X

À La Une

Les naufragés de la famille Safwan enterrés à Ouzaï

Liban

De nombreux responsables du Hezbollah et du mouvement Amal présents à la cérémonie.

OLJ
22/10/2015

Les sept naufragés de la famille Safwan, qui tentaient de se rendre clandestinement en Europe via la Turquie à bord d'une embarcation qui a coulé en Mer Egée, entre la Turquie et la Grèce, ont été enterrés jeudi en début d'après-midi à Ouzaï, au sud de Beyrouth, dans une atmosphère emplie de tristesse et de colère. Les dépouilles des victimes, Mayez, Mariam, Mélanie, Moustapha, Lynn, Maya et Houriya, avaient été rapatriées la veille de Turquie.

Au milieu d'intenses coups de feu en l'air, de cris et de youyous, la procession a débuté près du domicile des Safwan puis les dépouilles ont été emmenées vers le cimetière dans le quartier d'Ouzaï, investi par de nombreux proches de la famille endeuillée. Deux des trois rescapés, Maher et Moussa, qui avaient atterri à l'aéroport de Beyrouth dans la nuit de mercredi à jeudi, ont assisté à la cérémonie. Le troisième rescapé est, lui, toujours détenu par les autorités turques.

Après la prière dite par le président du conseil politique du Hezbollah, Ibrahim Amine Sayyed, les corps mis dans des cercueils en bois massif sur lesquels les photos des naufragés étaient épinglés ont ensuite été enterrés.
La cérémonie s'est déroulée en présence notamment du ministre des Travaux publics et des Transports, Ghazi Zeaïter, représentant le président du Parlement, Nabih Berry, et le Premier ministre, Tammam Salam, des députés Nawar Sahili et Ali Mokdad, membres du bloc parlementaire du Hezbollah, et du responsable du mouvement Amal à Beyrouth, Ali Barda.


(Repère : Réfugiés syriens, nouvelles routes, hiver approchant : le point sur la crise migratoire)

 

La tragédie de la famille Safwan met en exergue le désespoir des familles libanaises qui souffrent d'une situation économico-sociale de plus en plus difficile, notamment celles qui vivaient dans la Békaa-Est ou dans des villages à la frontière libano-syrienne tout comme la famille Safwan. Des centaines de réfugiés risquent leur vie au quotidien afin de rejoindre l'Europe.

Plus de 600.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe en passant par la Méditerranée en 2015, et plus de 3.100 sont décédés ou portés disparus, selon un dernier bilan de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Beaucoup de Libanais ont également profité de cet exode massif et ont quitté leur pays, fuyant les difficultés économiques et le poids de la guerre en Syrie avec plus de 1,2 million de réfugiés syriens au Liban.

Lire aussi
Naufrages, l’éditorial de Issa Goraieb

La prochaine vague de migrants pourrait venir du Liban

La croisière, une autre voie pour fuir la Syrie

Prendre la mer, risquer la noyade, qu'importe ! L'important est de partir...

Les réfugiés palestiniens au Liban et en Syrie rêvent aussi d’Europe

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

QUEL DRAME.....

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué