X

Moyen Orient et Monde

Le putsch raté aura-t-il des conséquences sur la politique étrangère turque dans la région ?

Décryptage

Le coup d'État manqué s'inscrit dans le contexte de la réorientation de la politique étrangère turque et ne devrait – a priori – pas la remettre en question.

21/07/2016

Au Moyen-Orient, encore plus qu'ailleurs, le coup d'État avorté en Turquie a été suivi de très près. Dans la soirée de vendredi à samedi, alors que certaines chaînes occidentales n'avaient pas encore donné la moindre information sur le début de l'opération – elles étaient accaparées par les suites de l'attentat de Nice – les chaînes arabes, notamment al-Jazira et al-Arabiya, proposaient des images des rues d'Istanbul et d'Ankara et donnaient des détails sur ce qui était en train de se passer. Cette différence de traitement s'explique assez facilement : au-delà des considérations internes, c'est au Moyen-Orient que la chute du « sultan » aurait eu le plus de conséquences.

La politique étrangère turque dans la région est en effet très marquée par l'empreinte du président Erdogan depuis le début des printemps arabes. Sous son impulsion, la Turquie a essayé de mettre la main sur la région en adoptant des positions très tranchées concernant les deux sujets qui divisent le Moyen-Orient depuis cinq ans : les Frères musulmans et la Syrie.
Le soutien d'Ankara aux Frères musulmans à la suite des printemps arabes a refroidi ses relations avec l'Égypte – depuis la prise de pouvoir par le président Abdel Fattah el-Sissi – mais aussi avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, mais l'a rapproché du Qatar. Son soutien à l'opposition syrienne a compliqué ses relations avec Téhéran et avec Moscou – même si la Turquie et la Russie se sont « réconciliées » le 27 juin dernier – et l'a amené à collaborer de façon plus étroite avec l'Arabie saoudite.

 

(Repère : En Turquie, l'opération de purge a déjà emporté près de 60.000 personnes)

 

Ces positions ayant conduit à son isolement régional, la Turquie a été obligée de revoir sa politique étrangère, en normalisant ses relations avec Israël et en se réconciliant avec Moscou, pour se concentrer sur ses problématiques internes. Même si elle continue de réclamer le départ de Bachar el-Assad, la Turquie a également fait évoluer ses priorités en Syrie : sa principale hantise est de voir se former une zone kurde indépendante aux mains du PYD (Parti de l'Union démocratique) – qu'Ankara considère comme la branche syrienne du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) – à sa frontière. Dans le même sens, après avoir entretenu des relations ambiguës avec les groupes jihadistes, la Turquie a radicalement changé de position sur ce sujet en permettant à la coalition internationale contre l'État islamique (EI) d'utiliser sa base aérienne d'Inçirlik et en participant aux combats contre l'EI.

 

(Lire aussi : « La Turquie, telle qu'elle est aujourd'hui, n'entrera jamais dans l'UE »)

 

Le coup d'État avorté s'inscrit dans le contexte de cette réorientation de la politique étrangère turque et ne devrait – a priori – pas la remettre en question. Renforcé sur la scène interne, le président Erdogan ne semble pas disposer de la marge de manœuvre nécessaire pour changer la donne sur la scène régionale. La reprise de la route du Castello – dernière voie de ravitaillement des rebelles d'Alep-Est par les forces du régime de Damas – va considérablement réduire l'influence d'Ankara en Syrie. D'autant que les puissances occidentales ne la soutiennent pas dans sa volonté d'établir une zone d'exclusion aérienne dans le nord de la Syrie.

La principale conséquence du coup d'État avorté sur la politique étrangère turque pourrait être la désorganisation de l'armée, compte tenu des purges qui ont lieu depuis samedi et qui ont touché jusqu'alors 55 000 personnes. Cette déstructuration de l'armée pourrait affaiblir la Turquie au moment où celle-ci est en guerre ouverte contre le PKK et l'EI.

 

Lire aussi
WikiLeaks publie près de 300.000 e-mails de l'AKP, son site bloqué en Turquie

La nouvelle donne turque, le décryptage de Scarlett Haddad

Le putsch avorté en Turquie envenime la crise Washington-Ankara

Pour Fethullah Gülen, la Turquie n'est plus une démocratie

Erdogan plus fort après le putsch raté, surtout symboliquement

« La théorie du complot s'est propagée lorsque le coup d'État a commencé à battre de l'aile »

« On voit déjà une vague de populisme sunnite fascisant »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CERTES QUE OUI... MAIS... NEGATIVES OU POSITIVES IL EST TRES TOT DE LE PREVOIR ET OU LE DIRE...

ON DIT QUOI ?

Je m'attendais à un article bcp plus élaboré, mais bon , lire Samrani est tjrs un plaisir .

En politique étrangère il est de notoriété publique que la turquie d'erdo et même avant lui est alignée au camp des "alliés occidentaux " à travers son adhésion à l'otan et ses tentatives d'intégrer l'u.e.

Depuis la crise syrienne , il a donc pris fait et cause pour les positions de ce club qui forme un éventail plus large en incluant les bensaouds de tout poils.
Et que donc par conséquent la turquie s'oppose au groupe des résistants d'en face composé de la Syrie du héros Bashar , l'Iran la Russie et le Hezb résistant.
Si aujourd'hui la turquie connaît les problèmes qu'elle vit , c'est bien qu'il y a eu une crise pas seulement en Turquie mais à l'intérieur de ce groupe, entraînant des crises de politiques étrangères de ce groupe et en particulier de la Turquie, et ne peuvent plus être les mêmes, Mr Samrani .

J'ajouterai même que la turquie est un des triangles formés par la bensaoudie et Israël et que si la turquie a été touchée, c'est un coin de ce triangle qui a été enfoncé.
Dans les changements de politique turque , vous dites concernant la Syrie du héros Bashar , quelle n'a pas changé, vous êtes journaliste, approfondissez vos investigations svp.

La vrai question ,Mr Samrani, est who is next ?
NE souriez pas, qui aurait pu prévoir un coup d'état en Turquie la veille du coup ? 30 ans après le dernier .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants