X

Liban

Emmanuel Bonne : Aidez-nous à vous aider

Aïn el-Tiné
OLJ
12/11/2015

L'ambassadeur de France à Beyrouth, Emmanuel Bonne, a tenu « à livrer un message au Libanais qui devraient aider leurs amis pour que ces derniers puissent les aider ».
« Je dis cela avec toute transparence parce qu'il est important pour nous en tant que Français de voir des projets vitaux pour le Liban adoptés », a déclaré le diplomate à l'issue d'un entretien avec le président de la Chambre, Nabih Berry.
« Il est très important que les Libanais s'entendent sur les mesures à prendre pour que le Liban puisse continuer de profiter de l'aide de la communauté internationale et pour que ses institutions continuent à fonctionner », a-t-il poursuivi en allusion aux textes soumis aux séances législatives prévues aujourd'hui et demain, appelant le Liban à voter les textes relatifs aux finances sans plus tarder.
M. Berry a reçu par ailleurs la visite de nombreux députés dans le cadre de ses audiences du mercredi. Ces derniers ont assuré que la séance législative prévue ce jeudi aura bien lieu.
« La séance aura bien lieu demain », a assuré le député Kassem Hachem, membre du bloc de M. Berry, qui parlait avant l'accord qui a suscité hier après-midi le revirement positif des deux grandes formations chrétiennes, le CPL et les FL concernant la réunion parlementaire. « Si nous sommes amenés à choisir entre la protection du pays et sa destruction, nous choisissons la première option », a-t-il ajouté.
Le président de la Chambre, aux dires de ses visiteurs, a défendu le travail qu'il effectue au niveau de la loi électorale. « Personne ne peut faire de la surenchère contre nous dans ce domaine, a-t-il affirmé. Tout le monde sait qui a œuvré en faveur d'une nouvelle loi électorale et les preuves sont nombreuses. Que ce soit au niveau du dialogue national, ou lors des débats au sein des commissions parlementaires », a ajouté M. Berry.
Également présent à Aïn el-Tiné, le député Estephan Doueihy (Zghorta), membre du bloc des Marada de Sleiman Frangié, qui a plaidé en faveur de la participation à la séance législative. « Aujourd'hui, nous devons légiférer urgemment, à défaut de quoi, nous serons sous pression au niveau économique et financier », a-t-il estimé.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants