Rechercher
Rechercher

À La Une - France

Taubira sort un livre pour expliquer son non à la déchéance de nationalité

Dans son ouvrage "Murmures à la jeunesse", publié moins d'une semaine après sa démission, l'ex-garde des Sceaux rend hommage à François Hollande et à sa gestion des attentats.

L'ex-garde des Sceaux Christiane Taubira s'exprimant dans le campus de l'université de New York, le 29 janvier 2016. AFP / Jewel Samad

Moins d'une semaine après sa démission du gouvernement, Christiane Taubira livre sa version des faits dans un livre à paraître mardi, dans lequel elle réaffirme son opposition à la déchéance de nationalité tout en rendant hommage à François Hollande pour sa gestion des attentats.

C'est une fulgurance de calendrier dont l'ex-garde des Sceaux a le secret. Moins d'une semaine après avoir quitté la Place Vendôme où lui a succédé Jean-Jacques Urvoas, Mme Taubira publie ses "Murmures à la jeunesse" chez l'éditeur Philippe Rey.
Dans ce livre secrètement imprimé en Espagne à 40.000 exemplaires et mis en place dans les librairies depuis lundi matin, elle redit son opposition à l'élargissement de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français et condamnés pour terrorisme qui figure pourtant dans le projet de réforme constitutionnelle qu'elle a cosigné et qui sera examiné à l'Assemblée à compter de vendredi.

"Elle y a réfléchi pendant les vacances de Noël. Elle a travaillé dessus les dix premiers jours de janvier", a précisé son entourage à l'AFP. L'éditeur Philippe Rey a quant à lui expliqué que Mme Taubira l'avait contacté "vers le 10 janvier pour [lui] dire qu'elle avait écrit un court texte d'une centaine de pages, déjà rédigé, et qu'elle souhaitait le publier fin janvier, avant l'ouverture du débat à l'Assemblée sur la déchéance de nationalité". La future ex-ministre n'avait alors "rien dit sur sa démission", a-t-il précisé.
Selon une source gouvernementale, François Hollande aurait même eu le livre en main dès le 23 janvier, avant sa visite officielle en Inde, quand fut actée la démission de sa garde des Sceaux, annoncée officiellement quatre jours plus tard.

Autre ironie du calendrier: le jour même de l'annonce du départ de Mme Taubira, Manuel Valls proposait une nouvelle version du texte constitutionnel expurgée de toute référence à la nationalité. Et l'avant-projet de loi d'application dont l'AFP a obtenu copie dimanche met la déchéance entre les mains du juge judiciaire.

 

(Lire aussi : Déchéance de nationalité : ce qu'en pensent les Franco-Libanais)

 

Lors des attentats, "le président se hisse"
"C'est un livre sur le fond des choses, pas un livre polémique", selon son entourage. Un opus de 96 pages truffé de références littéraires (Frantz Fanon, Edouard Glissant, René Char...) mais aussi musicales avec, sur la nationalité, cette citation de Maxime Le Forestier jetée dans le débat: "Être né quelque part, pour celui qui est né, c'est toujours un hasard".

"L'absence totale d'efficacité, unanimement reconnue, suffit-elle pour renoncer à la déchéance? Non, bien sûr". Mais "osons le dire : un pays doit être capable de se débrouiller avec ses nationaux. Que serait le monde si chaque pays expulsait ses nationaux de naissance considérés comme indésirables?", écrit Mme Taubira.
"Déchoir des terroristes, qui songerait à s'y opposer? Binationaux ou non! Mais quel effet sur les mêmes? Ils ne meurent ni Français, ni binationaux, ils meurent en morceaux. D'ailleurs étaient-ils binationaux, les neuf qui ont semé la mort et la désolation dans Paris ce soir du 13 novembre? Par contre, ils en ont tué, des binationaux: vingt-sept! Trois fois plus qu'eux", écrit-elle également.

Au passage, elle rend hommage François Hollande et à sa gestion des attentats: "Le président se hisse (...) Il se soucie de la capacité de l'Etat à faire face à cette situation exceptionnelle". Celle qui fut décrite comme la "caution de gauche" du gouvernement de Manuel Valls défend également la constitutionalisation de l'état d'urgence, autre volet de la réforme, "pour en fixer un cadre conforme à l'Etat de droit et à un Etat moderne".

Pour le "frondeur" PS Christian Paul, ce livre "n'est pas une polémique avec le président de la République ou le Premier ministre" et a été écrit "avec beaucoup de sens de l'intérêt général". Pour la porte-parole des Républicains Valérie Debord en revanche, "la sortie de ce livre montre l'égoïsme incarné à un niveau rarement atteint dans la République. Cette femme, en fait, alors qu'elle se disait affairée à s'occuper de notre justice, ne préparait que son avenir".

 

 

Lire aussi
Hollande veut prolonger l'état d'urgence jusqu'à fin mai

État d’urgence : l’Onu pointe des « restrictions excessives » en France

Un an après « Charlie », la France reste aux prises avec ses démons

 

Pour mémoire

Un vif échange entre Christiane Taubira et Léa Salamé fait le buzz en France


Moins d'une semaine après sa démission du gouvernement, Christiane Taubira livre sa version des faits dans un livre à paraître mardi, dans lequel elle réaffirme son opposition à la déchéance de nationalité tout en rendant hommage à François Hollande pour sa gestion des attentats.C'est une fulgurance de calendrier dont l'ex-garde des Sceaux a le secret. Moins d'une semaine après avoir...

commentaires (4)

Christiane Toubira, ancienne militante indépendantiste contre la présence française en Guyane, département français d'outre-mer en Amérique du Sud où elle manifestait en criant : La France dehors. De cela, elle ne parle pas.

Honneur et Patrie

18 h 21, le 01 février 2016

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Christiane Toubira, ancienne militante indépendantiste contre la présence française en Guyane, département français d'outre-mer en Amérique du Sud où elle manifestait en criant : La France dehors. De cela, elle ne parle pas.

    Honneur et Patrie

    18 h 21, le 01 février 2016

  • Elle aurait pu nous économiser son encre...

    Ali Farhat

    18 h 02, le 01 février 2016

  • Au fond, l’idée vient d’elle-même l’ex-gardienne …. des Sceaux ! Souvent interrogée au sujet de la crise de "La Gauuuche" et de sa Frannnce "f(u)ameuse", elle développe sa "bonne et intellectuelle" réponnnse ; toute faite : "Ma vie ne changerait pas. J’en profiterais même pour faire une grande fête à Vélib’ au Vel’ d’Hiv’." ! Alors oui, en ces moments "radicaux bienheureux", pourquoi ne pas en imaginer le programme complet ? Délire absolu au menu, bien sûr. Et rassemblant une série de "farceurs", mais strict de "Gauuuche", à son image autour d’elle ? Trop, trop difficile, évidemment, au vu des agendas archis-vides et nuls de chacun…. Alors, elle sera à la fête et se fera son dîner toute seule ! Une bonne bouteille de millésimé Sauternes, une belle nappe, yâââï, en soie en sus comme il se doit, et voilà l’ex-gardienne…. des Sceaux seule face à elle-même, face à une France déchirée, à toutes ses propres exubérances à elle et surtout à celles de sa "Radicaaale Gauuuche" ! Qu’on observe le résultat : cela part dans tous les sens ! Elle a visiblement envie de la faire quand même, cette fête, l’ex-gardienne…. des Sceaux, mais qu’on n’aille pas en déduire pour autant que ce soit là son "coming-out…. "Présidentiel" ! Non, la bonne femme ex-gardienne…. des Sceaux aime juste faire la fêêête dans sa "Douce Frannnce" au son de la voix de, yîîîh, Le Forestier Maxime jeté dans le débat ! Un point c’est tout, n’est-ce pas ? "Sacrée" Taubira ! À…. Kouro, va !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    17 h 52, le 01 février 2016

  • C'est une vengeance gauchiste franco/française ...d'une Ministre marxo/socialiste ...qui a quitté la nomenklatura , pour de simples raisons dogmatiques ....bye ! (d'ailleurs elle n'aurait jamais eut être nommé Garde des Sceaux ...) Encore une erreur de + de Normal 1er...

    M.V.

    13 h 39, le 01 février 2016

Retour en haut