X

Moyen Orient et Monde

Pourquoi les Kurdes n’ont pas soutenu le putsch ?

Décryptage

Bayram Balci, spécialiste de la Turquie, et Dlawer Ala'Aldeen, président du Middle East Research Institute (Meri), décryptent pour « L'Orient-Le Jour » l'attitude des Kurdes lors du putsch en Turquie.

19/07/2016

Nombreux sont ceux qui haïssent profondément Recep Tayyip Erdogan. Mais plus nombreux encore sont ceux qui craignent bien davantage l'arrivée au pouvoir de l'armée turque. Le soir où la Turquie a vécu des scènes dignes des plus grands polars, tous les ennemis du chef de l'AKP, dont les Kurdes, à travers le HDP (parti prokurde) et, plus étonnant encore, le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), ont unanimement condamné le coup d'État. Le 15 juillet en fin de soirée, une partie de l'armée turque a tenté de perpétrer un putsch, mais après de longues heures d'incertitude, marquées par une froideur de la sphère diplomatique d'abord, suivie d'un soutien unanime, le gouvernement au pouvoir a finalement repris la situation en main.

Un premier temps silencieux, le HDP a publié un communiqué, juste après la déclaration d'un autre parti d'opposition, le MHP (Parti du mouvement national, ultranationaliste), condamnant les putschistes et affirmant son opposition totale « à toutes sortes de coups d'État, quelles que soient les circonstances ».

Pourquoi les Kurdes ont-ils décidé de soutenir le président turc alors même que celui-ci leur mène une véritable guerre devenue plus intense en 2015, pendant et après les élections législatives de juin ? Si le HDP a dénoncé le coup d'État, c'est qu'il « a souhaité soutenir la démocratie, aussi imparfaite soit-elle », confie Dlawer Ala'Aldeen, président du Middle East Research Institute (Meri) et ancien ministre de l'Éducation et de la Recherche scientifique du Kurdistan irakien (2009-2012). « En aucun cas, les Kurdes n'auraient souhaité revivre les périodes passées (où l'armée était au pouvoir) », poursuit-il.

L'armée turque n'a en effet jamais été encline à négocier en faveur de la cause kurde, menant une politique ultrarépressive dans les années 70 et après le coup d'État militaire de 1980. « La bête noire du mouvement national kurde a toujours été l'armée », confirme Bayram Balci, chercheur à Sciences Po (Paris) et spécialiste de la Turquie. Selon lui, il était inacceptable pour les Kurdes de soutenir le coup d'État, car cela aurait été leur pire cauchemar que de voir l'armée arriver au pouvoir, leur préférant même M. Erdogan.

 

(Lire aussi : La rechute de « l'homme malade », le commentaire de Christian Merville)

 

Locaux attaqués
Le HDP n'a cependant pas appelé ses partisans à descendre dans la rue, la nuit du putsch, après que le président turc a exhorté ses partisans à le soutenir physiquement, place Taksim, à Istanbul, ou sur la place Kizilay, à Ankara, via la chaîne CNN Türk. Cette décision lui a valu d'être sous le feu de nombreuses critiques et de voir ses locaux attaqués durant la nuit et au lendemain du coup d'État échoué. « Il y a une réaction exagérée de certains partisans de l'AKP, qui s'en sont pris non pas aux militaires putschistes mais aux quartiers généraux du HDP. Le parti a une raison évidente de ne pas soutenir le coup d'État mais également de condamner ce genre d'agissements », estime M. Ala'Aldeen. Les autres partis d'opposition n'ont pas non plus appelé leurs supporters à manifester. « Si le HDP l'avait fait, il y aurait eu des affrontements entre les deux partis, ce qui les aurait détournés de leur but, c'est-à-dire empêcher les putschistes. »

Des Kurdes, de tous partis confondus, ont toutefois répondu à l'appel du président. « Le PKK a également dénoncé le coup d'État qu'il considère comme mauvais, mais a estimé que la politique du parti au pouvoir était tout aussi mauvaise et non démocratique », rappelle M. Ala Al'deen. Selon le Haaretz, les militaires maintenus en détention « n'ont – entre autres – pas digéré la politique de répression systématique contre les Kurdes ». Or pour l'expert kurde, cette affirmation est discutable. L'armée aurait effectivement dit cela au moment du coup d'État car elle « voulait neutraliser les Kurdes en général et apporter un terrain politique éthique. Cependant, ils ont également mis en avant le retour au kémalisme, aux valeurs turques et à la suprématie de la Turquie », précise-t-il. Les Kurdes n'ont pas cru en la sincérité des généraux car « tout l'intérêt des militaires était de neutraliser des ennemis potentiels et augmenter leurs soutiens », ajoute-t-il.

 

(Lire aussi : Après le coup d'État manqué, tentatives iraniennes et occidentales de prévenir un retour en force d'Erdogan)

 

Satisfaits
Pour Bayram Balci, le HDP et le PKK doivent être assez satisfaits de l'échec du coup d'État car cela « aurait été plus compliqué pour eux » en cas d'arrivée au pouvoir des militaires. « Cependant, pour le PKK, on peut imaginer qu'une situation de chaos aurait été profitable à leur stratégie, car plus il y a de chaos au Moyen-Orient, plus il en sort renforcé », précise toutefois M. Balci.
« Une démocratie défectueuse peut évoluer en une démocratie entière avec le temps, alors qu'une loi militaire peut uniquement évoluer vers ce qu'on a déjà vu dans le passé, c'est à dire une dictature et un ethno-nationalisme. C'est pourquoi une mauvaise démocratie est préférable à la loi militaire », estime M. Ala'Aldeen.

Même s'ils ont condamné le putsch militaire, le HDP et le PKK ne vont pas pour autant enterrer la hache de guerre avec le président Erdogan. « Le fait qu'il ait échoué n'est pas une bonne chose non plus, car le contrecoup va être une forme de passage en force d'Erdogan. Il est désormais lancé dans une telle politique de vengeance que, malheureusement, cela ne va pas aller en s'arrangeant », conclut M. Balci.

 

Lire aussi

En Turquie, une opportunité ratée, l'édito d'Emilie Sueur

Erdogan plus fort après le putsch raté, surtout symboliquement

Cette nuit où le « sultan » Erdogan aurait pu tout perdre...

« La théorie du complot s'est propagée lorsque le coup d'État a commencé à battre de l'aile »

« On voit déjà une vague de populisme sunnite fascisant »

Erdogan et Gülen : l'histoire d'une alliance qui a tourné au vinaigre

Le coup d'État manqué en Turquie et ses conséquences sur la guerre en Syrie

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CAR AVEC LES MILITAIRES ILS AURONT DU FIL A RETORDRE TANDIS QU,AVEC UN PRETENDU SULTAN QUI S,AFFUBLE DE DEMOCRATE... QUELLE RIGOLADE... ET SORTI AFFAIBLI SANS DOUTE DE CE THEATRE ORGANISE... L,ARRESTATION DE MILLIERS DE NON MILITAIRES EN EST LA PREUVE... IL LEUR EST PLUS FACILE DE LIQUIDER LES COMPTES !

Pierre Hadjigeorgiou

Dans certains rapport il est dit que c'est l'aviation Américaine d'Incirlik qui a fait échouer le coup d’état en intervenant directement et descendant une vingtaine hélicoptères rebelles, etc... Si cela est vrai, Erdogan leur sera redevable et que cela lui plaise ou pas se devra d’être plus malléable concernant les Kurdes et autres affaires régionales. L’armée Turque est trop professionnelle pour avoir si lamentablement échoué son coup. Seul si le coup était monté par Erdogan lui même pour se permettre de mettre la main sur le pouvoir totalement, soit grâce a une intervention étrangère un tel coup aurait ou rater.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban et les spéculations sur l’avenir des relations syro-iraniennes

Un peu plus de Médéa AZOURI

« Nous sommes heureux et honorés de vous recevoir »

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué