X

À La Une

Quand Ibrahim Maalouf découvre qu'il est fiché par Interpol

Dans la presse

Le trompettiste raconte au magazine en ligne Clique sa mésaventure à la Gare du Nord.

OLJ
19/11/2015

Depuis les attentats meurtriers du 13 novembre, les pouvoirs publics français ont décidé de muscler les contrôles dans les transports publics. C'est dans ce contexte que le trompettiste franco-libanais, Ibrahim Maalouf, a été contrôlé, mardi dernier, par la police à la Gare du Nord, à Paris, alors qu'il s'apprêtait à prendre l'Eurostar pour Londres.
Jeudi, l'artiste a livré les détails de l'affaire au magazine en ligne "Clique" et la découverte qu'il a faite à l'occasion de ce contrôle : il est fiché par Interpol.

"J'ai été retenu par la police à la Gare du Nord. Il était indiqué sur leur ordinateur que mon passeport était signalé +Interpol positif+. Ils me l'ont confisqué et m'ont interrogé", explique M. Maalouf à Clique. Au bout d'un certain temps, le musicien, qui a raté deux trains et s'est vu contraint d'annuler la journée de promotion prévue à Londres, est relâché.

Mais alors qu'il est enfin dans le train, ce sont trois douaniers qui viennent le voir, lui demandant de descendre. Selon le musicien, les douaniers sont irrités parce que Le Parisien a indiqué sur son site que ce sont les douanes qui l'ont arrêté. "Le pire, c'est que sur mon post Facebook, je n'avais absolument pas écrit le mot +douane+", s'insurge l'artiste. Après une "explication musclée", les douaniers le laissent partir.


Reste que le passeport du trompettiste est effectivement inscrit chez Interpol.

"La police n'avait aucune idée de la raison pour laquelle j'avais été fiché par Interpol. Pour eux, c'est juste mon passeport qui n'était plus utilisable et par conséquent je ne peux plus l'utiliser pour voyager", précise le jeune homme qui devra donc faire un nouveau passeport. "J'espère que ça ne va pas être une galère, poursuit-il. À une époque pas si lointaine, renouveler son passeport ça voulait dire produire un document de preuve de nationalité française. Et ils n'acceptaient pas la carte d'identité. C'est une administration compliquée, et pourtant, je suis un Français comme un autre".

Dans son témoignage, le musicien insiste sur le fait qu'il a vécu son interpellation "sans aucun souci" vu "l'ambiance actuelle et le sentiment de peur qui nous habite tous". "Je trouve que c'est triste d'en arriver là, mais certainement nécessaire", dit-il. Il reproche toutefois à Interpol "de faire un peu de zèle, et de s'engouffrer sur des terrains qui n'ont pas grand sens".

"Toute ma vie est sur internet, ni mes téléphones ni mes ordinateurs ne sont protégés. Donc, s'ils veulent savoir où je suis, quand, ce que je fais... ils peuvent le faire car je n'ai rien à cacher. Pourquoi invalider mon passeport en prétendant qu'il est inutilisable depuis 2012, alors que je l'utilise sans problème depuis tout ce temps ? J'ai traversé quarante pays avec..."

Ce n'était pas la première fois que le trompettiste franco-libanais vivait ce genre d'expérience. " En France, je suis très souvent contrôlé dans la rue, dans les métros... Un jour, je me suis même fait arrêter dans le taxi, par un commando de CRS, en mode car jacking. Lorsque je leur ai demandé pourquoi ils s'étaient comportés ainsi, ils m'ont dit que je ressemblais à quelqu'un qu'ils recherchaient..."

 

Lire l'intégralité du témoignage d'Ibrahim Maalouf ici

 

Lire aussi
Assignations à résidence, perquisitions : ce que prévoit le projet de loi sur l'état d'urgence en France

Craintes d'un « Patriot Act » à la française après les attentats de Paris

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Un souvenir de 40 ans : J'allais avec un ami Français de souche par le train pour passer un weekend à Genève. A l'arrivée,je présente ma carte d'identité française à la police suisse. Le policier laisse passer mon ami et me fouille de la tête aux pieds d'une manière insistante... Je lui ai demandé : Mais pourquoi toute cette comédie ? Il m'a répondu : Vous êtes né au Liban, vous êtes automatiquement suspect.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

C'est sûrement une banane glissée par les L-Mur de Btéghrîne et d'Interpol, parce que les Määloûf de Äâïnéläbôh ne votent pas en gros pour eux au Maténe !

AIGLEPERçANT

Remercie tes parents de pas t'avoir appelé Jihad Maalouf .

En fait c'est ta trompette qu'ils ciblent , tu vois pas Brahim, qu'elle ressemble à une kalach AK 47 ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.