X

Liban

Au Liban-Sud, les indépendants et les communistes ont fait entendre leurs voix face au duopole chiite

La situation
23/05/2016

La partielle à Jezzzine et la troisième édition des municipales, qui se sont déroulées hier au Liban-Sud, le plus naturellement du monde, ont réconcilié les Libanais avec l'exercice démocratique suspendu depuis 2013.

On avait ainsi envie de répéter avec le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, qui a effectué en début de soirée une visite surprise à Jezzzine, que l'organisation des législatives était effectivement possible et l'est toujours, mais à partir du moment où le Parlement qui s'est autoprorogé jusqu'en juin 2017 élira un président de la République.

La partielle organisée hier dans ce caza a en effet mis en relief le côté trompeur des arguments avancés en novembre 2014 pour justifier une seconde rallonge du mandat parlementaire, après celle de 2013.
L'homme d'affaires Amal Abou Zeid devient ainsi le premier député « élu » depuis 2009. Le nouveau député maronite de Jezzine qui succède à Michel Hélou, décédé en juin 2014, a obtenu un peu plus de 14 165 voix, selon les chiffres non officiels, contre 7 000 voix, toujours selon les chiffres non officiels, à Ibrahim Azar, fils de l'ancien député Samir Azar et un des quatre candidats au siège maronite de Jezzine. M. Azar a obtenu un score d'autant plus respectable qu'il faisait face à une puissante machine électorale, celle du CPL et des Forces libanaises.
Les deux autres candidats en lice étaient le général à la retraite Salah Gebran, ancien commandant en chef de la gendarmerie, et Patrick Rizkallah, un dissident du CPL qui a eu le mérite de mener campagne en se réclamant du document politique initial du CPL élaboré en 2005 et qui a été relégué aux oubliettes par le directoire aouniste.

(Lire aussi : Municipales : paroles d'électeurs au Liban-Sud et à Nabatiyé)

 

Le taux de participation, 53 % selon le ministère de l'Intérieur, a révélé un électorat plutôt mobilisé qui, pour les municipales, a apparemment choisi de créer sa propre liste en puisant dans les deux listes en lice. L'une est menée par le président sortant du conseil municipal, Karim Harfouche, soutenu par le CPL, une partie des Kataëb et les Forces libanaises, tandis que l'autre, formée par l'ancien député Samir Azar, était appuyée par le mouvement Amal et le PSNS. Le panachage pratiqué était cependant tel qu'il rendait tout pronostic impossible, d'autant que le dépouillement des voix était en train de prendre des heures. À l'heure d'aller sous presse, on apprenait cependant que la liste Azar pouvait percer celle du CPL-Kataëb-FL.

Ailleurs au Liban-Sud, où la consultation populaire s'est déroulée presque sans accrocs – un incident nocturne a quand même été signalé dans le village de Deir Intar, à Bint Jbeil –, en comparaison avec les municipales à Beyrouth et au Mont-Liban, le trait marquant de la journée a sans doute été la mobilisation des indépendants et des partis de gauche, notamment le Parti communiste, face au tandem Amal-Hezbollah.


(Lire aussi : Les élections entachées de nombreuses infractions, constate la Lade)

 

Dans la plupart des cazas de Jezzine, Nabatiyé, Bint Jbeil et Marjeyoun-Hasbaya, et même dans le village du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, Bazouriyyeh, des indépendants et des partisans du PCL ont formé des listes, le plus souvent incomplètes, qui ont croisé le fer avec le tandem chiite. Même s'ils avaient peu de chances de s'imposer ou de percer, ils ont voulu manifester leur opposition à la politique que le parti de Hassan Nasrallah impose à la région, notamment à Bint Jbeil où l'on se souvient de l'épisode des débits de boisson, tenus par des partisans de partis de gauche qui, en dépit des attentats dont leurs établissements ont été la cible, ont tenu tête à leurs détracteurs. À Kfarchouba, on apprenait en soirée que la liste soutenue par Amal et le Hezb aurait perdu face aux indépendants. À Kfarremmane, deux moukhtars de la liste de gauche (sur quatre) ont été élus, tandis que trois candidats communistes pour le conseil municipal ont réussi à percer la liste Amal-Hezbollah. Notons qu'au cours du week-end, le secrétaire général du PCL, Hanna Gharib, avait effectué une tournée auprès de la machine électorale du parti, dans la région de Bint Jbeil, à Houla, Khiam, Kfar Hamam, Ibl el-Saki, Srifa, Qlaylé, Ansar et Kfarremmane.

À Saïda, c'est la liste soutenue par le courant du Futur et menée par le président du conseil municipal sortant, Mohammad Saoudi, qui a remporté sans surprise les élections face à celles qui étaient appuyées l'une par Oussama Saad et l'autre par les islamistes.

 

Lire aussi

Derrière la bataille municipale de Jounieh, l'ombre d'un général..., le décryptage de Scarlett Haddad

À Jezzine, un double scrutin fondamentalement politique

Saïda : propulsé en héros par la crise des déchets, Mohammad Saoudi est donné d'emblée vainqueur

Bint Jbeil est restée, malgré tout, un peu communiste...

À Marjeyoun et Hasbaya, des voix dissidentes ébranlent la quiétude des partis invaincus mais non invincibles

Bataille ajournée à Kfar Sir, et « Kfar remmane sera toujours Kfar Moscou »

À Tyr, le plébiscite chiite et la première « opposition »

Batailles familiales dans les villages chrétiens

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ou "éhontée" plutôt, yâ hassértéééh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ou bien même, la "Pucelle d’Orient révoltée"….
Yâ wâïyléééh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et venir faire après la "Sainte-nitouche" !

RE-MARK-ABLE

On ne peut que se réjouir de cette élection , de comment elle s'est déroulée et de comment elle a fini .

Les meilleurs ont gagné et ma foi si des indépendantistes ont percé des listes "traditionnelles" ce n'est qu'un plus démocratique !

Je ne vois pas pourquoi certains se font un mourant de sang d'encre en cherchant la petite bête qu'ils transportent dans leur tête ??,!!!@@@

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il ne sert à rien avant ou après avoir tué, d’aller "élire".... ou surtout "Prier" !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Culottés....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Comment peuvent-ils tout bonnement participer à ces élections, alors qu'à côté leur miliciens participent à des carnages ?

Ali Farhat

Ben c'est bien, non!? Preuve que le processus démocratique règne. Maintenant si le but de l'article c'est de dire que le puissant tandem n'est pas le seul, c'est déjà bien mais une piètre consolation pour certains haineux.

Sabbagha Antoine

Bonnes surprises même minimes contre les tribus .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ou bien, comment cette petite chandelle répand au loin sa lumière !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué