syrie

L'armée syrienne, appuyée par le Hezbollah et les Russes, entre dans Palmyre

De Mistura annonce que les discussions entre régime et opposition reprendraient autour du 9-10 avril.

L'armée syrienne, appuyée au sol par le Hezbollah, par un commando des forces spéciales russes et l'aviation de Moscou, est entrée dans la ville antique de Palmyre, dans l'est de la Syrie, pour en expulser l'EI qui la contrôle depuis mai 2015. REUTERS/SANA/Handout

Le groupe Etat islamique (EI) était la cible jeudi d'une double offensive contre ses fiefs syrien de Palmyre et irakien de Mossoul, 48 heures après les attentats meurtriers que l'organisation jihadiste a revendiqués à Bruxelles. Mossoul, comme Palmyre, et surtout la ville syrienne de Raqqa (nord), font partie du "califat" autoproclamé par le chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi en juin 2014.

Appuyée au sol par ses alliés -le Hezbollah et les forces spéciales russes- l'armée syrienne, également soutenue par l'aviation russe, est entrée dans la cité de Palmyre dans l'est de la Syrie pour en expulser l'EI, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et une source militaire syrienne.
Le ministère russe de la Défense a fait état de 146 frappes du 20 au 23 mars contre des "cibles terroristes" dans cette région contrôlée par le groupe jihadiste depuis mai 2015.

Les forces prorégime, qui ont lancé l'offensive le 7 mars, sont entrées dans Palmyre du côté sud-ouest après des combats avec l'EI mais avancent "lentement en raison des mines" plantées par les jihadistes, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.
Elles sont également entrées du côté nord-ouest de la ville après avoir pris le contrôle d'une partie de la Vallée des tombeaux, a dit la source militaire.

 

(Lire aussi : Syrie : pourquoi la Russie se désengage ?)

 

Commando russe
Un commando des forces spéciales russes dirige sur place les opérations et "intervient directement quand c'est nécessaire", selon une autre source sur le terrain.
En soirée, l'artillerie syrienne continuait de bombarder les positions jihadistes mais les soldats n'avançaient plus en raison du danger des tireurs embusqués la nuit. Quarante jihadistes et huit prorégime ont péri ces dernières 24 heures dans les combats, selon l'OSDH.

Depuis qu'il a conquis Palmyre, l'EI y a détruit des trésors archéologiques comme le célèbre Arc de Triomphe, les temples de Bêl et de Baalshamin ou encore des tours funéraires symboles de l'essor de cette ville vieille de plus de 2.000 ans et classée au patrimoine mondial de l'Humanité.
Sa reprise permettrait au régime de progresser plus à l'est dans le désert syrien vers la frontière avec l'Irak, contrôlée par les jihadistes.

 

(Lire aussi : Syrie : les jeux ne sont pas encore faits)

 

Briser la glace
Mercredi, au lendemain des attentats à l'aéroport de Bruxelles et à une station de métro (31 morts et 300 blessés), le président américain Barack Obama a érigé en priorité absolue la neutralisation de l'EI.
"Nous continuerons de combattre l'EI jusqu'à les chasser de Syrie et d'Irak, et que (le groupe) soit finalement détruit", a-t-il dit.
Une solution entre régime et rebelles syriens qui respectent globalement depuis le 27 février une trêve dans les combats, aiderait les grandes puissances à concentrer leurs efforts sur la lutte anti-EI.

Pour tenter de mettre fin au conflit syrien qui a favorisé la montée en puissance de ce groupe capable de frapper l'Europe, le chef de la diplomatie américaine John Kerry rencontrait à Moscou son homologue Sergueï Lavrov avant un entretien avec le président Vladimir Poutine.

A Genève, sous le parrainage de Moscou et Washington, régime et opposition ont achevé une session de discussions par l'intermédiaire de l'Onu, axée sur une "transition" politique. L'envoyé spécial de l'Onu, Staffan de Mistura, a annoncé qu'elles reprendraient autour du 9-10 avril.
Même s'il n'y a pas eu de progrès notables, les dix jours de pourparlers ont surtout servi à briser la glace.
Selon l'Onu, M. de Mistura a remis un document recensant "12 points de convergence" entre les deux camps dont la souveraineté de la Syrie, le refus de l'intervention étrangère ou le rejet du confessionnalisme.

Le sort du président Bachar el-Assad reste l'une des principales pierres d'achoppement, Washington et l'opposition appelant à son départ mais Moscou assurant que seul le peuple syrien peut décider de son sort.
Le conflit syrien, déclenché en mars 2011, a fait plus de 270.000 morts et provoqué une grave crise migratoire avec l'exode de millions de Syriens.

 

 

 

Lire aussi
Après son retrait de Syrie, Moscou confronté au risque du retour de ses jihadistes

Désengagement partiel en Syrie : un double joker pour Moscou à Genève

A Lattaquié, fief de Bachar el-Assad, les habitants regrettent le départ des Russes

L'EI affirme avoir tué des soldats russes et syriens ainsi que des combattants du Hezbollah à Palmyre

Palmyre, visite guidée d'un trésor menacé


Le groupe Etat islamique (EI) était la cible jeudi d'une double offensive contre ses fiefs syrien de Palmyre et irakien de Mossoul, 48 heures après les attentats meurtriers que...

commentaires (10)

plutot que de decider du sort du boucher de damas il faudrait plancher sur une nouvelle constitution pour la syrie avec un president sunnite avec mandat non renouvelable de 5 ans...

HABIBI FRANCAIS

09 h 39, le 25 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • plutot que de decider du sort du boucher de damas il faudrait plancher sur une nouvelle constitution pour la syrie avec un president sunnite avec mandat non renouvelable de 5 ans...

    HABIBI FRANCAIS

    09 h 39, le 25 mars 2016

  • "En s'emparant de la totalité de la cité antique de Tadmor-Palmyre, l’État islamique s'était aussi rendu maître de la prison bääSSyrienne de la ville, l'une des plus dangereuses du monde ! Cette prison est tristement réputée pour ses conditions de détention inhumaines, ses actes de torture ou ses exécutions aSSadiques et sommaires de prisonniers ! Les détenus étaient aussi soumis à des formes pures médiévales de torture et d'exécution. Ceux qui avaient subis un tel sort étaient souvent choisis au hasard par les aSSaSSins bääSSyriens, pour maintenir un état de peur perpétuel au sein de la prison. Ce n'était qu'un (royaume de mort et de folie) ! Cette prison de Tadmor-Palmyre était aussi tristement célèbre pour un massacre de détenus le 27 juin 1980, au lendemain d'une tentative manquée d'assassinat contre le Père aSSadique, lorsque des membres des unités des Brigades de défense de Rifaat l'aSSadique, frère du Père aSSadique, ont pénétré dans la prison et assassiné près d'un millier de prisonniers dans les dortoirs...." ! C'est donc pour perpétrer à nouveau leurs massacres de prisonniers politiques, que ces aSSaSSins bääSSyriens font des pieds et des mains.... ensanglantées pour la récupérer à cette prison de Tadmor-Palmyre ! Ni pour sauver ce site antique, ni balloûtes !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    04 h 48, le 25 mars 2016

  • la on est d'accord, pour repousser l'EI aucun pb cependant meme a cela, le regime et Assad ne resterons pas de plus les russes ont clairement montrer a l'iran que c'est lui le vrai joueur et a assad qu'ils ne soutiendrons pas a n'importe qu'elle prix ni supporterons ces caprices des dernieres semaines !! pour finir la russie est d'accords avec les USA depuis le jour 1 et les USA savaient qu'ils allaient rentrer 4 mois avant eur rentrer dites MOI OU SONT VOS SLOGANS ABAT AMRICA??? OU SONT VOS SLOGANS QUAND ON SAIT MAINTENANT (MAIS CERTAINS L'AFFIRMAIT DEPUIS 2005) QUE DEPUIS 2003 L'IRAN A AIDER LES USA DE GWBUSH (CELUI LA MEME QUE VOUS INSULTIEZ JOUR ET NUIT)

    Bery tus

    00 h 57, le 25 mars 2016

  • "L'armée prorégime" ? L'armée du régime ? L'armée syrienne...

    Melki Elias

    00 h 04, le 25 mars 2016

  • Je viens de lire dans une depeche russe que l'armée russe s'excuse d'intervenir à palmyre pour y déloger les bactéries salafowahabites. Ce devrait faire plaisir aux huluberlus.

    FRIK-A-FRAK

    21 h 51, le 24 mars 2016

  • GRACE A DES FORCES SPECIALES RUSSES QUE MOSCOU A CONFIRME ETRE SUR LE TERRAIN...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 33, le 24 mars 2016

  • CES TARES VONT DETRUIRE TOUT AVANT DE FUIR...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 39, le 24 mars 2016

  • Allez un petit commentaire, L'ei est pour les européens cest le pire L ei est pour les résistants une bactérie en eradication à Palmyre. Je continue sur mon bon gros rire de satisfaction.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 35, le 24 mars 2016

  • Sans commentaire mais avec un bon gros rire de satisfaction. Et ce ne sera pas le dernier , inshallah.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 03, le 24 mars 2016

  • L'astuce est connue ...! l'EI dit aux civils de fuirent pour ce mêler à eux ... et éviter les frappes directes...

    M.V.

    14 h 00, le 24 mars 2016