X

À La Une

Des touristes russes de retour en Turquie après des mois de crise diplomatique

Russie

L'appareil de la compagnie Rossiya Airlines s'est posé à l'aéroport international d'Antalya dix jours après que Poutine eut ordonné la levée des sanctions contre Ankara.

OLJ/AFP
09/07/2016

Un avion transportant des touristes russes a atterri samedi à Antalya, station balnéaire du sud de la Turquie, effet concret de la récente normalisation entre Moscou et Ankara après huit mois de crise diplomatique, a-t-on appris de source aéroportuaire.

Un Boeing 737 de la compagnie Rossiya Airlines, en provenance de Moscou avec 189 passagers à son bord, s'est posé à l'aéroport international d'Antalya vers 07H30 GMT, dix jours après que le président russe Vladimir Poutine a ordonné la levée des sanctions contre la Turquie pour le domaine touristique, dans la foulée de la normalisation politique entre les deux pays.

Ces premiers touristes russes revenant en Turquie ont été accueillis avec un cocktail et des fleurs à l'aéroport, ont indiqué des médias locaux, leur retour étant une excellente nouvelle pour le tourisme en Turquie sinistré par une succession d'attentats meurtriers depuis un an imputés au groupe Etat islamique ou aux combattants kurdes.

Avant la brouille russo-turque, les Russes constituaient le premier groupe de touristes étrangers en Turquie, mais leurs arrivées se sont effondrées de 98,5% en juin par rapport à juin 2015, selon des statistiques de l'aéroport d'Antalya, leur destination favorite.

La station balnéaire de la Méditerranée, l'une des premières destinations touristiques de Turquie, est accommodée au goût russe, avec notamment une réplique de la cathédrale moscovite Saint-Basile dans un grand hôtel.

La brouille entre Moscou et Ankara, qui s'opposent sur le conflit en Syrie, avait été provoquée par la destruction fin novembre d'un bombardier russe abattu par des F-16 turcs au-dessus de la frontière syrienne.
En représailles, Moscou avait adopté des mesures de rétorsion contre Ankara, comprenant entre autres un embargo sur l'importation de fruits et légumes turcs et l'interdiction pour les employeurs russes d'embaucher des travailleurs turcs.

La Russie avait également rétabli le 1er janvier les visas pour les Turcs, interdit des vols charter vers la Turquie et la vente des voyages vers ce pays par les tour-opérateurs russes, portant un coup dur au secteur du tourisme turc.
Mais le 30 juin, Vladimir Poutine a de nouveau autorisé officiellement la vente par les tour-opérateurs russes de voyages vers la Turquie, après avoir, selon Moscou, reçu un message d'excuses de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Ankara a insisté sur le fait qu'il ne s'était agi que de "regrets".

Le vice-gouverneur d'Antalya, Mehmet Yavuz, cité par les médias turcs, a précisé samedi que Moscou n'ayant pas encore formellement donné son accord à la reprise des vols charter, le vol de samedi devait être considéré comme "un vol semblable à un vol charter" bien qu'il ait été effectué "par une compagnie régulière".

La Russie et la Turquie sont également convenues de renforcer leur contacts militaires, y compris sur la Syrie, où Moscou soutient militairement le président Bachar el-Assad tandis que Ankara encourage activement sa chute en soutenant des groupes rebelles

 

 

Lire aussi

La réconciliation russo-turque peut-elle changer la donne en Syrie ?

Deal problématique entre Washington et Moscou en Syrie

Erdogan évoque la naturalisation des réfugiés syriens et provoque une polémique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

APRES LE DECULOTTAGE... CERTES !

AIGLEPERçANT

Depuis le temps qu'on avait attribué à l'Iran le titre de NPR ,et celui de la Russie de NPM, erdo ne peut pas se leurrer et croire que le prix à payer face à ces 2 nouvelles puissances , sera purement "touristique" ou "legumineux".

Trop facile erdo .... tu vas lever tes pattes de Alep et arrêter d'envoyer pour le compte des occidentaux les bactéries wahabites .

Tel est le vrai prix mon cher ....

M.V.

Bon c'est validé désormais ...la puissance régionale est bien la Russie ....!

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Idleb n’est pas Alep, mais...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants