X

Liban

La Fondation chrétienne libanaise dans le monde à l’œuvre aux États-Unis

Liban-USA

Les objectifs de l'organisation exposés à Washington en présence de Nehmat Frem.

23/06/2016

En présence de son président, Nehmat Frem, venu spécialement du Liban à cette occasion, la « Fondation chrétienne libanaise dans le monde » a tenu une conférence de presse le 13 juin au siège du National Press Club à Washington. Le triple but de cette rencontre a été annoncé par sa directrice, Nada Salem Abisamra : présenter les nouvelles stratégies visant à encourager les Américains d'ascendance libanaise à s'inscrire sur les registres officiels du statut personnel libanais, remercier tous ceux qui ont soutenu la cause de la fondation, lancée en 2013, et annoncer les noms des lauréats des bourses d'éducation et des billets d'avion pour le Liban, en vue d'un voyage éducationnel.

Outre les médias, un grand nombre de personnalités américano-libanaises étaient au rendez-vous, notamment la directrice de l'« American Task Force for Lebanon », Leslie Touma, et le directeur d'« In Defence of Christianity », Toufic Baaklini.
Nehmat Frem, qui est également président de la Fondation maronite dans le monde, a déclaré que « ce jour est aussi une célébration du vote de la loi permettant la restitution de la nationalité libanaise aux émigrés qui y ont droit ». Il a ensuite remercié tous les membres de la Fondation travaillant pour cet objectif. De même, il a mis l'accent sur l'excellente et solide collaboration avec l'ambassade et les consulats du Liban aux États-Unis, ainsi qu'avec les deux archevêchés et les autres églises maronites en territoire américain.

 

(Lire aussi : Assemblée annuelle de la Fondation maronite dans le monde)

 

Diplomates et dignitaires libanais à l'honneur
Par la même occasion, la fondation a tenu à honorer les quatre consuls généraux libanais œuvrant aux États-Unis, Ali Karanouh (Washington DC), Majdi Ramadan (New York), Johnny Ibrahim (Californie) et Bilal Kabalan (Miami). Le grand apport de quatre ecclésiastiques d'origine libanaise a été salué : il s'agit de Mgr Peter Karam (Ohio), Mgr Charbel Maroun (Minnesota), le père Simon Hajj (Pennsylvanie) et le père Charles Khachan (Texas).
Carla Jazzar, chargée d'affaires de l'ambassade du Liban à Washington, a exposé le mécanisme de la loi sur la restitution de la nationalité et réitéré la ferme volonté de l'ambassade et des consulats d'apporter leur concours pour aider à effectuer les formalités requises.
Elle a conclu par le message suivant à la fondation : « Votre tâche est la nôtre et il est de notre devoir de faciliter ce que vous entreprenez. »

À noter que la Fondation chrétienne libanaise dans le monde organise et fait la promotion de programmes sociaux et ethniques visant à renforcer les liens entre les Américains d'origine libanaise et leur patrie d'origine. Elle cherche à familiariser les Libanais des États-Unis avec leurs droits de citoyen libanais, dont celui de voter. Ce processus tend à la préservation de la spécificité libanaise. C'est-à-dire sa société pluraliste, sa convivialité confessionnelle et sa diversité culturelle.

 

Lire aussi
À la recherche des communautés perdues de la « nation » maronite

La Fondation maronite dans le monde, travail de mémoire et accomplissement d’un devoir

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué