Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Présidentielle US

Clinton-Trump-Sanders : la brutalité, pas la diplomatie...

Le milliardaire new-yorkais ne reculera devant rien pour affaiblir l'ex-First lady.

Des partisans de Bernie Sanders lors d’un rallye en Californie le 17 mai. Robyn Beck/AFP

Mardi dernier, le candidat démocrate Bernie Sanders a révélé que l'immeuble abritant son staff au Nevada avait été saccagé et que des coups de feu avaient été tirés dans les bureaux de son quartier général, sans que l'on sache à qui attribuer ces violences. De mauvaises langues ont toutefois pointé du doigt l'autre candidate démocrate, Hillary Clinton. Il faut rappeler que dans l'Oregon et le Kentucky, les supporters de Hillary Clinton et de Bernie Sanders se sont très récemment battus à coups de chaises. De son côté, le candidat républicain Donald Trump a d'abord insinué puis déclaré, à plus d'une reprise, que « l'establishment du Parti démocrate a toujours maltraité Sanders ». L'avocat de ce parti, Bradley Schrager, craint pour sa part que les partisans de Sanders usent de tactiques similaires à la convention nationale des démocrates, en Philadelphie, l'été prochain.
Dans ce contexte, les conventions s'annoncent tumultueuses pour les deux camps. La pression du Parti démocrate augmente inexorablement sur Bernie Sanders pour le pousser à abandonner sa campagne présidentielle, sous prétexte que sa présence peut affaiblir les efforts du parti pour combattre Donald Trump et gagner la Maison-Blanche. Même la sénatrice démocrate Diane Feinstein a fait une déclaration dans ce sens : « Je ne crois pas qu'ils pensent aux conséquences. C'est même nocif, car Hillary elle-même n'a pas pu faire de ces élections générales le pivot qu'elles devraient être », avant d'ajouter : « Trump, lui, a pu le faire. »

Les infidélités de Bill...
Maintenant que Donald Trump a assuré sa nomination, il recycle les slogans de Bernie Sanders pour les utiliser contre Hillary Clinton. Les démocrates voient là une tactique du milliardaire new-yorkais pour capitaliser sur la décision de M. Sanders de rester dans la course. Ainsi, il empêcherait les supporters du démocrate d'aller vers Hillary Clinton. Par ailleurs, la volonté de M. Sanders de ne pas abandonner la course a mené le président américain Barack Obama et le vice-président Joe Biden à rester vagues concernant leur appui à Mme Clinton. Les officiels de la Maison-Blanche affirment, néanmoins, que le président Obama a l'habileté de pousser les jeunes électeurs de Sanders vers la candidate démocrate. Néanmoins, il est certain que la Maison-Blanche ne fera rien en ce sens avant que la nomination de Mme Clinton ne soit bien implantée.
En attendant, maintenant que la bataille a pris une dimension nationale entre Hillary Clinton et Donald Trump, il est très probable que ce dernier va tout faire pour affaiblir sa rivale. Il lui rappellera certainement les histoires d'infidélité de son époux au cours des débats télévisés qui les opposeront après les deux conventions. Il a aussi certainement l'intention de définir Hillary Clinton comme fondamentalement corrompue et se référera à ses problèmes judiciaires datant les années 1970. D'après les interviews que donne Donald Trump, il s'apprête également à attaquer les Clinton, en tant que couple, pour baisser davantage leurs chiffres dans les sondages, avec pour but de rallier les républicains, unis dans leur campagne anti-Clinton.
Dans cette bataille annoncée, Hillary Clinton a certes beaucoup d'expérience et de qualités mais reste à savoir comment elle va réagir face aux humiliations que le milliardaire veut lui infliger. Beaucoup voient la candidate à travers le prisme des défauts de son mari. Pour certains médias, elle arrivera à la Maison-Blanche si elle peut survivre aux accusations sulfureuses lancées par M. Trump, qui a d'ailleurs déclaré au Washington Post : « Elle planifie pour le futur, mais c'est son passé qui est dans la balance. » La réponse de Mme Clinton n'a pas tardé à fuser : « Si je gagne, je chargerai mon mari de revitaliser l'économie parce que, comme vous le savez, il sait comment y faire. »


Mardi dernier, le candidat démocrate Bernie Sanders a révélé que l'immeuble abritant son staff au Nevada avait été saccagé et que des coups de feu avaient été tirés dans les bureaux de son quartier général, sans que l'on sache à qui attribuer ces violences. De mauvaises langues ont toutefois pointé du doigt l'autre candidate démocrate, Hillary Clinton. Il faut rappeler que dans...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut