X

Moyen Orient et Monde

Entre Ankara et Washington, « it’s complicated ! »

Décryptage

Après le coup d'État avorté, les Turcs pourraient être tentés de se rapprocher de la Russie.

23/07/2016

La demande d'extradition de Fethullah Güllen, le soutien américain aux Kurdes du PYD (Parti de l'Union démocratique), le non-respect de l'État de droit en Turquie... les sujets de désaccord ne manquent pas entre les États-Unis et la Turquie. Le putsch manqué contre le président turc Recep Tayyip Erdogan a accentué les tensions entre les deux alliés tout au long de la semaine. Dernier exemple en date : Barack Obama a démenti hier tout renseignement préliminaire sur la tentative de putsch en Turquie alors que de nombreuses rumeurs faisaient état d'une complicité américaine.

Après avoir soutenu tardivement le « gouvernement élu » contre les factieux, Washington a insisté dès dimanche sur le respect de la « démocratie » et de l'État de droit en Turquie, s'inquiétant des purges menées par le gouvernement turc dès le lendemain du coup d'État raté. Ankara a pour sa part reproché à Washington de refuser d'extrader Fethullah Güllen, l'ennemi numéro un de M. Erdogan, qui est accusé par le pouvoir turc d'être derrière la tentative de putsch.

Mercredi, le ton était toutefois beaucoup plus conciliant côté américain. Le secrétaire d'État John Kerry a affirmé que les États-Unis soutenaient « l'élimination du coup par le gouvernement ». Une manière de calmer le jeu pour ne pas compliquer encore davantage les relations avec cet allié-clé, membre de l'Otan, deuxième armée de l'alliance, et dont la position stratégique le place en première ligne sur plusieurs dossiers essentiels : la lutte contre le terrorisme, la question syrienne, la gestion des flux de réfugiés. « Les Américains veulent montrer qu'ils sont solidaires du gouvernement turc. Ils ne veulent pas perdre un allié important », résume Bayram Balci, spécialiste de la Turquie, interrogé par L'Orient-Le Jour.

La question de l'extradition de M. Güllen, qui vit actuellement en Pennsylvanie, risque tout de même d'envenimer les relations entre Ankara et Washington. Barack Obama a affirmé hier que la demande d'extradition sera traitée conformément aux lois américaines. Les États-Unis demandent des preuves de l'implication de M. Gullën dans ce coup d'État, mais la Turquie met la pression sur son allié, consciente qu'elle dispose d'autres cartes pour le convaincre.
« Erdogan va réussir à faire de l'extradition de Fethullah Güllen une question centrale dans les relations turco-américaines. Il cherche à mettre les Américains face à leurs contradictions », analyse M. Balci.

(Récit : La nuit du coup d'Etat manqué en Turquie : deux photographes de l'AFP racontent)

 

Jeu à trois
Les chances que Washington accepte d'extrader M. Güllen sont a priori très faibles, en l'état actuel des choses. Mais Washington a beaucoup trop besoin d'Ankara au Moyen-Orient pour ne pas assouplir sa position – du moins en apparence – sur l'un des sujets qui l'opposent à son allié. Du fait de sa frontière avec la Syrie, la Turquie a la capacité d'être un acteur décisif du conflit syrien et de la lutte contre les organisations jihadistes. L'utilisation par les avions de la coalition internationale contre l'État islamique (EI) de la base d'Incirlik avait fait suite à de nombreuses négociations entre Ankara et Washington concernant notamment le soutien des Américains aux Kurdes du PYD, que les Turcs considèrent comme un groupe terroriste. Ce soutien continue d'envenimer les relations entre les deux États d'autant plus que les Kurdes profitent de leur combat contre les groupes jihadistes pour mettre la main sur un territoire unifié au nord de la Syrie. « Les Américains ne peuvent pas cesser de soutenir les Kurdes. Ils n'ont pas d'autres cartes en main pour l'instant », estime M. Balci.


(Lire aussi : Pour Fethullah Gülen, la Turquie n'est plus une démocratie)

 

Ce qui est vécu comme une trahison pour les Turcs pourrait les inciter à se tourner davantage vers la Russie. Les deux pays se sont réconciliés après que Recep Tayyip Erdogan eut présenté ses excuses pour la destruction par Ankara de l'avion militaire russe en novembre dernier. Malgré de nombreuses divergences stratégiques, les deux pays ont besoin l'un de l'autre pour rompre leur isolement diplomatique et parvenir à une solution en Syrie. Avec la Russie, Ankara s'assure d'un partenaire qui ne lui reprochera pas ses dérives autoritaires et son non-respect de l'État de droit. Il pourrait également trouver quelques consensus en Syrie, notamment sur la question kurde où les Russes pourraient infléchir leur soutien au PYD. « La réconciliation devrait faire en sorte que les divisions turco-russes ne soient plus aussi importantes en Syrie », résume M. Balci.
Autrement dit, commence désormais un jeu à trois entre Turcs, Américains et Russes, dont le principal théâtre sera incontestablement la Syrie.

 

Lire aussi

Début d'un grand ménage dans les services de sécurité turcs

Le putsch raté aura-t-il des conséquences sur la politique étrangère turque dans la région ?

Le calvaire des réfugiées syriennes en Turquie

État d'urgence en Turquie : des pouvoirs étendus pour l'exécutif


Repères
Les principaux suspects du putsch raté en Turquie

En Turquie, l'opération de purge a déjà emporté près de 60.000 personnes

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Entre deux comiques (Erdokan et Obama), il sera difficile de placer les relations russes
Dans toute cette histoire, c'est encore les kurdes qui seront à plaindre
Qui peut faire confiance à Erdokan ou Obama ?
Ils ont sacrifié le MO , l'un comme l'autre, aux barbares qui agissent sans vergogne

Bery tus

Hahaha maintenant les moumana3iste sont derrière Erdo lool Ca c'est le comble et prennent meme se défense ... Ils sont entrain de ravaler tout ce qu'ils ont débiter se lui .. Mais laissez moi vous dire une chose votre attitude montre à kel point vous avez besoin d'alliés et par concequent how options politique sont nul et ne sert à rien Ahhh si à ce que l'Iran devienne une puissance régional !!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES TURCS AVAIENT DE BONNES RELATIONS AVEC LA RUSSIE AVANT LA DESTRUCTION D,UN AVION MILITAIRE RUSSE... ILS NE FONT QUE RETOURNER AUX BONNES RELATIONS TOUT COMME AVEC ISRAEL... ENTRE AMERICAINS ET TURCS LES RELATIONS ONT TOUJOURS ETE MOUVEMENTES... MAIS LE TURC SAIT QU,IL NE PEUT PAS S,ELOIGNER DES U.S. ET DU NATO AU RISQUE DE SA DESINTEGRATION POSSIBLE ET DE VOIR UN KURDISTAN UNI NAITRE DES FRONTIERES DE L,IRAN EN PASSANT PAR L,IRAQ ET LA SYRIE EN TURQUIE MEME !!!

AIGLEPERçANT

J'ai eu l'impression d'avoir écrit cet article.

Mais permettez moi d'ajouter juste une chose , toute petite , la tentative officieuse de rapprochement de la Turquie avec la Syrie du héros BASHAR.

Je comprendrai que déontologiquement vous ne pouvez pas encore en parler , mais en toute logique se rapprocher de la Russie, vous pensez bien que politiquement c'est se rapprocher de ses points de vue .! N'est ce pas?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants