Liban

Entre Aoun et Nasrallah, une alliance basée sur la loyauté, la vision commune et les intérêts

Décryptage
17/12/2015

« Le nom de Michel Aoun est gravé sur mon linceul. » Cette phrase attribuée au secrétaire général du Hezbollah n'est pas de la pure poésie. Entre sayyed Hassan Nasrallah et le général Michel Aoun, il y a plus qu'une alliance conclue à Mar Mikhaël le 6 février 2006, une relation solide basée à la fois sur le respect, la confiance et les intérêts réciproques. Alors que pendant des années, les figures de proue du 14 Mars n'ont cessé de mettre en doute le sérieux de l'appui du Hezbollah au général Aoun, cherchant à semer la méfiance et la désillusion au sein de la base aouniste, aujourd'hui, après la position claire du parti aux côtés du chef du bloc du Changement et de la Réforme, en dépit de ce qui avait été présenté comme une initiative ayant l'aval des instances régionales et internationales, plus personne ne songe à contester le sérieux de l'alliance entre les deux hommes.

Beaucoup de rumeurs avaient pourtant circulé au cours des dernières semaines sur une position ambiguë du Hezbollah qui, au fond de lui, préférerait l'élection du chef des Marada à la tête de la République car il serait plus fiable et moins imprévisible que Michel Aoun. Mais après la rencontre entre Frangié et Nasrallah, tous les pêcheurs en eau trouble ont dû se rendre à l'évidence, la position du chef du Hezbollah ne souffre aucune interprétation. Elle est claire et définitive : la voie de la présidence passe par Rabieh. C'est avec le général Aoun qu'il faut donc discuter, soit pour appuyer sa candidature, soit pour le convaincre de la retirer, cette dernière éventualité étant difficile, voire impossible à réaliser, selon les milieux proches de Rabieh.

Il est donc inutile de chercher à trouver au sein du Hezbollah une voix discordante qui pourrait émettre ne serait-ce qu'une réserve sur la possibilité pour le général Aoun d'arriver à Baabda. Les sources du parti révèlent à cet égard qu'il ne s'agit pas pour le secrétaire général du Hezbollah d'une position uniquement morale et loyale. Les intérêts sont aussi en jeu et exigent une telle clarté dans les options. Le Hezbollah serait en effet conscient du fait que la couverture chrétienne que lui assure le général Aoun est un trésor inestimable, surtout face à la campagne féroce dont il est la cible, au Liban, dans la région et sur le plan international, et qui dure depuis des années, financée par des fonds américains et saoudiens. Il y avait certes eu, avant le chef du CPL, des leaders et d'importantes figures chrétiennes favorables au Hezbollah et à la résistance. Le chef des Marada Sleiman Frangié en fait partie, tout comme l'ancien chef d'État Émile Lahoud et d'autres. Mais aucun de ceux-là, en dépit de leur loyauté sans faille à la résistance, n'avait réussi à donner au Hezbollah une telle couverture chrétienne au niveau de la base et des commandements. Cette relation entre le parti et le CPL a créé un climat serein pour le Hezbollah (et pour les chrétiens) dans les nombreux régions et villages mixtes entre eux et autour de la banlieue sud, donnant une plus grande marge de sécurité au Hezbollah et lui permettant d'être tranquille sur le plan interne pour se consacrer à la double mission qu'il s'est fixée : rester vigilant à la frontière avec Israël et participer aux combats en Syrie contre les mouvements terroristes.

Pour le Hezbollah, il s'agit d'un acquis stratégique qu'il n'est pas prêt à brader ou même à remettre en cause pour n'importe quel motif. C'est d'autant plus vrai qu'à plusieurs étapes de la lutte politique du CPL, au cours des dernières années, la confiance de la base aouniste dans le Hezbollah a été ébranlée en raison des positions de ce dernier, qu'il s'agisse de la prorogation du mandat du Parlement ou encore de la séance parlementaire pour la législation dite d'urgence, et même du dossier des déchets. À travers ces dossiers, et les positions du CPL et de ses députés, dont certains ont été jusqu'à parler d'un nouvel accord quadripartite (Amal, Hezbollah, courant du Futur et PSP), le Hezbollah a compris que tous les acquis de l'alliance de Mar Mikhaël peuvent être balayés par une seule déclaration du général Michel Aoun. La base aouniste reste donc principalement fidèle et loyale à son chef, prête à suivre ses directives quelles qu'elles soient.

Le Hezbollah est ainsi convaincu que s'il parvient à faire élire le général Aoun à la présidence de la République, il donnera un message fort de crédibilité, de loyauté et de puissance à tous les protagonistes libanais, qu'ils soient alliés ou rivaux, et surtout il pourrait alors estimer avoir gagné une assise chrétienne solide. Ce serait aussi un message aux parties régionales et internationales, qui montre que le Hezbollah respecte la volonté des chrétiens et ne cherche pas à leur imposer un président qui ne les représente pas, allant même jusqu'à dire non à un allié de longue date qui n'a pourtant jamais failli... L'appui de sayyed Nasrallah à la candidature du général Aoun s'inscrit donc dans une stratégie qui vise à se présenter comme un partenaire digne de foi et en même temps suffisamment fort pour parvenir, par sa position, à remettre en cause une initiative présidentielle présentée comme ayant l'aval de nombreuses parties régionales et internationales. Il reste toutefois au Hezbollah à montrer qu'il n'est pas seulement en mesure d'entraver une solution qui ne convient pas à son allié, mais qu'il peut aussi parvenir à faire accepter leurs conditions communes.

 

Lire aussi
Présidentielle : l'heure du dialogue franc avec les alliés

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET... RENIÉES TOUTES LES TROIS AVANT MÊME LE PREMIER CHANT DU COQ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OU : LES TROIS VÉRITÉS DÉNUDÉES ET DONT IL FAUT COMPRENDRE EXACTEMENT L'ENVERS DE CHACUNE... QUELLE RIGOLADE !

Beauchard Jacques

L'alliance déconstruit le Liban et conduit au pire...

Le Faucon Pèlerin

Michel Aoun, 83 ans, n'a plus de vestes à retourner. Quant à l'accord de Mar-Mikhaël, il disparaitra bientôt sans laisser de traces. Une carpette ne se casse pas mais elle se déchire.

AIGLEPERçANT

Cette alliance basée sur des intérêts politiques à la base à évolué par la suite. CEla aurait pu partir dans un sens comme dans un autre.

Il est vrai que ces 2 partis les plus importants du paysage politique libanais actuel n'était pas appelé à se réunir.
Je me souviens encore des attaques du phare +AOUN sur le hezb du temps où il était en exil.
Et j'avoue n'avoir jamais cru à la sincérité du GÉNÉRAL à son retour en 2005.
Mais voilà que 2006 se passe et l'agression barbare d'Israël que le hezb à terasse grâce au soutien indéfectible du Phare.
Un grand moment qui a scellé et soude 2 visions du monde moyen oriental en une .

Cela provoque jalousie et diarrhée logorriique et pour ceux qui n'ont pas connu l'amour et l'amitié dans leur petite vie je leur dirai comme le fait ce poète
"PARCE QUE C'EST MOI PARCE QUE C'EST LUI"
En ces temps durs où il faut être tout sauf un bisounours croyez moi c'est pas de la poésie.

L'avantage de cette alliance en béton peut aussi nous donner des SCARLETT QUI COMPRENNENT LES ÉVOLUTIONS ET NOUS LES EXPLIQUENT DE FAÇON MAGISTRALE.
Juste pour faire barrage au vrai visage du fanatisme.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HEUREUX LES PAUVRES D'ESPRIT... ET LES NAÏFS... CAR ILS NE RÉALISENT PAS...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TITRE DE VOTRE ARTICLE SUFFIT... TRÈS CHÈRE MADAME SCARLETT HADDAD... POUR DONNER L'AVIS ! "UNE ALLIANCE BASÉE SUR LA LOYAUTÉ, LA VISION COMMUNE ET LES INTÉRÊTS" DITES-VOUS :
- EN POLITIQUE IL N'Y A PAS DE LOYAUTÉ... IL Y A DES INTÉRÊTS... MAIS QUAND LE CAS N'EST PAS D'ETAT À ETAT... LES INTÉRÊTS SONT PERSONNELS... ILS DÉBOUCHENT SUR L'ACHAT OU LA VENTE DE LA CONSCIENCE...
- QUAND À LA VISION : LORSQU'IL Y A DES INTÉRÊTS PERSONNELS... DONC VENTE DE CONSCIENCE... IL N'Y A PAS DE VISION MAIS DE LA SUBORDINATION !
- QUAND AUX INTÉRÊTS... POLITIQUES QUE VOUS SOUS ENTENDEZ... IL FAUT PARLER PLUTÔT D'AMBITIONS POLITIQUES PERSONNELLES... AMBITIONS QUI FONT QU'ON SE VENDE ET QU'ON SE SUBORDONNE À CEUX QU'ON CROIT ÊTRE EN POSITION D'AIDER À LA RÉALISATION DE SES RÊVES OU ASPIRATIONS...
- C'EST LA CLASSIFICATION DE CES LOYAUTÉ, VISION ET INTÉRÊTS DONT VOTRE TITRE S'ÉNORGUEILLIT SI VAINEMENT...
BONNE JOURNÉE MADAME.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Le nom de Samir Geagea est gravé sur mon linceul." ! Cette phrase attribuée au Chef du Futur Sââd Rafîk HARIRI n'est pas de la pure poésie. Entre Sheïkh Sääd et le Hakîm Docteur Geagea, il y a plus qu'une alliance conclue, une relation solide basée à la fois sur le respect, la confiance et les intérêts réciproques. Alors que pendant des années, les figures de proue du Mars en 8 n'ont cessé de mettre en doute le sérieux de l'appui du Futur à Docteur Geagea, cherchant à semer la méfiance et la désillusion au sein de la base du Hakîm, aujourd'hui, après la position claire du Futur aux côtés du chef des Forces des Öûééétes, plus personne ne songe à contester le sérieux de l'alliance entre les deux leaders.
Beaucoup de rumeurs avaient pourtant circulé au cours des dernières semaines sur une position ambiguë du Futur qui, au fond de lui, préférerait l'élection de l’Enfant Gâté Nordiste à la tête de la République car il serait plus fiable et moins intransigeant que le Docteur Samir Geagea. Mais après la rencontre entre Geagea et Hariri, tous les pêcheurs en eau trouble ont dû se rendre à l'évidence, la position du chef du Futur ne souffre aucune interprétation. Elle est claire et définitive : la voie de la présidence passe par Méërâbbb. C'est avec le Hakîm Geagea qu'il faut donc discuter, soit pour appuyer sa candidature, soit pour le convaincre de la retirer, cette dernière éventualité étant difficile, voire impossible à réaliser, selon les milieux proches de Méërâbbb.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il est donc inutile de chercher à trouver au sein du Futur une voix discordante qui pourrait émettre ne serait-ce qu'une réserve sur la possibilité pour le Docteur Geagea d'arriver à Baabda. Les sources du Futur révèlent à cet égard qu'il ne s'agit pas pour Sheïkh Sääd d'une position uniquement morale et loyale. Les intérêts sont aussi en jeu et exigent une telle clarté. Le Futur serait en effet conscient du fait que la couverture chrétienne que lui assure le Docteur Geagea est un trésor inestimable, surtout face à la campagne féroce dont il est la cible, au Liban, en bääSSyrie et en Per(s)cée, et qui dure depuis des années financée par des fonds tous autant Per(s)cés. Il y avait certes eu, avant le chef de Öûééétes, d'importantes figures chrétiennes favorables au Futur et à sa cause. Mais aucun de ceux-là, en dépit de leur loyauté sans faille à la mémoire de Rafîk HARIRI, n'avait réussi à donner au Futur une telle couverture chrétienne au niveau de la base.
Cette relation entre le Futur et les FORCES a créé un climat serein pour le Futur (et pour les chrétiens) dans les nombreux régions et villages mixtes entre eux au Äkkâr ou dans la Bekää et autour de la Tripoli et Saïdâ, donnant une plus grande marge de sécurité au Futur et lui permettant d'être tranquille sur le plan interne pour se consacrer à la double mission qu'il s'est fixée : rester vigilant à la frontière avec la bâäSSyrie, et condamner grâce au Tribunal les terroristes qui ont assassiné Rafîk HARIRI.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Pour le Futur, il s'agit d'un acquis stratégique qu'il n'est pas prêt à brader ou même à remettre en cause pour n'importe quel motif. C'est d'autant plus vrai qu'à plusieurs étapes de la lutte politique des FORCES, au cours des dernières années, la confiance de la base du Hakîm dans le Futur a été ébranlée en raison des positions de ce dernier, qu'il s'agisse de la prorogation du mandat du Parlement ou encore de la séance parlementaire pour la législation dite d'urgence, et même du dossier des déchets.
À travers ces dossiers, et les positions des FORCES et de leurs députés, dont certains ont été jusqu'à parler d'un nouvel accord quadripartite (Amal, Hezbollah, CPL et PSP), le Futur a compris que tous les acquis de l'alliance avec les Öûééétes peuvent être balayés par une seule déclaration du Docteur Samir Geagea. La base du Hakîm reste donc principalement fidèle et loyale à son chef le Docteur, prête à suivre ses directives quelles qu'elles soient.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le Futur est ainsi convaincu que s'il parvient à faire élire le Docteur Geagea à la présidence de la République, il donnera un message fort de crédibilité, de loyauté et de puissance à tous les protagonistes libanais, qu'ils soient alliés ou rivaux, et surtout il pourrait alors estimer avoir gagné une assise chrétienne solide. Ce serait aussi un message aux parties régionales et internationales, qui montre que le Futur respecte la volonté des chrétiens et ne cherche pas à leur imposer un président qui ne les représente pas, allant même jusqu'à dire non à un allié de longue date, Gemayel, qui n'a pourtant jamais failli...
L'appui de Sheïkh Sääd HARIRI à la candidature du Docteur Geagea s'inscrit donc dans une stratégie qui vise à se présenter comme un partenaire digne de foi et en même temps suffisamment fort pour parvenir, par sa position, à remettre en cause une initiative présidentielle présentée comme ayant l'aval de nombreuses parties régionales et internationales. Il reste toutefois au Futur à montrer qu'il n'est pas seulement en mesure d'entraver une solution qui ne convient pas à son allié, mais qu'il peut aussi parvenir à faire accepter leurs conditions communes.
Öûlôh allâh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ou, "La Voix de son Idole et Maître" !

Halim Abou Chacra

DECRYPTAGE
Entre Aoun et Nasrallah -Dieu en soit loué- une alliance aussi solide que le rocher de Raouché. Le blocage du Liban qui en résulte a la même solidité et la même pérennité.

Ali Farhat

c'est une alliance bénie par Dieu... Elle permet, dans cette traversée du desert, de permettre au liban de rester un pays, de plier sans jamais casser et ne sera jamais soumis aux criminels du judéo-sionisme et/ou de l'arabo-wahhabisme. Tant que cette alliance tient, et rien ne peut prospecter le contraire, le Liban sera fort car il regroupe dans sa base, la majorité de 2 bigs du pays sur 3. Le Liban a enfenter des hommes et des femmes comme Scarlett dont on ne peut etre que fiers, fiers d'etre fils et filles de ce pays.
Merci encore Scarlett Haddad, vous "forger" l'admiration (Copyright).

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants