Rechercher
Rechercher

Liban

Larcher exprime son soutien à la stabilité du Liban et se solidarise face à la crise des réfugiés

Le président du Sénat français en compagnie, hier, du président de la Chambre, à Aïn el-Tiné. Photo Ani

Le président du Sénat français, Gérard Larcher, a souligné hier que son actuelle visite au Liban et son déplacement prochain en Iran visent à transmettre des messages soulignant l'intérêt de la France pour la situation régionale.
M. Larcher a annoncé, au deuxième jour de sa visite au Liban, que le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, se rendra à Beyrouth la semaine prochaine pour proposer de l'aide sur le dossier des réfugiés syriens.
Le président du Sénat a été reçu hier par le président de la Chambre, Nabih Berry, à l'entrée du palais de Aïn el-Tiné, pour un entretien axé sur les développements locaux et régionaux, ainsi que sur les répercussions de la crise des réfugiés syriens, et sur la coordination parlementaire entre les deux pays. L'entrevue s'est déroulée en présence de la délégation française accompagnant M. Larcher, de l'ambassadeur de France, Emmanuel Bonne, et de M. Mahmoud Berry.


À l'issue de la rencontre, Gérard Larcher a mis en exergue la question de la préservation de la stabilité et de la sécurité du Liban, précisant qu'il s'agissait là d'une « priorité ». Il a également évoqué la question de la migration des réfugiés syriens du fait de la guerre, une question qui, a-t-il dit, pose un problème pour l'Europe concernant les moyens de gérer la situation. « Aucun pays ne peut supporter ce que le Liban supporte en raison de ce problème », a-t-il dit. « Le Liban fait face à un défi exceptionnel à l'ombre de ce nombre important de réfugiés qu'il ne peut pas absorber », a ajouté M. Larcher, soulignant qu'il était « un devoir de se solidariser avec lui ». Selon lui, ce soutien ne se limite pas au niveau financier, mais englobe aussi « la solidarité politique pour résoudre la crise ».


Gérard Larcher a également évoqué avec Nabih Berry la situation législative dans le pays et la crise qui secoue le Liban à ce niveau. Il a indiqué dans ce cadre que le président de la Chambre avait mis l'accent sur la nécessité de redynamiser l'action du Parlement et de trouver une solution interlibanaise à l'élection présidentielle. « Nous sommes là en tant qu'amis du Liban », a noté M. Larcher, estimant qu'il revenait aux parties libanaises de conclure cet accord et de s'entendre sur une nouvelle loi électorale.
« Pour le président Berry, il est très important que la Chambre œuvre pour légiférer sur les questions nécessaires, surtout sur le plan économique et financier », a ajouté le président du Sénat, revenant à la charge sur le fait qu'il était là en ami et non pour transmettre des messages aux responsables libanais.
Il a enfin salué le rôle du Liban en tant que « pays-message » et « lieu de rencontre entre les cultures ».
M. Berry a ensuite retenu son hôte et la délégation l'accompagnant à déjeuner, en présence du Premier ministre Tammam Salam, de l'ancien président de la République Amine Gemayel, du chef du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme, le député Michel Aoun, du président du groupe d'amitié France-Liban, le député Michel Murr, du chef du bloc parlementaire du Hezbollah, le député Mohammad Raad, des députés Samir Jisr, Georges Adwan, Hagop Pakradounian, Michel Moussa, et de M. Mahmoud Berry.


Signalons enfin que M. Larcher s'est entretenu avec le député Marwan Hamadé, en tant qu'émissaire du chef du Rassemblement démocratique, le député Walid Joumblatt, ainsi qu'avec le député Alain Aoun, dépêché par le général Aoun.


Le président du Sénat français, Gérard Larcher, a souligné hier que son actuelle visite au Liban et son déplacement prochain en Iran visent à transmettre des messages soulignant l'intérêt de la France pour la situation régionale.
M. Larcher a annoncé, au deuxième jour de sa visite au Liban, que le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, se rendra à Beyrouth la...

commentaires (1)

La Figue à béret ex-déshérité a retenu son hôte à déjeuner, en présence du Premier ministre Salam, de l'ancien président de la République Gemayel, du chef du CPL, boSSfaïr, du président du groupe d'amitié France-Liban, L-Murr, du Tonnerre à Rien du héZébbb et.... de M. Mahmoud Berry ! Mahmoud Berry ? En quel honneur ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

05 h 10, le 24 octobre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • La Figue à béret ex-déshérité a retenu son hôte à déjeuner, en présence du Premier ministre Salam, de l'ancien président de la République Gemayel, du chef du CPL, boSSfaïr, du président du groupe d'amitié France-Liban, L-Murr, du Tonnerre à Rien du héZébbb et.... de M. Mahmoud Berry ! Mahmoud Berry ? En quel honneur ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    05 h 10, le 24 octobre 2015