Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Aucune percée après la neuvième séance de dialogue national

La date d'une prochaine séance législative toujours pas fixée par le Bureau du Parlement.

Photo Ani

La neuvième séance du dialogue national qui s'est tenue mardi au siège du Parlement, place de l'Etoile, n'a pas porté ses fruits, le dossier de la crise des déchets, longuement débattu, ainsi que celui de la vacance de la présidence de la République restant toujours en suspens.

"Le dossier des déchets a été longuement débattu", a ainsi fait savoir le ministre des Télécoms, Boutros Harb, à sa sortie de la réunion. "Des contacts auront lieu cet après-midi, et nous devrions attendre 24h afin de savoir si une réunion du Conseil des ministres aura lieu", a-t-il ajouté.

Depuis le 17 juillet, date de la fermeture de la décharge de Naamé, le gouvernement n'a pas été capable de mettre en œuvre un plan pour gérer la crise des déchets. Une opération d'appel d'offres a été lancée avant d'être annulée fin août, puis le ministre de l'Agriculture, Akram Chehayeb, a lancé début septembre un plan qui n'a toujours pas été mis en œuvre. Le Premier ministre, Tammam Salam, refuse de convoquer un Conseil des ministres sans accord préalable sur le plan Chehayeb.

 

(Repère : Incinération des déchets : les avantages et les inconvénients)

 

Concernant l'établissement ou non d'une décharge au niveau du Costa Brava, sur le littoral de Choueifat, le député Talal Arslane a fait savoir que le sujet n'a pas été évoqué en détail. "La décision revient aux habitants de Choueifat, mais la meilleur solution serait l'exportation des ordures", a-t-il dit.

Le député Hagop Pakradounian a souligné que l'option de l'exportation des déchets se ferait de manière temporaire. Même son de cloche de la part du ministre du Tourisme, Michel Pharaon, qui a confirmé l'étude de l'option de l'exportation, et les coûts qu'elle entraînerait. Il a également fait savoir que la région de la Quarantaine ne peut plus accueillir de déchets.

Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, était le seul à affirmer que la séance était "excellente". Les Kataëb ont, eux, une nouvelle fois boycotté le dialogue national, après leur absence de la séance qui s'est tenue le 26 septembre. Le prochain rendez-vous a été fixé au 17 novembre.

Les critères du candidat présidentiel ont également été abordés une nouvelle fois lors de cette séance du dialogue. A cet effet, le député Ibrahim Kanaan a souligné que le profil du candidat à été passé en revue, de même que le recours au peuple".

Pas de date pour une séance législative
Vers 15h, c'est le Bureau du Parlement qui s'est réuni sous la présidence du chef du Législatif, Nabih Berry, afin d'étudier l'ordre du jour de la prochaine séance législative, dont la date n'a toujours pas été précisée. L'ordre du jour divise les protagonistes. Les Forces libanaises et le Courant patriotique libre réclament, entre autres, que le recouvrement de la nationalité libanaise par des membres de la diaspora y soit inscrit. Ils réclament également que figure l'élaboration d'une nouvelle loi électorale pour les législatives. Les Kataëb refusent pour leur part la tenue d'une séance législative en l'absence d'un chef de l'Etat, considérant que le Parlement assume uniquement le rôle d'un collège électoral, depuis le début de la vacance de la magistrature suprême, le 25 mai 2014.

A l'issue de la réunion, le vice-président de la Chambre, Farid Makari, n'a pas donné de date pour la prochaine séance législative, soulignant que "c'est le chef du Parlement qui fixe cette date". Il a ajouté que la loi du recouvrement de la nationalité sera placée à l'ordre du jour de cette séance. La grille des salaires sera, de son côté, placée à l'ordre du jour de la séance qui suivra.

De son côté, Antoine Zahra, député FL de Batroun, a affirmé que la loi électorale ne figurera pas à l'ordre du jour en question. "Je n'ai pas pu convaincre le bureau du Parlement d'inscrire à l'ordre du jour la loi électorale. Lorsque la date de la prochaine séance sera fixée, nous déciderons de notre participation ou non à cette séance", a-t-il ajouté.

 

Lire aussi

Toxicité des déchets : bientôt le point de non-retour

 

Pour mémoire

La crise des déchets s'impose à la table du dialogue

Déchets : « Marche contre la maladie », nouveau cri des citoyens et des municipalités

Sleiman appelle à la déconfessionnalisation du dossier des déchets


La neuvième séance du dialogue national qui s'est tenue mardi au siège du Parlement, place de l'Etoile, n'a pas porté ses fruits, le dossier de la crise des déchets, longuement débattu, ainsi que celui de la vacance de la présidence de la République restant toujours en suspens.
"Le dossier des déchets a été longuement débattu", a ainsi fait savoir le ministre des Télécoms, Boutros...

commentaires (4)

Toutes ces reunions inutiles et steriles juste pour epater la galerie. C'est vraiment la Foire aux Cancres (pardon Jean-Charles).

sancrainte

22 h 32, le 03 novembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Toutes ces reunions inutiles et steriles juste pour epater la galerie. C'est vraiment la Foire aux Cancres (pardon Jean-Charles).

    sancrainte

    22 h 32, le 03 novembre 2015

  • CHOU HÉLOU YI3NÉ IKOUNE FI PERC(S)ÉE... COMME SI ON NE LES CONNAISSAIT PAS !!!

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    17 h 34, le 03 novembre 2015

  • AH ! PARCE QU'ON S'ATTENDAIT A UNE PER(S)CEE ??? Faudra attendre beaucoup alors . C'etait des libanais qui se reunissaient , zavez pas Remarque ???

    FRIK-A-FRAK

    17 h 22, le 03 novembre 2015

  • Comme quoi , le tonneau des Danaïdes ...chez nous est percé avant d'ouvrir le couvercle.....

    M.V.

    17 h 21, le 03 novembre 2015

Retour en haut