Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - commentaire

Que veut la Russie en Syrie ?

Le président russe Vladimir Putin. REUTERS/Alexander Zemlianichenko/Pool

L'intervention de la Russie en Syrie est observée à la loupe, son pourquoi et son comment font l'objet d'analyses approfondies. Mais elles portent essentiellement sur le court terme, et leurs conclusions sur les conséquences probables à long terme de l'intervention paraissent exagérément pessimistes.
Vladimir Poutine a décidé d'aider le régime de Bachar el-Assad qui est dans une impasse. Les bombes et les missiles russes qui s'abattent sur tout un éventail de groupes armés opposés aux forces gouvernementales donnent un peu de répit au régime.
Aussi critiquable que soit le gouvernement d'Assad et malgré tous les crimes dont il a à répondre, à court terme cette situation est préférable à l'écroulement du régime. Malheureusement, le fait est qu'aujourd'hui l'implosion du gouvernement syrien aboutirait sans doute à un génocide, à des millions de réfugiés supplémentaires et à l'établissement du « califat » de l'État islamique (EI) à Damas.

On peut spéculer sur les motivations de Poutine, mais il veut sans doute éviter l'écroulement de son allié de longue date au Moyen-Orient. Par ailleurs, il ne manque pas une occasion de rappeler au monde que la Russie reste une grande puissance qui peut et veut agir au mieux de ses intérêts. Peut-être veut-il aussi détourner l'attention des problèmes intérieurs – une économie affaiblie et le coût croissant de l'intervention en Ukraine. Le taux élevé d'approbation dont il bénéficie montre qu'il pourrait réussir.
On pourrait craindre que l'activisme récent de la Russie ne prolonge cette guerre civile particulièrement cruelle et ne renforce l'État islamique. On ne peut exclure cette hypothèse, d'autant que la haine du régime d'Assad est un puissant outil de recrutement pour l'EI. Et au moins jusqu'à présent, ce dernier ne paraît pas être la priorité de l'armée russe qui s'attaque semble-t-il en priorité aux autres forces anti-Assad.
Selon certaines sources, l'État islamique s'installerait dans les zones abandonnées par les forces anti-Assad qui fuient les bombardements russes. La Russie paraît jouer le même jeu cynique qu'Assad : utiliser la guerre pour ne laisser le choix qu'entre l'État islamique et un régime qui, pour odieux qu'il soit, lui est préférable.

Certains observateurs craignent également que l'engagement russe en Syrie ne présage une nouvelle vague d'interventions de ce type – voire même une nouvelle guerre froide. Mais c'est improbable, ne serait-ce que parce que la Russie n'a pas les moyens financiers et militaires pour s'engager sur un trop grand nombre de fronts. Et il n'est pas sûr que le peuple russe soit prêt à payer le prix fort pour cette politique.
Tout dépend de Poutine qui dispose d'une liberté de décision jamais vue depuis Staline. Son action en Syrie est cohérente avec plusieurs principes des arts martiaux dont il est grand amateur, notamment l'idée de neutraliser l'adversaire en exploitant ses faiblesses.

Mais le recours à la force a ses limites. L'intervention russe en Syrie ne réussira pas s'il s'agit de permettre au gouvernement d'Assad de regagner son contrôle sur l'essentiel du pays. La politique de Poutine peut au mieux établir une enclave relativement sûre.
Même cet objectif modeste pourrait être difficile à atteindre parce que l'État islamique lui aussi se renforce. Il pourrait être coûteux pour la Russie elle-même : ce n'est qu'une question de temps jusqu'à ce que Moscou devienne la cible d'attaques-suicide (comme cela vient de se produire à Ankara).
La véritable question est de savoir si pour Poutine le soutien au gouvernement d'Assad est un objectif en soi ou si ce n'est que le moyen d'atteindre un autre objectif. Si tel est le cas (si Poutine pense en joueur d'échecs et qu'il prévoit plusieurs coups à l'avance), il envisage peut-être un processus diplomatique qui passera à un moment donné par le départ d'Assad. La Russie pourrait y être favorable, d'autant que Poutine n'est pas connu pour être un sentimental. Il pourrait adopter une politique qui donne un rôle central à la Russie pour dessiner le Moyen-Orient de demain.

Quant aux USA et aux autres acteurs, ils devraient poursuivre une double stratégie. Ils devraient chercher à améliorer l'équilibre des pouvoirs en Syrie. Cela passe par un soutien plus important aux Kurdes et à certaines tribus sunnites, et par les attaques aériennes contre l'État islamique.
Cela devrait permettre l'émergence d'enclaves relativement sûres. Un découpage de la Syrie en enclaves ou en cantons pourrait être le meilleur résultat possible dans l'immédiat et dans le futur prévisible. Les USA et les autres parties prenantes n'ont pas un intérêt vital à restaurer un gouvernement syrien qui contrôle l'ensemble du territoire. Leur objectif premier est de défaire l'État islamique et les groupes similaires.
Parallèlement, les USA et les autres États devraient envisager la participation de la Russie (et même de l'Iran) à une solution politique. Il s'agirait de préparer la sortie d'Assad et d'établir un État efficace disposant au minimum du soutien de sa base alaouite et si possible de quelques tribus sunnites.
Poutine va sans doute gagner du prestige dans un tel processus. Mais c'est le prix à payer pour une dynamique qui permettra à long terme de diminuer les souffrances du peuple syrien et de réduire le danger que représente l'État islamique.

© Project Syndicate, 2015.
Traduit de l'anglais par Patrice Horovitz

Richard Haass préside le Council on Foreign Relations, aux États-Unis

 

Lire aussi
Malgré l'aide russe, l'armée du régime peine à prendre le dessus sur les rebelles

Ce qu'a d'inquiétant l'intervention de Poutine en Syrie


L'intervention de la Russie en Syrie est observée à la loupe, son pourquoi et son comment font l'objet d'analyses approfondies. Mais elles portent essentiellement sur le court terme, et leurs conclusions sur les conséquences probables à long terme de l'intervention paraissent exagérément pessimistes.Vladimir Poutine a décidé d'aider le régime de Bachar el-Assad qui est dans une impasse....

commentaires (9)

Selon le site internet de la télévision israélienne I24, citant un rapport libanais publié vendredi, l’armée russe a prévenu les forces de l’air israéliennes de ne pas voler dans l’espace aérien russe le long de la frontière entre la Syrie et le Liban. Le site indique que cet avertissement avait été exprimé après que des avions israéliens ont été détectés par les radars russes, a indiqué. Dans un reportage, la télévision israélienne avait indiqué que ce rapport a été publié au lendemain de l’annonce d’une « ligne directe» installée entre Moscou et Tel Aviv pour éviter tout incident entre leurs aviations. Des diplomates libanais ont indiqué que l’avertissement russe a été donné deux semaines après que des radars de l’armée russe ont détecté des avions de chasses israéliens s’approchant de l’espace aérien contrôlé par la Russie sur le long de la frontière entre la Syrie et le Liban. “Des avions russes ont immédiatement bloqué le chemin des alors qu’ils volaient au-dessus de la région d’Akkar dans le nord du Liban. Les Russes ont averti qu’une entrée dans l’espace aérien syrien serait un prétexte pour ouvrir le feu », a déclaré la source diplomatique. Selon le rapport, les avions israéliens étaient en mission de reconnaissance pour soi-disant observer les ports de Tartous et de Lattaquié pour inspecter des possibles transferts d’armes au Hezbollah.

FRIK-A-FRAK

16 h 19, le 20 octobre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Selon le site internet de la télévision israélienne I24, citant un rapport libanais publié vendredi, l’armée russe a prévenu les forces de l’air israéliennes de ne pas voler dans l’espace aérien russe le long de la frontière entre la Syrie et le Liban. Le site indique que cet avertissement avait été exprimé après que des avions israéliens ont été détectés par les radars russes, a indiqué. Dans un reportage, la télévision israélienne avait indiqué que ce rapport a été publié au lendemain de l’annonce d’une « ligne directe» installée entre Moscou et Tel Aviv pour éviter tout incident entre leurs aviations. Des diplomates libanais ont indiqué que l’avertissement russe a été donné deux semaines après que des radars de l’armée russe ont détecté des avions de chasses israéliens s’approchant de l’espace aérien contrôlé par la Russie sur le long de la frontière entre la Syrie et le Liban. “Des avions russes ont immédiatement bloqué le chemin des alors qu’ils volaient au-dessus de la région d’Akkar dans le nord du Liban. Les Russes ont averti qu’une entrée dans l’espace aérien syrien serait un prétexte pour ouvrir le feu », a déclaré la source diplomatique. Selon le rapport, les avions israéliens étaient en mission de reconnaissance pour soi-disant observer les ports de Tartous et de Lattaquié pour inspecter des possibles transferts d’armes au Hezbollah.

    FRIK-A-FRAK

    16 h 19, le 20 octobre 2015

  • DEPUIS LE 19 EME SIECLE * .. A COMPRENDRE QUE LES INTERETS ET LA SECURITE DU TERRITOIRE RUSSE .. POUR FINIR UNE FOIS POUR TOUTE L'OCCIDENT* NE PEUT PAS PRENDRE DU GIRON DEFENSIF 2 PAYS A LA RUSSIE : L'UKRAINE ET LA SYRIE DONC PAR ACCORD IMPLICITE L'OCCIDENT A LAISSER LA RUSSE S'ENGAGER SURTOUT QUE CELA SE SAVAIENT DEPUIS DEJA QLQ MOIS ... COMME JE LE DISAIS D'AILLEURS PAR LES SERVICES SECRETS DES PAYS RESPECTIFS

    Bery tus

    15 h 09, le 20 octobre 2015

  • combien de fois dois je rappeler poutine n'a que faire de assad ... IL L'A AFFIRMER A PLUSIEURS REPRISES ET DERNIEREMENT DE LA BOUCHE DE MEDVEDEV tout ce qu'il veut c'est securiser ses intérêts et non des moindres car depuis 19 siecle les intérêts russes passaient par la presence russe en syrie ... THAT'S IT THAT'S ALL

    Bery tus

    14 h 59, le 20 octobre 2015

  • Voila ce que veut Poutine en russie . L’armée syrienne a libéré six localités en banlieue d’Alep, à la suite d’affrontements avec les bacteries sur plusieurs fronts. Selon la dépêche de la chaîne al-Alam, l’armée syrienne est en lutte sur plus de dix fronts à Alep tandis qu’elle continue ses opérations de libération sur les fronts de la banlieue sud et est de cette ville ainsi que dans la région d’al-Safirah. De même, les forces syriennes ont libéré deux villages et quelques champs agricoles et d’importantes hauteurs dans cette zone, capturant nombre d’éléments armés. A Lattaquié, les heurts se poursuivent sur les hauteurs de Habb al-Ahar en banlieue est tandis que l’aviation russe, en collaboration de l’armée syrienne, a détruit le centre de commandement des bacteries, y libérant de vastes terrains. Dans la banlieue nord de Homs, l’armée syrienne a libéré la partie orientale de la localité de Teir Malah, prenant, par ailleurs, en main le contrôle d’un village. Les chasseurs russes ont aussi anéanti le réseau des tunnels sous-terrains utilisés par les bacteries en tous genres à Talbissa.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 33, le 20 octobre 2015

  • Poutine en Syrie? Un cadeau d'Obama. Cadeau empoisonné? L'avenir le dira.

    Dounia Mansour Abdelnour

    12 h 55, le 20 octobre 2015

  • organiser la sortie d assad....cela aurait pu se faire des 2011 en evitant cette effroyable tragedie....les egyptiens l ont fait de mains de maitres...elections democratiques ,freres musulmans au pouvoir,puis manifs et retour a l ancien regime....

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 47, le 20 octobre 2015

  • POUTINE... À TARTOUS ET LATTAQUIEH... VEUT CONCLURE UN MARIAGE ÉTERNEL AVEC... FOUTINE ! PARRAINS LES PERSÉS ET LEURS COMPARSES... QUI A À REDIRE À CA MARIAGE QU'IL LE DISE OUVERTEMENT ET MAINTENANT AVANT LE SACRE DÉFINITIF !!!

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 20, le 20 octobre 2015

  • Plutôt que ce "que veut Poutine en Syrie", il est nécessaire de voir ce que peut faire Poutine en Syrie. Il ne pourra pas faire grand-chose. Bon sens, intelligence et perspicacité disent fermement que la meilleure solution dans ce pays est une solution pacifique à l'élaboration de laquelle participent tous les protagonistes impliqués dans le conflit devenu inextricable, et dans laquelle leurs intérêts soient préservés dans la mesure du possible. Cela sans aucune exclusion, notamment de l'Iran et/ou de l'Arabie saoudite. Sinon la Syrie deviendra une autre Somalie.

    Halim Abou Chacra

    11 h 02, le 20 octobre 2015

  • Refaire surface dans le monde arabe Grace à la mollesse de la Chiffe Molle bien planquée à Washington, Poutine redore le blason de la Russie dans le monde arabe Et en même temps, devient Cheik de Syrie er de l'Irak en complicité avec les "joyeux" ayatollah

    FAKHOURI

    10 h 06, le 20 octobre 2015

Retour en haut