X

Économie

Une usine de la Békaa accueillera le plus grand parc solaire du Liban

Liban - Énergies renouvelables

Alimentant l'usine de mise en bouteilles d'eau minérale Berdawni, ce vaste projet, qui commencera à être opérationnel cette semaine, devrait atteindre une capacité de 1,4 mégawatt d'ici à mi-2017.

26/04/2016

L'usine de mise en bouteilles d'eau minérale Berdawni, située près de Zahlé (Békaa), achève cette semaine la première phase de son ambitieux projet de production d'énergie solaire. Grâce à l'installation de 1 000 panneaux solaires, elle peut subvenir à la moitié de ses besoins en électricité, le reste étant fourni par l'opérateur Électricité de Zahlé (EDZ).
Une deuxième phase de construction est prévue pour cet été, afin de doubler le nombre de panneaux solaires qui produiront ainsi assez d'électricité pour le fonctionnement de l'usine – soit 600 kilowatts (kW) – qui embouteille 36 millions de litres d'eau par an. Cette capacité de production fera d'elle l'une des plus grandes installations de ce genre dans le secteur privé. Mais lorsque environ 2 600 nouveaux panneaux solaires seront installés à l'été 2017 pour atteindre une capacité de 1,4 mégawatt (MW), Berdawni deviendra le plus grand parc solaire au Liban, secteur privé et public confondus. Le plus grand projet de production d'énergie solaire actuel, Beirut River Solar Snake, inauguré par l'État l'année dernière sur le fleuve de Beyrouth, a, lui, une capacité de 1 MW.

 

(Pour mémoire : Efficacité énergétique : le Liban se donne encore 5 ans pour se rattraper)

 

Plus facile sans coupures
L'ensemble du projet coûte au total deux millions de dollars, financé via des prêts bancaires subventionnés par la Banque du Liban, dont le taux d'intérêt ne dépasse pas 1 % sur 11 ans. « Cette somme sera amortie d'ici à 2020 ou 2021, si le prix moyen du baril de pétrole reste aux alentours de 50 dollars », estime Ghassan Saliba, propriétaire de l'usine. « Dans ces conditions, nous pourrons économiser 35 % du total de nos dépenses énergétiques », soit 145 000 dollars par an après la deuxième phase d'expansion cet été, ajoute-t-il.
L'installation de panneaux solaires à grande échelle aurait été plus difficile ailleurs qu'aux alentours de Zahlé, qui ne souffre plus de coupures d'électricité suite à la mise en service par EDZ d'une nouvelle unité de production d'électricité thermique en février 2015. « S'il y a des coupures, il faut installer des batteries pour stocker l'électricité générée par les panneaux solaires, ce qui représente un coût conséquent », souligne Saad Maakaron, cofondateur de Green Essence Lebanon, l'entreprise de fabrication photovoltaïque qui supervise le projet.


Comme elle ne stockera pas l'électricité produite par le solaire, l'usine de Berdawni devra avoir recours à EDZ dès que le soleil disparaît. Un échange qui marche également dans l'autre sens : lorsque l'usine produira un surplus d'électricité, il pourra être réinjecté chez EDZ et déduit de la facture de l'usine. « Ce mode de fonctionnement a été mis en place suite à une décision du conseil des directeurs d'Électricité du Liban (EDL) en 2011, afin de stimuler le marché et pousser les gens à installer des unités de production d'énergie renouvelable », explique Pierre Khoury, PDG du Centre libanais pour la conservation de l'énergie. Mais si l'usine renvoie vers EDZ plus d'électricité qu'elle ne consomme, celle-ci ne sera pas défrayée, du fait du monopole de production électrique conféré par la loi de 1964 à EDL.
Ghassan Saliba espère que cette loi changera bientôt afin de pouvoir vendre de l'électricité à l'État. Souhait qui pourrait bientôt devenir réalité grâce à une loi votée en avril 2014 qui autorise le gouvernement à délivrer des permis de production d'électricité au secteur privé pendant deux ans (prolongés de deux autres années en novembre dernier). « Depuis 2014, le gouvernement et le ministère de l'Énergie travaillent sur les décrets et les étapes pratiques afin de transformer cette loi en réalité », note Pierre Khoury.

 

Lire aussi

Opération séduction de la « Cleantech » suisse au Liban

Des panneaux photovoltaïques à même les façades

Le gouvernement mise aussi sur les petites centrales hydroélectriques

L’État investit dans un nouveau parc de panneaux solaires à Zahrani

 

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NULLE PART DANS LE MONDE LE SOLAIRE N,A RESOLU... DU MOINS JUSQU,AUJOURD,HUI... COMPLETEMENT LE PROBLEME... IL EN PARTICIPE DE 2,5 ET JUSQU,A 10 % AU PLUS HAUT... MAIS LES DEMANDES AUGMENTANT AVEC L,AUGMENTATION DES POPULATIONS LE RESULTAT DEFINITIF EST UN -ZERO- !!!
AU LIBAN UNE COMBINAISON DE L,HYDRAULIQUE AVEC LE SOLAIRE POURRAIT ALLEGER LES SOUFFRANCES EN AUGMENTANT LES HEURES DE LUMIERE PROPRE...

Irene Said

BRAVO !
Comme quoi 1 Libanais civil, intelligent et capable vaut...10 MARIONNETTES-INCAPABLES qui polluent notre pauvre pays.
Allez, Libanais, comprenez enfin cela et agissez en conséquence !
Irène Saïd

NAUFAL SORAYA

BRAVO!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué