X

Moyen Orient et Monde

Syrie : les jeux ne sont pas encore faits

Décryptage

Vladimir Poutine est-il en position d'imposer tout ce qu'il souhaite au président syrien ?

21/03/2016

Bachar el-Assad a passé une mauvaise semaine. Lundi dernier, Vladimir Poutine annonçait le début du retrait de la majeure partie des forces russes déployées en Syrie. Jeudi, les Kurdes syriens votaient favorablement la création d'une entité « fédérale démocratique ». Vendredi, Staffan de Mistura, l'émissaire de l'Onu pour la Syrie, mettait la pression sur les dirigeants syriens pour qu'ils présentent « une vision plus détaillée de la façon dont ils envisagent la transition politique ». Trois déclarations qui sonnent comme trois mauvaises nouvelles pour le régime syrien qui négocie actuellement, de façon indirecte, avec l'opposition à Genève.
Le timing de ces trois annonces, intimement liées, n'est pas anodin et reflète les tractations en cours entre Washington et Moscou. Russes et Américains veulent que les négociations s'accélèrent, d'où la pression exercée sur le régime, et semblent favorables à l'instauration d'un État fédéral en Syrie. Leurs intérêts sont assez proches – préservation des institutions syriennes, lutte contre les organisations jihadistes –, mais des divergences demeurent quant au sort à réserver à Bachar el-Assad et à la classification des opposants armés au régime syrien dans la catégorie des groupes terroristes. Ces divergences font pour l'instant le jeu du président syrien qui n'a montré jusqu'alors aucune volonté de négocier. Même si les trois événements qui se sont déroulés cette semaine lui sont défavorables, il sait qu'ils ne lui sont pas fatals.


(Lire aussi : Désengagement partiel en Syrie : un double joker pour Moscou à Genève )

 

Que fera Vladimir Poutine ?
Le retrait – partiel – des forces russes ne signifie pas que Moscou abandonne son allié. Les Russes conservent leurs bases de Lattaquié et de Hmeimim, leur système de défense antiaérien, et continuent de bombarder les positions des groupes qu'ils qualifient de terroristes. Mais l'annonce de Vladimir Poutine est peut-être en partie motivée par un agacement vis-à-vis du manque de coopération du régime. L'intervention russe a en effet permis de modifier considérablement le rapport de force sur le terrain, sécurisant la Syrie utile et permettant aux forces loyalistes d'être à l'offensive sur tous les fronts. Mais alors que les Russes semblent se satisfaire de cette situation, M. Assad veut remettre la main sur l'ensemble du territoire. Le retrait russe est notamment un moyen de faire pression sur son allié tout en gardant la main sur la scène diplomatique et en conservant la marge de manœuvre nécessaire pour préserver ses intérêts sur la scène militaire. Avec ce retrait, Vladimir Poutine n'a absolument rien à perdre et tout à gagner. Mais cela suffira-t-il à convaincre son allié syrien de modérer sa position lors des négociations ? Et que fera M. Poutine si ce dernier refuse ? Est-il en position d'imposer tout ce qu'il souhaite au président syrien ? Les Iraniens auront aussi leur mot à dire.


(Dossier spécial : Guerre en Syrie, an V : Pour quoi, pour qui et comment ?)

 

Risques de partition
L'annonce des Kurdes syriens concernant la création d'une entité « fédérale démocratique » a probablement dû faire bondir les dirigeants à Damas. Forts du soutien de Moscou et de Washington, les Kurdes ont mis la main sur un vaste territoire dans le Nord syrien et ont déjà, de facto, une certaine autonomie. Dans les combats qui les opposent aux rebelles syriens, ils se sont même alliés, de façon indirecte, aux forces loyalistes. Mais cette alliance demeure circonstancielle compte tenu du fait que Damas n'a aucune intention de céder une partie de son pouvoir à une autorité fédérée. Et dans cette lutte, elle devrait trouver un allié assez inattendu : la Turquie. Ankara s'opposera en effet à tout projet d'autonomie pour les Kurdes syriens, craignant que cela déstabilise encore plus sa frontière avec la Syrie. Washington devrait également s'opposer à cette initiative en soutien à son allié turc. La fédération syrienne n'est donc pas encore près de voir le jour. D'autant que beaucoup d'obstacles restent à franchir avant sa mise en œuvre. Qui dominerait les régions de l'Est syrien actuellement sous le joug de l'État islamique ? Comment éviter les risques de partition ? Et surtout : qui aurait la main sur le pouvoir central ? Car davantage que la question de la nature de l'État, c'est bien celle de la nature du régime qui conditionne toute possibilité de trouver une issue au conflit syrien. Avec cette interrogation en toile de fond, à laquelle ni les Russes ni les Américains ne parviennent pour l'instant à trouver une réponse : dans l'équation Assad/régime/Syrie, à quel point la survie de la dernière donnée dépend de celle des deux premières ?

 

Lire aussi
A Lattaquié, fief de Bachar el-Assad, les habitants regrettent le départ des Russes

Retrait russe de Syrie : Poutine garde la main

Quand le Kremlin tente d’utiliser l’Arménie dans son conflit avec Ankara

Bilan de l'intervention en Syrie : les experts russes divisés

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VAINQUEUR LE PEUPLE SYRIEN... OU LE PARTAGE DE FACTO QUE LE PEUPLE SYRIEN NE RECONNAITRA JAMAIS ET LA GUERRE INDEFINIE SERAIT OUVERTE...

M.V.

Les jeux sont fait ..vu que les occidentaux ont préféré jouer à la roulette russe ..avec 5/6 balles dans le barillet....!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Avec cette interrogation en toile de fond : dans l'équation Assad/régime/Syrie, à quel point la survie de la dernière donnée dépend de celle des deux premières ?".
Dans tous les cas, cette première donnée subira le même sort que Kadhafi. Même pire !

Fan Phare Rond

L'erreur que certains journalistes font , et malheureusement continuent de faire , c'est de focaliser sur Bashar le héros de la résistance au complot .

Je pense qu'en 5 ans et plus , il a réalisé une prouesse politique et militaire jamais égalée au M.O , et dans le monde arabe .
Il pourrait partir demain s'il se devait , mais en aucune façon le régime syrien ne connaîtra les affres d'une fin de guerre à l'Irakienne ou à la Lybienne , voir égyptienne ou tunisienne .

Le régime central sera préservé et les acquis de cette résistance conservés , pour que tout autre homme politique syrien qui reprendrait la main continuerait à faire vivre la Syrie libre de ses choix et indépendante des immixions des bensaouds
à travers ses bactéries .

La Syrie est devenue une chasse gardée russe , cela est évident et pour Poutine et le successeur de Poutine c'est dans la continuité de ce fait qu'il faut placer le débat .

En Irak , l'éviction de El Maliki n'a pas empêché l'Iran d'être toujours le maître du jeu
Tout comme en bensaoudie , le jour où cette maudite famille sera écartée , les us et les sionistes mettront d'autres hommes en place .

C'est juste qu'il faut voir le monde en recto/verso , maintenant à présent et aujourd'hui , Mr Samrani .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants