Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Témoignage

« En Turquie, il y a vraiment des gens atteints du syndrome de Stockholm »

De nombreux électeurs ont modifié leur vote en faveur de l'AKP d'Erdogan, par souci notamment de stabilité depuis la reprise des hostilités avec le PKK.

Une foule en liesse a célébré dimanche soir la victoire de l’AKP aux législatives. Ozan Kose/AFP

Recep Tayyip Erdogan aura pris sa revanche après sa victoire dimanche lors des élections législatives anticipées qu'il avait réclamées après un premier revers en juin dernier. Il a ainsi obtenu un score inattendu, même pour ses partisans, soit 49,4 % des suffrages, remportant ainsi 316 des 550 sièges du Parlement.

Parmi les Turcs, d'aucuns pensaient, parmi les plus optimistes, que les résultats des votes ne changeraient pas beaucoup entre ceux de juin et ceux de novembre. D'autres, par contre, en ont largement profité pour changer de vote. Et en cinq mois, l'atmosphère en Turquie s'est bien détériorée. En effet, après les attentats de Suruç du 20 juillet, la reprise du conflit kurde qui s'ensuivit, et les attentats d'Ankara du 10 octobre, il est clair que la donne est tout autre. Et le président Recep Tayyip Erdogan en a été le seul bénéficiaire. En attisant les tensions, il a su amener ses anciens votants à confirmer leur vote d'une part, et à amener les électeurs qui n'avaient pas voté pour le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) en juin dernier à le faire ce 1er novembre d'autre part.


(Lire aussi : Pourquoi Erdogan a gagné les élections législatives)


Le climat de tensions semble être le facteur principal du changement des suffrages des citoyens turcs. Selman, habitant d'Ankara, qui était sur place au moment de l'attentat d'Ankara, a modifié son vote justement à cause de la montée des périls en Turquie. « La guerre est à nos portes et dans notre pays même. Il nous faut une stabilité que seul Erdogan peut apporter. C'est la raison pour laquelle j'ai modifié mon vote : du MHP (Parti d'action nationaliste), je suis passé à l'AKP », explique-t-il.
Ferhat est quant à lui plus nuancé. Pour cet étudiant kurde, qui a maintenu son vote pour le Parti démocratique des Peuples (HDP), le président Erdogan, qui a en effet parfaitement su attiser les tensions et maintenir un climat de peur, n'est pas le seul responsable de cette atmosphère délétère. « La violence du PKK semble avoir beaucoup coûté au HDP. Pas seulement les attentats de Suruç et d'Ankara », explique-t-il. Baris, habitant de la province de Düzce (Ouest) qui n'avait pas jugé bon de voter en juin, a pour sa part décidé d'accomplir son devoir de citoyen avant-hier en se rendant aux urnes tout spécifiquement contre le HDP : « Je n'avais pas voté en juin mais devant l'entrée au Parlement du HDP, en plus de l'insécurité croissante, j'ai choisi de voter AKP. »

Mais bien que le HDP ait perdu 21 sièges au Parlement, nombreux sont ceux qui enragent encore à la vue du score du parti de Selahattin Demirtas. Le parti prokurde, en obtenant 10,75 % des voix, est tout juste parvenu à se maintenir au Parlement et à remporter 59 sièges. Pour beaucoup de Turcs antikurdes, tel l'étudiant en théologie Özkan, « le maintien du HDP, trop proche du PKK, au Parlement est une déception ».
Si une grande part des Kurdes déplorent une baisse importante des votes en faveur de l'HDP, et fustigent encore et toujours ceux des leurs pour qui religion sunnite et opportunisme économique comptent bien plus que l'identité ethnique, ils en veulent davantage aux votants de l'HDP de la première heure qui ont voté cette fois-ci pour l'AKP par souci de stabilité et de sécurité. C'est en parlant de tels revirements de la part d'une partie des Kurdes que Dilek, jeune femme kurde originaire de Gaziantep, déclare en grognant qu'« il y a vraiment des gens atteints du syndrome de Stockholm ».


(Lire aussi : « Aujourd'hui, les enfants de deux ou trois ans à peine savent déjà ce qu'est la guerre. Vous trouvez ça normal ? »)


Le parti prokurde n'est pas toutefois le seul à avoir subi une dégringolade dans les suffrages en faveur de l'AKP, comme en témoigne les maigres scores du parti nationaliste (MHP). « Mon parti est passé de 16,5 % à 11,9 % et a perdu quasiment la moitié des sièges qu'il avait obtenus. Je suis très déçu », déplore Rüçhan, étudiant d'Anamur, avant d'ajouter, énervé, qu'« il y a dû avoir des fraudes et des manipulations : 50 millions de votes ont été comptés en 2 heures. Il a été supposé par des spécialistes qu'il en aurait fallu 5 ! » La déception est aussi la même pour Aykut, jeune Turc d'Istanbul, qui a maintenu son vote pour le MHP, pour qui « la situation est plus qu'injuste : les élections avaient pourtant été jouées (en juin) ! ». La défection au sein de ce parti nationaliste s'expliquerait par le désir sécuritaire de ses anciens partisans qui ont, eux aussi, préféré se tourner vers la stabilité que la majorité islamo-conservatrice leur promettait.

Seul le Parti républicain du peuple (CHP) a réussi à se maintenir à flot, et même à faire un peu mieux qu'en juin, en obtenant deux sièges en plus au Parlement, portant ainsi le nombre de ses députés à 134.
Tandis que les résultats des élections d'avant-hier redonnent espoir à beaucoup de Turcs et de Kurdes qui aspirent à la stabilité en ces mois d'insécurité, pour d'autres, le pays poursuit sa route dans une phase dictatoriale. Beaucoup en sont d'ailleurs conscients. Comme la jeune Bingöl qui inscrivait sur un réseau social : « Tu es tragi-comique, ô Turquie. Je n'ai plus rien à attendre de la démocratie, ici. »

 

Lire aussi
Sultan ou tsar ?, l’édito d’Émilie Sueur

Face à un Erdogan renforcé, les Européens contraints de jouer les équilibristes

« Aujourd'hui, les enfants de deux ou trois ans à peine savent déjà ce qu'est la guerre. Vous trouvez ça normal ? »

Le « sultan » Erdogan

A Adiyaman, "nid" de l’EI en Turquie (vidéo)

Après l'attentat d'Ankara, la Turquie confrontée à ses propres jihadistes

« Heureusement que mon fils est à l'hôpital, sinon il pouvait être un des kamikazes... »


Recep Tayyip Erdogan aura pris sa revanche après sa victoire dimanche lors des élections législatives anticipées qu'il avait réclamées après un premier revers en juin dernier. Il a ainsi obtenu un score inattendu, même pour ses partisans, soit 49,4 % des suffrages, remportant ainsi 316 des 550 sièges du Parlement.Parmi les Turcs, d'aucuns pensaient, parmi les plus optimistes, que les...

commentaires (3)

DU SYNDROME DE : HARO SUR LE KURDE !

LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

17 h 44, le 03 novembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • DU SYNDROME DE : HARO SUR LE KURDE !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    17 h 44, le 03 novembre 2015

  • n'importe quoi !!

    Bery tus

    14 h 28, le 03 novembre 2015

  • Le Kurde, qui était parlé et enseigné à l’école, devient la langue unique et obligatoire. Les milices de la République arabe syrienne, notamment les Assyriens, en sont réduites à défendre leurs écoles par les armes contre leurs compatriotes kurdes [11].De son côté le roi Salman d’Arabie saoudite doit encaisser sa défaite au Yémen ; un voisin qu’il avait envahi officiellement pour soutenir un président en fuite, en réalité pour exploiter avec Israël le pétrole du « Quart vide » [12]. Coup sur coup, les Émirats arabes unis et l’Égypte se sont retirés de sa Coalition. Les premiers après avoir essuyé de lourdes pertes parmi leurs officiers, les seconds plus discrètement, laissant les opérations militaires aux seules mains des Israéliens. Les Houthis, poussés vers le Nord par les bombardements, ont effectué plusieurs incursions en Arabie saoudite et y ont détruit des bases militaires aériennes et leurs matériels. Les soldats saoudiens, presque tous des étrangers servant sous écusson saoudien, ont déserté en masse contraignant le roi à prendre un décret contre les abandons de poste. Pour éviter un désastre militaire, l’Arabie saoudite a alors sollicité de nouveaux alliés. Contre de l’argent sonnant et trébuchant, le Sénégal a envoyé 6 000 hommes et le Soudan 2 000. La Mauritanie hésite à envoyer un contingent. Le roi, dit-on, aurait également sollicité l’armée privée Academi (ex-Blackwter/Xe) qui recruterait actuellement des mercenaires en Colombie.

    FRIK-A-FRAK

    09 h 09, le 03 novembre 2015

Retour en haut