X

À La Une

Pour des vestiges archéologiques, Israël pourrait vider un village palestinien

Reportage

"Ils ne veulent pas que nous améliorions nos conditions de vie, ils veulent que nous quittions nos terres pour les donner ensuite aux colons".

OLJ/AFP/Majeda EL-BATSH
23/07/2016

Après neuf ans de bataille judiciaire, un village palestinien pourrait disparaître si la justice israélienne décidait d'en expulser les 167 habitants afin de sauvegarder, selon elle, un site archéologique. Les familles de Khirbet Zannouta vivent dans l'attente d'une décision de la Cour suprême israélienne, qui pourrait intervenir prochainement, sur le sort de leur petit village du sud de la Cisjordanie.

Ces paysans tentent de survivre dans des maisons construites de bric et de broc, faites de grosses pierres, tôle, pneus et terre battue, à côté d'abris pour les chèvres. Ces habitations de fortune ont été construites à proximité des grottes et des caves où les nomades palestiniens troglodytes vivaient encore il y a quelques années.

L'Etat israélien réclame leur évacuation car, a-t-il fait valoir devant la justice, "Khirbet Zannouta est un site archéologique et la présence d'habitants peut avoir un impact sur le site; il faut donc qu'ils quittent les lieux".
Le village se trouve dans la zone dite "C", les 60% de la Cisjordanie qui, depuis les Accords d'Oslo de 1993, sont placés sous contrôle unique de l'armée israélienne.

Le commandement militaire israélien y décide donc de l'aménagement du territoire et délivre, au compte-gouttes, les permis de construire. Mais aussi les ordres de destruction. Le dossier est ouvert depuis neuf ans. La justice a ordonné aux autorités israéliennes et aux représentants de la défense de négocier. Mais, faute d'accord, c'est à la Cour suprême de trancher.

 

(Lire aussi : « L’archéologie ne peut pas être la priorité dans un territoire qui survit »)

 

Dynamite et archéologie
Rachad al-Tal, le chef du village âgé de 65 ans, est "né ici avant 1967" et le début de l'occupation par Israël de la Cisjordanie. "Nous vivions dans une grotte et nous faisions sept kilomètres à pied pour aller à l'école à Dahriya", la ville la plus proche, raconte-t-il à l'AFP, alors que, derrière lui, sa fille bat du lait pour en faire du caillé.

"Dans les années 1970, nous avons commencé à nous construire des maisons et à accumuler les amendes que nous envoyait le commandement militaire" israélien, rapporte-t-il. "Nous avons présenté tous les actes de propriété de nos terres, et demandé des permis de construire. En 2007 nous avons obtenu un avis interdisant à l'armée de détruire toute construction en échange de quoi nous avions interdiction de construire quoi que ce soit de plus".
"Ils ne veulent pas que nous améliorions nos conditions de vie, ils veulent que nous quittions nos terres pour les donner ensuite aux colons", dénonce Rachad al-Tal.

Le chef du village tend le doigt vers Mitarim, une zone industrielle dans une colonie à moins d'un kilomètre. Pour la construire, assure-t-il, "ils ont fait exploser la montagne à la dynamite". "Qui peut prétendre se soucier d'archéologie et faire une chose pareille?", fait-il mine de s'interroger.
Contactées par l'AFP, les autorités israéliennes ont refusé de faire des commentaires, indiquant que leur position avait été présentée devant la justice.

 

(Pour mémoire : La question palestinienne victime des développements régionaux)

 

Prétexte
Les associations soutenant les villageois accusent l'Etat d'exagérer l'intérêt historique du site.
"Nous avons consulté des experts israéliens en archéologie qui ont affirmé que la présence d'habitants ne contrevenait pas à celle de vestiges historiques", affirme Sharona Eliahu-Chai, avocate de l'Association pour les droits civiques en Israël (ACRI) qui défend les habitants de Khirbet Zannouta.

Yoni Mizrachi, de l'ONG Emek Shaveh qui s'intéresse à la question de l'utilisation de l'archéologie dans le conflit israélo-palestinien, dénonce pour sa part une affaire "politique" dans laquelle la préservation du passé est un prétexte.
"Dans tous les villages de Cisjordanie, il y a des vestiges", balaie-t-il d'un revers de la main. Et ceux de Khirbet Zannouta, qui remonte à l'âge de fer et aux époques romaine, byzantine et islamique, "ne sont ni très importants ni très étendus". "Israël a déclaré le village site archéologique en 1968 et depuis n'a mené aucune fouille. Les lieux ont été laissés tels qu'ils étaient alors", souligne cet archéologue israélien.

Pour la communauté internationale, la présence des 400.000 colons israéliens en Cisjordanie est le principal obstacle à la paix, et l'Onu a récemment tiré la sonnette d'alarme face aux destructions et aux déplacements forcés de Palestiniens en forte hausse en Cisjordanie.
Sur toute l'année 2015, selon le bureau de l'Onu pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), Israël a détruit 548 structures en Cisjordanie, déplaçant 787 Palestiniens. Durant les quatre premiers mois de 2016 seulement, ces chiffres ont atteint 598 destructions et 858 Palestiniens déplacés.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants