Rechercher
Rechercher

Liban - L’éclairage

Après le coup d’État manqué, tentatives iraniennes et occidentales de prévenir un retour en force d’Erdogan

La tentative de coup d'État en Turquie aura-t-elle des répercussions sur la scène libanaise ? La politique étrangère turque n'ayant pas encore été mise à jour, l'on retiendra pour l'instant l'appel téléphonique du président iranien Hassan Rohani à son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan. Une prise de contact perçue par certains comme l'augure d'une nouvelle étape, fondée sur de nouveaux rapports de force, qui pourraient favoriser certains compromis dans la région.

Mais ces rapports de force restent encore à préciser : seront-ils ou non en faveur d'Erdogan ?
Pour ceux qui estiment que ce dernier est sorti « fragilisé » de la tentative de putsch, cet affaiblissement pourrait faciliter la mise en œuvre d'un nouvel accord russo-américain sur la Syrie. Fruit des récents pourparlers à Moscou entre le secrétaire d'État John Kerry et son homologue russe Sergei Lavrov, cet accord a été entériné à la veille de la tentative de coup d'État en Turquie.

En vertu de clauses non révélées, les deux parties russe et américaine se seraient réparti les rôles dans la consolidation du cessez-le-feu dans le nord de la Syrie – région stratégique pour la Turquie : la Russie aurait pris à sa charge de trancher la bataille à Alep et les zones environnantes, alors que les États-Unis devraient s'atteler à expulser de Raqqa et de ses environs les groupes terroristes armés. Avec cet accord en toile de fond, un diplomate occidental estime que le coup d'État manqué a terni l'image de toute-puissance d'Erdogan, reléguant son rôle au second plan au niveau des régions syriennes limitrophes de la Turquie. Mû par le double enjeu de réprimer l'État islamique et les groupes radicaux qui menacent ses frontières, l'État turc a pour enjeu stratégique de maintenir dans le Nord syrien une influence vitale.

 

(Lire aussi : Des pôles du 14 Mars expriment leur appui à Erdogan)

 

Alors que l'étau risque ainsi de se resserrer sur la Turquie en Syrie, les puissances occidentales tentent en parallèle de freiner les élans de représailles d'Erdogan à l'intérieur même de son pays contre les possibles auteurs ou complices du coup d'État raté. Ainsi, Washington lui aurait-il demandé de lui soumettre les éléments et documents de l'enquête qui prouvent l'implication dans l'opération de Abdullah Gulen, en exil aux États-Unis, pointé du doigt par le président turc.

En outre, des responsables occidentaux ont réclamé à ce dernier de faire son ménage interne dans le respect de la loi et des droits de l'homme, assortissant leurs souhaits d'une mise en garde contre un éventuel retour à la peine de mort et ses effets sur les chances de la Turquie d'adhérer à l'Union européenne. Autrement dit, le président turc n'aurait pas « carte blanche » dans la gestion de la crise interne, selon un avis qui lui est critique. L'obsession occidentale serait de ne pas voir le régime démocratique turc se muer en nouveau totalitarisme dans la région.

Il est en revanche un autre avis qui défend une force recouvrée de Erdogan, au niveau régional, à la suite du coup d'État raté. En effet, la résistance de son régime et le vaste appui populaire ayant circonscrit la tentative de le renverser auraient « choqué » les forces régionales de la moumanaa. Un choc qui pourrait provoquer une réorientation iranienne à faciliter la résolution politique des crises régionales pendantes, de manière à anticiper un éventuel retour en puissance de Erdogan. Surtout que, de l'avis d'un expert militaire, c'est la descente massive de partisans, sympathisants, voire rivaux politiques traditionnels d'Erdogan, qui serait la réelle raison de l'échec du coup. Un échec qui aura consolidé désormais le pouvoir politique en Turquie et porté un coup définitif au potentiel de règne des militaires.

En somme, l'on retiendra des lectures divergentes sur la montée en puissance d'Erdogan, les tentatives (occidentales et/ou iraniennes) de limiter sa marge d'action, quel que soit l'avis mélioratif ou péjoratif que l'on est amené à porter sur le président turc.

 

Lire aussi

Le coup d'État manqué en Turquie et ses conséquences sur la guerre en Syrie, le décryptage de Scarlett Haddad

Pourquoi les Kurdes n'ont pas soutenu le putsch ?Pourquoi les Kurdes n'ont pas soutenu le putsch ?

La rechute de « l'homme malade », le commentaire de Christian Merville

La tentative de coup d'État en Turquie aura-t-elle des répercussions sur la scène libanaise ? La politique étrangère turque n'ayant pas encore été mise à jour, l'on retiendra pour l'instant l'appel téléphonique du président iranien Hassan Rohani à son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan. Une prise de contact perçue par certains comme l'augure d'une nouvelle étape, fondée sur de...
commentaires (4)

Le calcul est simple ,pourtant. erdo qui est ( etait ?) l'enfant gaté de l'Occident bienveillant a marché avec ses parrains /alliés jusqu'à un certain point. Le visa accordé aux bactéries wahabites devait lui permettre de jouer un rôle dans une "syrie après héros Bachar " , le commerce des hydrocarbures avec les bactéries salafisteswahabotes sur lequel l'occident fermait les yeux était comme un accompte sur cette syrie " d'après le héros Bachar ". Mais voilà que le retour de manivelle, Cad en même temps le problème des kurdes et des bactéries wahabites se posent en Turquie, d'où le renversement de table par ce coup d'état arrangé ou pas , comme pour faire passer le message qui si la tempête devait l'emporter, lui erdo pouvait être assis dans l'oeil du cyclone qu'il pouvait contrôler. La turquie n'a pas fini de faire parler d'elle, les démons se penchent sur son berceau et attendent le moment propice pour en faire la prochaine syrie avec pour parrains de la turquie les mêmes aujourd'hui que ceux d'hier.

FRIK-A-FRAK

14 h 03, le 19 juillet 2016

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Le calcul est simple ,pourtant. erdo qui est ( etait ?) l'enfant gaté de l'Occident bienveillant a marché avec ses parrains /alliés jusqu'à un certain point. Le visa accordé aux bactéries wahabites devait lui permettre de jouer un rôle dans une "syrie après héros Bachar " , le commerce des hydrocarbures avec les bactéries salafisteswahabotes sur lequel l'occident fermait les yeux était comme un accompte sur cette syrie " d'après le héros Bachar ". Mais voilà que le retour de manivelle, Cad en même temps le problème des kurdes et des bactéries wahabites se posent en Turquie, d'où le renversement de table par ce coup d'état arrangé ou pas , comme pour faire passer le message qui si la tempête devait l'emporter, lui erdo pouvait être assis dans l'oeil du cyclone qu'il pouvait contrôler. La turquie n'a pas fini de faire parler d'elle, les démons se penchent sur son berceau et attendent le moment propice pour en faire la prochaine syrie avec pour parrains de la turquie les mêmes aujourd'hui que ceux d'hier.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 03, le 19 juillet 2016

  • TENTATIVES OCCIDENTALES... ON LE COMPREND..,. CE SONT DE GRANDES PUISSANCES DONT LES PRESSIONS SONT PRISES EN CONSIDERATION... QUAND AU TROISIEME MONDE... HAHAHA... QUI EN PREND COMPTE ?

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 16, le 19 juillet 2016

  • L'avenir dira si Erdogan est plus fort ou affaibli. Une chose est sure c'est que la Turquie est entré dans un compte a rebours qui risque de la conduire a une situation similaire a celle de la Syrie si justement Erdogan se risque a revenir a une pratique démocratique la Syrienne.Nous avons vu le résultat en Syrie.

    Pierre Hadjigeorgiou

    08 h 26, le 19 juillet 2016

  • RIEN QUE DES SUPPOSITIONS... SI CECI... ET SI CELA...

    LA LIBRE EXPRESSION

    06 h 48, le 19 juillet 2016

Retour en haut