X

Moyen Orient et Monde

Guerre en Syrie, an V : Pour quoi, pour qui et comment ?

Dossier spécial
OLJ
15/03/2016

La révolution syrienne de 2011, devenue guerre civile puis guerre par procuration, est aujourd'hui l'imbrication d'une multitude de conflits qui orientent non seulement la perception que les Syriens ont de leur propre guerre, mais aussi celle qu'en a le reste du monde. C'est pour mieux comprendre comment ces cinq années ont détruit la Syrie, ont mis la région à feu et à sang et ont déstabilisé les relations internationales que « L'Orient-Le Jour » a préparé ce dossier, ce Guerre en Syrie, an V ; pour répondre à ces trois questions qui n'en font en réalité qu'une : pour quoi, pour qui et comment en est-on arrivés là ? Un dossier mis sous presse avant que le président russe, Vladimir Poutine, n'annonce, à la surprise générale, le début du retrait, à partir d'aujourd'hui, de la majeure partie de son contingent militaire de Syrie.

 

Lire dans notre dossier spécial

 

 

C'est le cadeau de Vladimir Poutine pour l'anniversaire des cinq ans du conflit syrien. Le président russe a ainsi annoncé hier le début du retrait, à partir d'aujourd'hui, de la majeure partie de son contingent militaire, compte tenu du fait que la mission a été « globalement accomplie ». Le nouveau coup de poker du maître du Kremlin a surpris tout le monde. Mais que signifie réellement cette annonce ? Est-ce un nouveau tournant majeur, au moment de la reprise des négociations de Genève, ou un coup de communication savamment orchestré ? Lire la suite

  

 

Le fédéralisme pour réunifier la Syrie ?,

le commentaire d'Antoine Ajoury

 

Si le régime et l'opposition en Syrie sont d'accord sur un point, c'est leur aversion manifeste du système fédéral.
Cette idée, lancée il y a quelques jours par les Russes avant le début d'un nouveau round de discussions à Genève, a été catégoriquement rejetée par l'opposition syrienne représentée par le Haut Comité des négociations (HCN), qui estime que « l'unité de la Syrie est une ligne rouge. Cette question n'est pas négociable et l'idée d'une fédération serait un prélude à un découpage de la Syrie ». De son côté, le régime de Bachar el-Assad espère toujours reconquérir la totalité du territoire syrien et n'a donc aucun intérêt à partager le pouvoir. Lire la suite

 

 

 

Des Russes qui bombardent d'autres Russes. Des Américains qui bombardent d'autres Américains. Des Français qui bombardent d'autres Français. Des Israéliens qui bombardent des Libanais. Des Turcs qui bombardent des Kurdes. Et surtout, des Syriens qui bombardent d'autres Syriens. Au sol, Libanais, Iraniens, Irakiens, Afghans et Pakistanais prêtent main forte à l'infanterie syrienne. Leurs combats quotidiens les opposent aux rebelles syriens, mais aussi à des belligérants de plus de 85 nationalités différentes – dont des Saoudiens, des Tunisiens, des Irakiens, des Russes, des Français, des Scandinaves et des Américains – qui viennent grossir les rangs des organisations jihadistes. Une guerre civile et mondiale. Ou plutôt la mondialisation d'une guerre civile. Lire la suite

 

 

Quatre idées reçues sur la guerre en Syrie,

le décryptage de Caroline Hayek

 

Une guerre se livre sur tous les fronts, notamment sur celui de l'information. Le conflit syrien, qui rentre aujourd'hui dans sa sixième année, ne fait pas exception à la règle. Les puissances, les médias, les analystes livrent des récits multiples qui alimentent, consciemment ou non, la confusion sur la nature et les enjeux de ce conflit. Dans ce marasme d'informations, construit à partir d'une logique de storytelling, se confondent mythes et réalités. Les théories les plus loufoques, qui ne s'appuient sur aucun fait, sont relayées, notamment sur les réseaux sociaux, et impactent profondément la compréhension du grand public. Retour sur quatre idées reçues sur la guerre syrienne, qui ont la dent dure. Lire la suite

 

 

Photo archives AFP

 

En mars 2011, l'étincelle de Deraa déclenche une vague de révoltes, dans la ville côtière de Lattaquié, à Banias, Homs et dans les quartiers sunnites des banlieues de Damas. La contestation se propage essentiellement dans les périphéries, où se concentrent les capitaux de la bourgeoisie sunnite et des affairistes. Il faut dire que la libéralisation à pas forcés a eu des conséquences irréversibles. L'opulence grandissante d'une minorité offrait un contraste radical avec la précarité de l'existence quotidienne de ceux qui n'étaient pas directement bénéficiaires du système clientéliste. Si Bachar el-Assad avait réussi le pari de sortir la Syrie de l'isolement international et renforcé sa légitimité par la conduite d'une politique étrangère autonome, sa crédibilité s'est rapidement effritée face à son incapacité à réformer une administration sclérosée et corrompue. La contestation, qui a été le fait des couches inférieures de la société syrienne, revêt immédiatement une coloration communautaire, les minorités alaouite, chrétienne et druze restant à l'écart du soulèvement. Lire la suite 

 

 

Un sunnite, un chiite, un chrétien : 3 regards, 3 guerres, 3 Syrie,

les témoignages recueillis par Samia Medawar

 

2011-2016 : trois personnes issues de milieux socioculturels différents racontent à « L'Orient-Le Jour » l'évolution de leur quotidien au fur et à mesure que le conflit se complique en Syrie. Lire la suite

 

 

Petites causes, grandes conséquences : la Syrie et le monde, c'est l'effet papillon. Si le spectre d'une « troisième guerre mondiale » pointe son nez avec insistance ces dernier mois, c'est bien parce qu'une multitude d'acteurs mondiaux sont engagés directement ou indirectement dans le conflit syrien.
Cinq ans après le début des premières manifestations en Syrie, le conflit a des répercussions sur l'ensemble de l'échiquier mondial : attentats terroristes, crise des réfugiés, prix des hydrocarbures, course au leadership mondial et guerre froide au Moyen-Orient. À mesure que le temps passe, cette guerre impacte plus d'acteurs, et plus durablement. Lire la suite

 

 

 

Alep, Nord-Est. Hassan* et Alya* vivent avec leurs trois enfants dans un appartement prêté par un ami. Depuis le début des soulèvements, ils n'ont quitté leur ville que deux mois : c'était pour la Turquie, fin 2012, afin que Alya accouche de leur troisième enfant. Le modeste appartement du couple offre une vue imprenable sur des immeubles massivement saccagés, comme presque partout dans Alep, autrefois adulée par les touristes et poumon industriel du pays, aujourd'hui véritable champ de ruines. Mais Hassan et Alya tiennent bon. Le paysage urbain apocalyptique n'a pas réduit leur engouement, et chaque jour, ils se réveillent au bruit des canons certes, mais toujours avec la même obsession en tête : la liberté. Le couple est représentatif de cette génération de trentenaires qui se sont impliqués corps et âme dans la révolution syrienne. Lire la suite


 

Dès les premiers mois du soulèvement pacifique contre le régime syrien responsable d'une inégalable répression sanglante, la question de protéger la population civile est posée dans toute son acuité. Le 9 septembre 2011, au moment où il était devenu de plus en plus difficile d'éviter la militarisation partielle de la révolution syrienne, les manifestants du vendredi appellent la communauté internationale à assurer la protection des civils. Certains opposants nourrissent l'espoir de voir le Conseil de sécurité de l'Onu autoriser « tous les moyens nécessaires » afin de porter secours à la population civile. Lire la suite

 

 

Boucherie(s) Assad – depuis 1982 –,
l’édito de Ziyad Makhoul

 

 

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Hahahah ceux qui prévoit qu'il reste tomberont de haut de très haut !! CAR LES OCCIDENTAUX SONT CONVAINCU QUE LE PB EST ASSAD MÊME LA RUSSIE LA COMPRISE D'OÙ SON RETRAIT SUBITE !!!

AIGLEPERçANT

AN V .

Ceux qui nous disaient que Bashar le héros va partir en 2 semaines , sont toujours là pour nous dire qu'il va falloir encore attendre 2 semaines , pour bientôt ...hahahahaha.....

Et la diarrhée verbale continue !!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE NE VEUX PAS PERDRE MON TEMPS A REPETER. J,AI DIT ... EN RESUME CERTES... TOUT CE QUI DEVRAIT ETRE DIT DANS MA REACTION A L,ARTICLE DE MONSIEUR ZIYAD MAKHOUL... TOUT CE QUE J,AI A AJOUTE C,EST QUE : TOUTE REFORME DE LA CONSTITUTION SYRIENNE ET AUTRES REFORMES NE SONT QUE LE FRUIT DES SACRIFICES DU PEUPLE SYRIEN DONT LE MASSACRE N,A PAS D,EXEMPLE DANS L,HISTOIRE HUMAINE D,AUTRE QUE CELUI DES NAZIS DE HITLER... LE PEUPLE SYRIEN SORTIRA SEUL VAINQUEUR COMME IL EN FUT AVEC TOUS LES PEUPLES DU MONDE QUI SE SONT REVOLTES CONTRE LA TYRANNIE ET L,INJUSTICE... ET QUE DES JUGEMENTS A LA MILOCEVIC DEVRAIENT ETRE INITIES SANS AUCUN RETARD... ET POUR CLOTURER : TOUTES LES ORGANISATIONS TERRORISTES... DE QUELLES TENDANCES QU,ELLES SOIENT... DEVRAIENT ETRE ERADIQUEES SANS PITIE...

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants