X

Moyen Orient et Monde

Clinton vs Trump, un été d’insultes jusqu’à la victoire

Présidentielle US

Pas besoin de débats télévisés entre les deux candidats devenus, au quotidien, lanceurs de flèches empoisonnées.

02/06/2016

Lundi dernier, les États-Unis célébraient le Memorial Day et les rues étaient vides à Washington, puisque des millions d'Américains font souvent le voyage d'un État à un autre pour visiter les cimetières nationaux, afin d'honorer leurs héros tombés au front.

Un seul bruit de tonnerre se faisait entendre : celui des 40 000 motards, tous des vétérans, les « Rolling Thunder » qui, traditionnellement, arrivent des quatre coins du pays en procession dans la capitale fédérale. Cette fois, ils se sont réunis autour du monument de Lincoln pour entendre Donald Trump les remercier pour leur soutien. Appelés les « bubbas » (mal dégrossis), en majorité des ex-combattants de la guerre du Vietnam et représentant la classe laborieuse, ils étaient là, dès six heures du matin, pour se ranger aux côtés du candidat républicain. Pas étonnant que le lendemain, la grande presse ait notamment titré : « Les motards ont révélé un choix déjanté face à l'électorat américain. » Les badges de leurs blousons en cuir noir racontent l'histoire des guerres américaines du dernier demi-siècle.

Dans son discours, Donald Trump a affirmé que le gouvernement américain traite les émigrants mieux que les vétérans, lesquels brandissaient des pancartes portant des slogans comme : « Les motards pour Trump », ou « Hillary en prison cette année ». À noter que le patriotisme américain est en hausse avec toutes ses nuances du conservatisme. La vente des drapeaux est si répandue, actuellement, que leur production est devenue la plus grande industrie.

 

(Lire aussi : La ferveur, denrée rare de la campagne de Hillary Clinton)

 

Un (e) président (e) de la fragmentation
Pendant ce temps, Hillary Clinton a débarqué en Californie pour trouver que son rival démocrate Bernie Sanders était sur place depuis déjà quelques semaines. L'un et l'autre veulent le « Golden State ». Jusqu'à présent, Mme Clinton a suffisamment de délégués mais elle ne veut pas arriver à la Convention démocrate à Philadelphie sans être couronnée par la Californie. M. Sanders, lui, veut la Californie pour que son mot ait plus de poids à Philadelphie tout en sachant pertinemment qu'il ne va pas gagner. Entre-temps, Bernie Sanders est presque à égalité avec Mme Clinton dans les sondages en Californie.

Pour le Guardian de Londres, « Hillary Clinton a une semaine d'enfer », en référence à la primaire de la Californie, le 7 juin. Le quotidien britannique sous-entendait que, bien qu'elle ait assuré sa candidature, les investigations du FBI concernant ses e-mails ont encore une possibilité de nuisance. Et le journal se demande aussi si, avec tous ses problèmes, elle pourrait « affronter Donald Trump ». Alors que la revue Time a titré : « Comment Hillary a planifié de gagner dans l'ennui » et a sous-titré, « boor vs bore ». « Boor » signifiant arrogant face à celle qui n'arrive pas à dépasser un style de campagne ringard pour donner la réplique à Trump.
Même les membres de l'équipe de la campagne de l'ex-secrétaire d'État se plaignent que Donald Trump est omniprésent dans les médias audiovisuels, où on la voit rarement.

Par ailleurs, Hillary Clinton avait affirmé récemment que son mari, Bill, allait la soutenir plus activement dans sa campagne. Mais après deux mièvres interventions, on ne l'a plus revu. La raison ? Présence déficiente, discours « has been » et audience clairsemée. De quoi s'évaporer, après que Donald Trump eut annoncé qu'il allait s'en prendre à ce couple célèbre depuis que Bill était gouverneur de l'État de l'Arkansas en 1978.

Ainsi les plans de M. Trump seraient de continuer à s'attaquer aux Clinton jusqu'à sa victoire. Pour cela, il va utiliser les mêmes techniques expérimentées contre ses rivaux républicains, à savoir les déchiqueter. Reste que le clan d'Hillary a un contre-plan. En effet, la candidate démocrate ne voit plus dans le milliardaire la cible facile qu'elle pensait avoir au début. Et ses conseillers ont bien réalisé qu'elle avait sous-estimé son rival.
Donc s'annonce entre eux un grand été d'attaques et d'insultes. Les derniers sondages montrent qu'un grand pourcentage de démocrates, qui généralement sont intéressés par l'élection présidentielle, ne le sont pas pour celle-ci. Ce qui veut dire que le nouveau président qui sera élu le 8 novembre prochain, républicain ou démocrate, représentera un parti fragmenté.

 

Lire aussi

Clinton-Trump-Sanders : la brutalité, pas la diplomatie...

Les grandes lignes de la politique étrangère de Clinton et Trump

Les démocrates et les républicains pourront-ils apaiser leurs dissensions ?

Marine Le Pen : Hillary Clinton est "le choix le pire qui existe" pour la France

Selon Hillary Clinton, Donald Trump est une menace pour la démocratie

Hillary à la Maison Blanche à coup sûr ? Pas si vite

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il n'y a que le "Hélôh?" du minimäâllîm-Che, yîîîh, qui pourrait "relever le niveau" !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN PETIT COURS DE FRANCAIS : QU,EST-CE QUE C,EST QU,UN LUNATIQUE ? UN HOMME DONT L,HUMEUR EST CHANGEANTE ET IMPREVISIBLE... LAROUSSE PAGE 639 !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PREMIER LUNATIQUE A MIS LES MOUMANA3ISTES REGIONAUX DANS LA MERDE... LE SECOND RISQUE DE LA LEUR FAIRE AVALER AUSSI...

VITESSE DE CROISIÈRE

Vous ne rêvez pas on est aux usa , pays de la superpuissance économique , scientifique et militaire .

A t on vraiment besoin d'être aussi puissant pour se permettre d'être aussi trivial ou vulgaire ?

Si oui , au Liban on a pas besoin de se surpasser donc , on est en avance sur eux .

Le désastre de cette " superpuissance" serait une carpette aux commandes , hyllarie enfoncera ce pays encore plus dans le " detestation system" dans lequel tout l'establisment l'a propulsé depuis bien avant le mal luné bush , mais surtout pas lunatique .

Trump saura mieux mettre les pieds là où il le faudra pour faire "low profil" en remettant les alliances traditionnelles sur le tapis ,et en nouer d'autres plus re-actualisées .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

On dirait boSSfééér le bigaradier et l'enfant Gâté frânejéhhh !

Henrik Yowakim

Clinton vs Trump, un été d’insultes jusqu’à la victoire

QUOI QUE FASSENT LES DEMOCRATES ET QUOI QU'ECRIVENT LES GENTILS JOURNALISTES POLITIQUEMENT CORRECTS SURTOUT FRANCAIS QUI VILIPENDENT AUJOURD'HUI TRUMP

POUR SON POPULISME ET SA VULGARITEE,LES JEUX SONT FAITS EN VERRTU DU NOUVEAU DEAL AMERICAIN

2 MANDATS POUR LES DEMOCRATES ET 2 MANDATS SUIVANTS POUR LES REPUIBLICAINS.

JUSTE POUR AMUSER LA GALERIE ET DONNER L'ILLUSION DE LA DEMOCRATIE.FORMELLE,RITUELLE,FOLKLORIQUE ET TOUJOURS SOUMISE AUX BANKSTERS DE WALL STREET.DE SES GOLDENS BOYS,DE SES LOUPS ET SURTOUT DE SES TRAFIQUANTS/IMPRIMEURS DU BILLET VERT DEVENU OBESE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!