Rechercher
Rechercher

Syrie

La Turquie propose à la Russie une coopération contre l’EI

L'armée israélienne a attaqué deux positions militaires syriennes sur le plateau du Golan.

Des soldats israéliens en poste dans le Golan occupé, à la frontière syrienne, en mars 2014. Ronen Zvulun/Reuters

La Turquie a proposé hier à la Russie une coopération dans la lutte contre le groupe État islamique (EI) en Syrie. Moscou a accepté d'améliorer ses relations avec Ankara après la lettre adressée par le président turc Recep Tayyip Erdogan exprimant ses regrets concernant l'avion russe abattu l'an passé par la défense antiaérienne turque près de la frontière syrienne. « Nous coopérerons avec tous ceux qui combattent Daech (acronyme arabe de l'EI). C'est ce que nous faisons depuis un certain temps et nous avons ouvert la base aérienne d'Incirlik à ceux qui veulent activement participer à la lutte contre Daech », aurait déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu dans un entretien à la chaîne TRT dimanche. « Pourquoi ne pas coopérer avec la Russie suivant les mêmes termes ? » s'est-il interrogé. « Daech est notre ennemi commun et nous devons combattre cet ennemi », a-t-il poursuivi.
À nouveau interrogé hier, le ministre des Affaires étrangères a rejeté l'interprétation qui a été faite de ses propos. « Nous avons dit que nous pourrions coopérer avec la Russie pour combattre Daech à l'avenir. Je n'ai jamais fait de commentaires concernant la venue d'avions russes sur la base aérienne d'Incirlik », a-t-il dit. La présidence russe a qualifié la proposition turque de « déclaration importante qui doit être examinée d'un point de vue militaire et politique », tout en précisant qu'aucun contact n'avait été pour l'instant établi avec la Turquie sur cette éventualité.

Plus de 13 000 civils
De son côté, l'armée israélienne a attaqué deux positions militaires syriennes sur le plateau du Golan après des tirs en provenance de la Syrie qui ont endommagé la barrière de sécurité le long de la ligne de démarcation, a indiqué hier sa porte-parole. « En réponse à des tirs en provenance de Syrie (dimanche), qui ont atteint la frontière avec Israël et endommagé la barrière de sécurité, les forces de défense israéliennes ont répliqué et visé deux positions militaires syriennes sur le plateau du Golan », a déclaré à l'AFP la porte-parole de l'armée.
Au nord de la Syrie, au moins 13 000 civils ont fui Manbij, depuis le début, fin mai, d'une offensive lancée par une alliance arabo-kurde soutenue par Washington contre l'EI, selon une ONG. Pour rappel, les Forces démocratiques syriennes (FDS) avaient réussi à pénétrer dans le sud-ouest de Manbij le 23 juin, après un siège de près de deux semaines et une offensive lancée fin mai contre cette ville stratégique aux mains de l'EI. « Au moins 13 000 civils ont fui Manbij depuis le début de l'opération des FDS le 31 mai », a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
« Les départs ont augmenté depuis que les FDS ont réussi à encercler totalement Manbij », le 10 juin, a-t-il souligné, précisant que dimanche « des centaines de personnes avaient fui un quartier sud de la ville où se déroulent de violents combats depuis plusieurs jours ».

(Source : agences)


La Turquie a proposé hier à la Russie une coopération dans la lutte contre le groupe État islamique (EI) en Syrie. Moscou a accepté d'améliorer ses relations avec Ankara après la lettre adressée par le président turc Recep Tayyip Erdogan exprimant ses regrets concernant l'avion russe abattu l'an passé par la défense antiaérienne turque près de la frontière syrienne. « Nous...

commentaires (0)

Commentaires (0)