Le billet de Gaby NASR

Causette d’été

Billet
Gaby NASR | OLJ
24/06/2016

Comme si l'animation engendrée par une combinaison ministérielle ratée et un Parlement branlant ne suffisaient pas à plomber l'ambiance, il a fallu en plus que les guignols de la politique peaufinent leurs talents de créatifs en inventant un nouveau concept : l'interruption volontaire de mandat. Une sacrée trouvaille dans un pays où l'IVG est encore gravée au burin dans le code pénal.

Cette semaine, c'est Bébert Fadel, député de Tripoli, qui a envoyé sur les roses ses collègues parlementaires en claquant la porte de l'Hémicycle. À moins d'un an de la fin de la législature, et alors qu'Istiz Nabeuh claironne qu'il n'y aura pas cette fois de rallonge, le sacrifice force l'admiration. Motif : « Plus rien ne marche. » Chapeau l'artiste ! Il lui a fallu quatre années de mandat électif et trois autres d'extension bidon pour s'en rendre compte. Mais bon, le métier finira bien un jour par rentrer.

Côté gouvernement, c'est exactement l'inverse qui s'est produit. En moins d'une semaine, c'est le ministre Saint John Azzi, biberonné depuis poupon au nectar du parti Kataëb, qui effectue un virage sur l'aile et les chapeaux de roues en mangeant sa démission. Depuis, il convoque régulièrement les cire-pompes qui l'entourent pour expliquer qu'il s'incruste pour représenter les chrétiens. Ouf ! Les Jésus-Marie-Maroun sont soulagés, ils ont failli être orphelins...

Entre-temps, les neuneus officiels accélèrent leur causette sur la question de savoir laquelle de l'élection présidentielle ou de la loi électorale doit passer en premier. Dilemme cornélien (de Corneille, le dramaturge français, pas le chanteur rwandais) ! Mais rien ne presse, ils peuvent pinailler des années sur des points débiles, au prétexte que le diable est tapi dans les détails. Tellement d'ailleurs, qu'on pourrait se demander si ce n'est pas la profusion des diables qui enfante ces détails. Le bel exemple que voilà, quand on sait qu'un peu plus au sud, des Hébreux multitâches se paient depuis des années des législatives, des présidentielles, des municipales, tout en abreuvant régulièrement les Palestiniens de bombes et autres surprises bariolées.

Mais ça, faut pas le dire. Ça fait tousser les bien-pensants...

 

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ma Fi Metlo

Ce qui est intéressant chez notre Gaby national,c'est qu'il décrit le monde comme il est , et aussi comme il voudrait qu'il fût.

Avec bien sûr un style propre à couper au couteau .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HELAS ! MAIS A QUAND LE VRAI REVEIL DEPOURVU DE MANIPULES ET DE MANIPULATEURS ? A LA PREMIERE BOUTEILLE D,ARAK ON ESPERE ET ON Y REVE... A LA DEUXIEME ON CROIT Y ETRE... MAIS ON EN CREVE !

Sabbagha Antoine

La politique, si elle n'est le rêve des génies,elle est d'ordinaire la causette des imbéciles.Merci Gaby pour cette belle causette matinale avec les imbéciles de notre cher pays .

Irene Said

Magnifique de vérité,
merci Monsieur Gaby Nasr et bon week-end !
Irène Saïd

Hind Faddoul

Superbe

al

Très belle analyse,

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.