X

À La Une

L'unique route de ravitaillement des rebelles à Alep coupée de facto

Syrie

"Les troupes loyalistes n'ont jamais été aussi proches de la route du Castello, désormais à portée de leurs tirs", indique le directeur de l'OSDH.

OLJ/AFP
07/07/2016

L'armée syrienne a coupé de facto jeudi, après de violents combats, la dernière route d'approvisionnement des rebelles assiégés dans la ville d'Alep, malgré son annonce d'une trêve de 72 heures, selon une ONG.

Les forces du régime de Bachar el-Assad sont parvenues à s'emparer d'une position rebelle à un kilomètre de la route dite du Castello, dernier axe de ravitaillement des quartiers tenus par les rebelles dans l'est d'Alep, deuxième ville du pays en guerre, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les troupes loyalistes n'ont jamais été aussi proches de la route du Castello, désormais à portée de leurs tirs", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'ONG. "Si elles parviennent à consolider leurs positions, les quartiers insurgés seront totalement assiégés".

L'armée et ses alliés peuvent maintenant surveiller et tirer sur toute personne ou tout véhicule empruntant cette route, mais en fin d'après-midi les rebelles tentant de les repousser, d'après l'OSDH.

Selon le correspondant de l'AFP dans les quartiers rebelles, aucune personne n'est en mesure d'entrer ou de sortir de la métropole septentrionale. Des habitants qui s'étaient rendus via la route du Castello pour visiter leurs proches en province ne pouvaient pour le moment rentrer chez eux.

Divisée depuis 2012 entre secteurs prorégime (ouest) et secteurs rebelles (est), la métropole d'Alep est un enjeu principal du conflit.

 

(Lire aussi : Deal problématique entre Washington et Moscou en Syrie)

 

Depuis deux ans, le régime tente de s'emparer de la route du Castello. Ses troupes avaient coupé techniquement cette route en la bombardant par voie aérienne, mais c'est la première fois qu'elles se retrouvent aussi proches au sol.

Un porte-parole de Jaich al-Islam, influent groupe rebelle, a annoncé la mort de quatre de ses combattants dans la zone de combats, connue sous le nom d'al-Mallah.

Par le passé, les forces syriennes avaient dû reculer face aux contre-offensives menées les rebelles et les jihadistes du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda.

Les combats ont lieu malgré une nouvelle annonce de trêve par le régime décrétée de mercredi à vendredi à minuit locale (jeudi 21H00 GMT).
Déjà la veille, le régime avait poursuivi ses raids aériens et ses tirs d'artillerie contre les secteurs rebelles d'Alep, et les insurgés avaient bombardé les quartiers prorégime. Jeudi, trois civils ont péri dans des tirs rebelles, selon l'OSDH.

Selon un photographe de l'AFP dans les quartiers prorégime, ceux-ci ont été visés par des tirs de roquettes rebelles intenses avant que le calme n'y revienne dans l'après-midi. Mais peu d'habitants osaient sortir de chez eux.

Ces derniers mois, toutes les tentatives de faire respecter les trêves, notamment à Alep, ont échoué de même que les efforts d'un règlement du conflit qui a fait plus de 280.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.
Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations réclamant des réformes, la révolte contre le régime s'est transformée en une guerre dévastatrice impliquant une multitude d'acteurs locaux, régionaux et internationaux, ainsi que des groupes jihadistes.

La province d'Alep est morcelée entre les différents protagonistes de la guerre, avec des régions contrôlées par le régime, d'autres par les rebelles ou encore par le Front Al-Nosra ou encore par les jihadistes rivaux de l'organisation Etat islamique (EI).

 

Lire aussi 
La Turquie propose à la Russie une coopération contre l’EI 

La réconciliation russo-turque peut-elle changer la donne en Syrie ?

Al-Nosra kidnappe un chef rebelle soutenu par Washington

Nouveau gouvernement en Syrie, les ministères régaliens inchangés

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Voilà qui va fâcher le fournisseur abdelrahman le londonien de osdh-pq et ses heureux acquéreurs de mauvaise (...). Il va falloir qu'il se trouve une connerie à raconter maintenant... genre "le président Assad est un grand mangeur de jambon!"

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUI DU MASTODONTE OU DE L,OURS A JETTE PLUS DE LEST... CERTES LE RUSSE S,EST DECULOTTE D,OU LA CARTE VERTE OBTENUE DU PACHIDERME !

ACE-AN-NAS

Il ne peut pas y avoir de trêves pour des bactéries wahabites, même si elles sont soit disant molles.

ALEP EST ET RESTERA SYRIENNE , ET EN AUCUNE FAÇON TURC OU SAOUDO MACHIN .

Même si l erdo doit se dissoudre dans des excuses vis à vis des russes ou des iraniens .....

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué