X

À La Une

Beyrouth-Paris : Quand les internautes libanais s'interrogent sur une solidarité à géométrie variable

Sur le net

Le fondateur de Facebook s'explique sur la non disponibilité de l'option Safety Check après l'attentat de Bourj el-Brajneh.

A.I. | OLJ
16/11/2015

Le 12 novembre à 18h, un double attentat secoue Bourj el-Brajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth, faisant 44 morts. Le lendemain soir, sept attaques, tuant 129 personnes, endeuillent Paris. Facebook réagit rapidement au drame survenu dans la capitale française et propose aux internautes de faire savoir à leurs "amis" qu'ils sont en sécurité grâce au bouton "safety check".

Les Libanais, eux, n'ont pas eu cette possibilité. Pourtant, les deux attentats présentent des similarités, dont le nombre élevé de morts et une revendication par le groupe Etat islamique.

Des blogueurs libanais font alors part de leur étonnement et de leur indignation. "Il y a eu deux horribles nuits, écrit ainsi Joey Ayoub sur son blog, Hummus for thought. La première a ôté la vie à plus de 40 personnes à Beyrouth, la deuxième à plus de 100 à Paris. Il me semble évident qu'aux yeux du monde, la mort de mes compatriotes à Beyrouth n'a pas autant d'importance que celle de mes autres compatriotes à Paris". Le post est partagé plus de 10.000 fois sur Facebook.

Nagib, du Blog Baladi, s'interroge aussi sur l'absence d'un Safety Check pour Beyrouth. "Je pense qu'il serait utile d'avoir cette application pour Beyrouth ainsi que pour le monde arabe. Nous avons subi plus de 20 attaques et bombes depuis 2014, et au moins 10 d'entre elles ont malheureusement visé des civils".


Sur Twitter et Facebook, de nombreux internautes ont dénoncé le deux poids deux mesures de la solidarité internationale.

 

 

Qu'est-ce qui est le plus triste ? Les attaques de Paris ou le fait que les attaques de Beyrouth n'aient pas eu plus d'une fraction de l'attention que le monde a accordée à Paris aujourd'hui?

Oui, pourquoi pas nous ? Hey Zuckerberg, nous sommes un petit pays, à côté de la Palestine et de la Syrie.

 

 Directement interpellé, Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, n'a pas tardé à réagir.

 

 

Inaugurée à l'occasion du séisme au Népal, cette application n'avait jusqu'alors été utilisée que lors de catastrophes naturelles. "Nous allons dorénavant l'activer pour davantage de désastres humains", explique M. Zuckerberg, qui a mis un drapeau tricolore sur sa photo de profil, en signe de "soutien à la France et aux Parisiens".

Cette application n'est toujours pas disponible pour le drapeau libanais, ceux qui souhaitent afficher leur compassion avec Beyrouth et le Liban doivent le faire manuellement. Ce qu'a fait le célèbre acteur égyptien, Adel Imam, en accompagnant son changement de photo de profil de ce message : "Le Liban est plus proche que la France."

 

 

Salma Hayek, actrice mexicaine d'origine libanaise, a également affiché son soutien au pays du Cèdre sur Instagram. "Saisissons cette occasion pour penser aussi aux pays qui souffrent autant et plus fréquemment et ne reçoivent pas autant d'attention. Comme les bombardements au Liban il y a seulement deux jours", écrit Salma Hayek.

Quant à Angelina Jolie, un de ses fans s'en est chargé sur Facebook, dans un post qui a semé la confusion. "Alors que tout le monde parle de Paris, personne ne mentionne les attaques de l'EI au Liban hier. Je prie pour les deux pays", peut-on y lire. Un message que certains médias ont attribué, à tort, à l'actrice.

 

 

 

Le footballeur allemand Bastian Schweinsteiger et son collègue Cesc Fabregas, dont la femme est libanaise, ont aussi évoqué Beyrouth dans leurs posts sur Facebook. Et sur Google Lebanon, un ruban noir "en mémoire des victimes des attaques de Beyrouth" a été affiché.

 

 

 

 

Lire aussi
Les Libanais de Paris se croyaient « à l'abri dans la Ville Lumière »...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

".... qu'on ne peut changer, ni surtout surévaluer !"

FAKHOURI

Libanais de France, ne comptez pas sur Hollande pour prendre en considération votre situation. Si vous votez pour Hollande vous aurez peut être une chance mais vous nuirez à la France et au Liban

Bery tus

tant que vous mettez le wahhabisme bil da2 on sera pas sortie non de l'auberge mais de la berge !! et dire que le hezb accusait d'autres de vouloir une guerre sunnito-chiite !!!!

Neuschwander Joël

Une fois de plus, j'ai mal au Liban, au Liban qui est une grande partie de tout mon être. Une fois de plus j'ai mal à la France, l'autre partie.
N'en sortirons nous jamais?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Chaque "chose" a sa valeur intrinsèque qu'on ne peut changer.

RE-MARK-ABLE

Ca fait chaud au cœur pour les libanais victimes des bactéries de voir des réactions du monde des stars , au même titre que les français victimes des mêmes barbares .

Mais je veux pas gâcher la fête , les stars c'est du vent des lieues communs ,ce qu'il faudrait surtout c'est ne pas baisser la garde et soutenir toutes résistances à ces salauds, et à leur sponsor salafowahabites bensaouds de tous noms qu'ils utilisent pour noyer leurs sources barbare .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOUS AVEZ TOUS VUS À LA RÉUNION DES 20 EN TURKIE... UNE MINUTE DE SILENCE POUR LES VICTIMES DE PARIS (D'HIER) ET D'ANKARA (D'IL Y A UN MOIS) ET POINT DE MENTION DES VICTIMES DE BEYROUTH (D'AVANT HIER) ! ET DIRE QUE NOTRE MINISTRE DES (AFFRES ÉTRANGÈRES) ÉTAIT PRÉSENT ET N'A MÊME PAS OUVERT LA BOUCHE... RACISME OU ABRUTISSEMENT ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué