X

À La Une

"Tout peut aller assez vite à Vienne, car les Etats sont d'accord sur les grands principes"

syrie

François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran, a répondu aux questions de L'Orient-Le Jour.

A.S. | OLJ
30/10/2015

Alors que le deuxième round des négociations de Vienne concernant la Syrie vient de se terminer et que rendez-vous est pris pour dans deux semaines, selon le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran, a répondu aux questions de L'Orient-Le Jour.

Vous avez une longue carrière de diplomate. Pensez-vous que les protagonistes peuvent parvenir à un accord sur la Syrie ?
Je crois que les esprits sont suffisamment mûrs pour arriver à un compromis. Les Russes se rendent compte que l'offensive ne marche pas très bien et qu'il y a, pour eux, un risque d'enlisement.
L'intervention russe a été un électrochoc pour tout le monde et elle a amené les Occidentaux et les pays du Golfe a évoluer de façon notable. Ces derniers acceptent désormais que le départ de Bachar el-Assad ne soit pas un préalable aux négociations.

Russes et Iraniens sont-ils prêts à infléchir leur position ?
Moscou et Téhéran ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils ne se battent pas pour maintenir Bachar el-Assad au pouvoir. Les Iraniens ont même parlé de changement de Constitution, ce qui implique, et induit, une véritable transition et de nouvelles élections. Il peut donc y avoir des points de rencontres entre ces Etats.

Chaque partie essaie d'imposer sa séquence dans les négociations, cela constitue-t-il un blocage insurmontable ?
Je ne vois pas d'impossibilité. On remarque qu'ils cherchent actuellement à se mettre d'accord sur les modalités d'une transition. Il faudra ensuite amorcer cette transition, puis réunir toutes les forces pour combattre l'Etat islamique (EI). Une transition impliquerait bien sûr une armée syrienne recomposée. Tout peut aller assez vite à Vienne, car ils sont d'accord sur les grands principes.

 

Lire aussi
Pourparlers de Vienne sur la Syrie : vers une solution négociée ?

À Vienne, Moscou et Téhéran devront passer à la caisse

L’opposition syrienne sert-elle encore à quelque chose ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES RUSSES SE RENDENT COMPTE QUE L'OFFENSIVE NE MARCHE PAS... CELA DIT TOUT... C'EST CE QUE PLUSIEURS INTERNAUTES ÉCLAIRÉS ET NON OBTUS NE CESSENT DE RÉPÉTER SUR CE FORUM...
RIEN QU'UN CHANGEMENT DE GOUVERNANCE VERS LA DÉMOCRATIE ET C'EST LA VICTOIRE INDÉNIABLE DU PEUPLE SYRIEN... DES PLUS DE 250.000.- MORTS... DES CENTAINES DE MILLIERS DE BLESSÉS ET DE DISPARUS... ET DES MILLIONS DE REFUGIÉS ET DE SANS ABRIS...
L'ACCORD ET LA CONNIVENCE MIS À JOUR !
ET... RIRA BIEN QUI RIRA LE DERNIER !!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Moscou et Téhéran ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils ne se battent pas pour maintenir l'aSSadiot aSSadique au pouvoir." ! Ainsi, celui qui n'est plus ton ami ne l'a jamais été....

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué