenue entre l'humain et la nature, dans un parfait respect d'équilibre et d'harmonie. La SPNL ne ménage pas d'efforts pour publier des manuels destinés aux écoles, manuels d'autant plus précieux qu'ils nous parlent des merveilles de la nature libanaise, de toutes les espèces d'oiseaux, du retour de la loutre des rivières, des 180 genres de papillons de Hima Ibl el-Saqi, des 1 860 genres de plantes de Hima Fakiha, du projet de réhabilitation des phares sur le littoral pour aider à la survie des tortues marines et du phoque moine, la aarousset el-bahr, qui vient de faire sa réapparition au Liban. Tout n'est pas perdu et tout est à protéger. Et c'est là où réside l'essentiel.

Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)

 

 

Dans la même rubrique
Simon Khoury : la mer de tous les possibles

Bane Saleh : retour aux sources

Léa Paulikevitch, l'histoire comme tropisme

Bilal Tarabey et Pierre de Rougé, Beyrouth extra-muros

Ali Sayed-Ali, décoder la ville

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants