X

Liban

Le genévrier, cet arbre oublié du Liban

Écologie

Le conifère, l'un des rares qui poussent en haute altitude, est aujourd'hui menacé d'extinction à cause des découpes illégales.

08/01/2016

Les cimes des montagnes libanaises se font de nos jours de plus en plus désertiques. Il devient de plus en plus difficile de garder la dénomination « forêt » pour ces quelques arbres voûtés et misérables qui auparavant formaient une incroyable canopée. Parmi ces arbres, l'un des plus grands oublié de la culture libanaise est le genévrier.


C'est l'un des seuls arbres du Liban à pousser jusqu'à une altitude de 2 800 mètres. Il a la particularité d'avoir un bois dur et compact qui ne moisit pas. Apprécié auparavant par les Phéniciens et les Romains, ces derniers utilisaient l'huile de cade du genévrier pour la toilette des morts. Il a aussi été utilisé pour les poutres des maisons au Liban ainsi qu'à Noël où il était découpé pour être décoré. Aujourd'hui, avec son bois parfait pour les cheminées, il est sur-abattu pour réchauffer les chaumières. Pour exemple, dans la région de Denniyé, au Liban-Nord, le taux de genévriers abattus ou endommagés atteint les 97 %. C'est dire !
« La tragédie de cet arbre est qu'il est impossible de le replanter, une fois qu'il a été coupé. La germination de l'arbre ne repose que sur la grive, ce petit oiseau migrateur, qui se nourrit des fruits qu'il produit », déplore Marc Beyrouthy, professeur à la tête du département agronomique de l'Université du Saint-Esprit de Kaslik. Les enzymes gastriques de la grive permettent de fragiliser l'écorce des graines de l'arbre afin qu'elles puissent germer une fois rejetées avec les excréments de l'animal. Le problème est que le nombre de grives au Liban a fortement diminué à cause de la chasse et des pesticides employés par les agriculteurs. Cela s'est automatiquement répercuté sur la pousse du genévrier qui commence à se raréfier dans le paysage local.
Certains irréductibles tentent cependant d'inverser cette tendance. Avec l'aide des habitants de Barqa dans la Békaa, l'association Mamlaket el-Lezzéb (« Lezzéb » étant le nom arabe du genévrier) s'est donné pour mission de reboiser la forêt de genévriers de Rabiaa au-dessus de Barqa, mais la tâche ne s'annonce pas de tout repos.


Il a fallu auparavant convaincre les habitants de l'importance du genévrier dans l'écosystème des environs. Certains ne voyant en l'arbre qu'un simple bois de chauffe ont fini par découvrir que celui-ci est nécessaire contre l'érosion des montagnes et que ses racines longues permettent de retenir l'eau de la fonte des neiges dans les nappes souterraines. Le genévrier est pratiquement le seul arbre de haute altitude.
L'association a donc décidé de relayer les grives dans le reboisement des genévriers, par l'intermédiaire d'un procédé chimique local, gardé confidentiel, qui imite les enzymes gastriques de l'oiseau. Les graines sont par la suite plantées dans des pots puis dans la terre.
En 2014, Mamlaket el-Lezzéb a inauguré sa propre pépinière et a planté plus de 2 500 pousses. Sachant qu'il faut une dizaine d'années à un genévrier pour atteindre 1 mètre, la renaissance de la canopée des montagnes libanaises a encore un long chemin devant elle.

 

Lire aussi

De l’importance d’en finir avec les cimetières des oliviers

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET L,ABRUTIER... CET ARBRE QUI POUSSE DANS LES BOITES GARNIES DE FUMIERS... N,EST-IL PAS UNE SPECIALITE BIEN DE CHEZ NOUS ?

Le Faucon Pèlerin

Chez nous, de deux choses l'une, ou l'arbre est l'ennemi du Libanais ou celui-ci est l'ennemi de l'arbre. On coupe et on ne plante pas. Et ce, en dépit des pancartes aux bords de nos routes : Plante et ne coupe pas ! (Izraa wala taqtoo). Où sont les micocouliers, les lilas de Perse, les kharroubis, les eucalyptus, les oliviers, les pins parasols etc... dans mon village de Sarba (Jounieh) ? Dans le lieudit Kaslik 98% des pins d'avant 1945 ont disparu, le béton les a remplacés.

NAUFAL SORAYA

Qu'est-ce que l'Homme est destructeur... Heureusement qu'il y a des personnes qui font tout ce qu'elles peuvent pour redresser la barre!!!

Yves Prevost

Les baies de genévriers peuvent être utilisées en cuisine et pour la fabrication de certaines liqueurs.
Conclusion: interdire la coupe des genévriers et la chasse aux grives. Peut-on rêver?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"En 2014, Mamlaket el-Lezzéb a inauguré sa propre pépinière et a planté plus de 2 500 pousses." !
BRAVO !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué