X

Moyen Orient et Monde

Dans les prisons du régime syrien, « un déni total d’humanité »

Syrie

Claudia Scheufler, l'une des auteures d'un nouveau rapport d'Amnesty International, répond aux questions de « L'Orient-Le Jour ».

19/08/2016

L'horreur en 73 pages. Selon le dernier rapport de l'ONG Amnesty International publié hier, « It breaks the human », le régime syrien a utilisé la torture à « grande échelle » (coups, électrocutions, viols, brûlures...) dans ses prisons et autres centres de détention depuis le début du soulèvement en mars 2011. En cinq ans, plus de 17 700 personnes seraient mortes en détention, affirme l'ONG, soit plus de 300 par mois, 10 par jour. Bien entendu, compte tenu du conflit qui fait rage, des disparitions forcées de milliers de personnes et des récits confus, ces chiffres restent approximatifs, souligne l'ONG, qui estime qu'ils sont en réalité bien plus élevés.

Ces données ne sont pas avancées au hasard par Amnesty International. Elles sont le fruit d'un long travail de collaboration avec le Human Rights Data Analysis Group (HRDAG), une ONG scientifique qui fournit des méthodes utilisées dans des enquêtes liées aux droits de l'homme, explique Claudia Scheufler, l'une des auteures du rapport, contactée par « L'Orient-Le Jour ». Le HRDAG a ainsi utilisé les données de quatre organisations syriennes, qui avaient établi une base de données avec les noms de personnes tuées en détention, ou soupçonnées de l'avoir été. Le HRDAG a ensuite comparé ces listes avec d'autres, pour retrouver les noms qui y réapparaissent et ainsi construire un dossier solide pour chaque personne nommée.

Figurent également dans le rapport les témoignages de 65 ex-détenus qui ont séjourné dans différentes prisons du régime, dont la tristement célèbre prison de Saydnaya. La majorité du travail de recherche a été effectué dans le sud de la Turquie où, sur les 65 personnes interrogées, une cinquantaine se trouvaient déjà, indique Mme Scheufler. De décembre 2015 à mai 2016, l'équipe d'Amnesty a recueilli les témoignages de ces ex-détenus, tandis que les autres personnes ont été contactées via Skype, téléphone, etc. Mais à part les personnes ayant survécu aux tortures du régime syrien, les chercheurs de l'ONG ont également interviewé des juges militaires et des médecins d'hôpitaux militaires qui ont fait défection, et consulté des spécialistes des droits de l'homme, des avocats, etc.

 

(Lire ce témoignage : « J'ai vu des femmes qui ont été violées, torturées, battues de manière si violente qu'elles ne pouvaient plus tenir debout »)

 

Saydnaya en 3D
Parallèlement à la publication de son rapport, Amnesty International a également diffusé une vidéo d'une dizaine de minutes, et dans laquelle figure une reconstruction virtuelle en 3D de la prison de Saydnaya. Pour ce faire, raconte Mme Scheufler, des photos satellites de la prison, mais aussi des prises de vue en plongée ont été utilisées. « Nous les avons données à une équipe de Forensic Architecture, de l'Université de Goldsmith à Londres, en leur expliquant dans les grandes lignes ce que nous pensions être l'aspect de l'intérieur de la prison », raconte la chercheuse. Cinq personnes ayant été détenues là-bas ont également apporté leur contribution en fournissant des détails supplémentaires, se basant sur leurs souvenirs. Ils ont fait appel à leur mémoire en termes de bruits entendus, d'échos, de perceptions spatiales, pour évaluer les dimensions des pièces, bâtiments, etc. « Certains se souvenaient également, par exemple, du carrelage de leur cellule et du nombre de carreaux le composant. Nous nous sommes basés sur ces souvenirs pour reconstituer certaines pièces, après avoir comparé et recoupé ces informations avec celles d'autres détenus, outre les cinq personnes interrogées », souligne Mme Scheufler.

 

 

(Lire ce témoignage : « Les gardes adoraient nous distribuer de la nourriture et nous interdire d'y toucher »)

 

À la question de savoir ce qui l'a le plus marquée au cours de son enquête, Claudia Scheufler est catégorique. « Les personnes mortes en détention ne le sont pas seulement à cause des tortures subies lors d'interrogatoires, mais également à cause des conditions de détention elles-mêmes. Les détenus n'ont par exemple pas accès à des soins médicaux, sont placés dans des cellules surpeuplées, souterraines, mal aérées, n'ont pas d'eau ou de nourriture convenable, etc. Il y a un déni total d'humanité et une humiliation intentionnelle des prisonniers de la part des responsables », dénonce l'activiste, qui appelle la communauté internationale à prendre conscience de la situation des détenus en Syrie, surtout à l'approche de la reprise imminente des pourparlers de paix. « Ce sera, j'espère, l'occasion pour tous les protagonistes du conflit, sans exception, d'attirer l'attention sur la détention arbitraire de nombreuses personnes », conclut Claudia Scheufler, sans grande conviction toutefois.

 

 

Pour mémoire
Au moins 60.000 morts en cinq ans dans les prisons du régime syrien

"La liberté ou la mort" : un mutin de la prison de Hama livre son témoignage à L'Orient-Le Jour

Les enquêteurs de l'Onu accusent Damas d'« exterminer » des détenus

« Je ne supportais plus d'entendre mon bourreau dire "Allah Akbar"... Je haïssais ces mots ! »

« J'en étais arrivé au point de vouloir que l'EI me tue »

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Attention ne pas comparer système société a système politise le patriarcat est valables et viable tout pareil comme le système matriarcale

Chammas frederico

On savait déjà, et depuis longtemps, que les geôles syriennes étaient une espèce d'enfer sur terre...
Évidemment "le conflit" a intensifié mal traitance, tortures, abandon des vivants jusqu'à leur mort...
Il est trite de faire constater que certains de ceux qui "collaboraient au maintien de cet enfer sur terre" sont devenus, blanchis, les meilleurs témoins...des dérives d'un régime "qui les a nourris" ...et dont ils n'attendent plus rien

rizk bahjat

Une dictature est une dictature, elle nie la personne humaine et brise l'individu ,quelle que soit son idéologie(fascisme, nazisme,communisme,baathisme,islamisme, militarisme, monarchies absolues, ....)et quel que soit l'endroit où elle s'applique, les méthodes sont les mêmes. Toutes les dictatures se valent(religieuses, laïques ou athées) Elles reposent sur le primat du droit de vie et de mort sur l'autre et sur la privation abusive et l'élimination physique et morale.
En Syrie depuis presqu'un demi siècle c'est une dictature(comme dans le reste des pays arabes et moyen orientaux excepté le Liban jusqu'à nouvel ordre , à système patriarcal, qui nie les libertés individuelles.)Combien peut on supporter un régime pareil et par quoi le replacer? Telle est la question.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Suivant la "morale!" bääSSyriaNique, ou celle Pan-Grand-syriaNique ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RIEN DE NOUVEAU. DEPUIS TOUJOURS.

M.V.

C'est pour cela ,que Daech ,al Nosra, al Qaïda and Co.. s'emparent des prisons du régime ... sans doute , pour améliorer le sort des prisonniers...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Abrogation, dites-vous ?

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.