Rechercher
Rechercher

Drame des migrants

Les sept corps de la famille Safwan rapatriés hier

Des membres de la famille Safwan effondrés à l'arrivée, hier, à l'aéroport de Beyrouth des corps de leurs proches morts noyés dans le naufrage de leur embarcation les transportant de Turquie en Grèce. REUTERS/Mohamed Azakir

Plus d'une semaine après la noyade tragique de leur embarcation en face du littoral turc, les corps des 7 membres de la famille Safwan, Mayez, Mariam, Mélanie, Moustapha, Lynn, Maya et Houriya, ont été rapatriés hier à Beyrouth, en présence de leurs proches. Étaient également présents, au salon d'honneur de l'Aéroport international de Beyrouth, le député Ali Moqdad, membre du bloc parlementaire du Hezbollah, et Bassam Tleiss du mouvement Amal. Deux membres de la famille, Waël et Malek Safwan, restent portés disparus, alors que les deux survivants de la famille, Moussa et Maher Safwan, devaient en principe regagner Beyrouth hier dans la nuit.


Selon Youssef Safwan, les corps rapatriés resteront à l'hôpital Rafic Hariri jusqu'aux obsèques, qui auront lieu à 15h, dans la localité de Ouzaï. Dans un entretien accordé à la LBCI, ce dernier a affirmé qu'il poursuivait ses contacts avec l'ambassadeur du Liban à Ankara, selon qui les autorités turques ratissent la côte turque à la recherche des disparus. « Nous avons demandé au Premier ministre Tammam Salam et au secrétaire général du Haut Comité de secours, le général Mohammad Kheir, la poursuite de l'affaire jusqu'à ce qu'on puisse retrouver les disparus », a-t-il ajouté.

 

(Pour mémoire : Le drame de la famille Safwan, victime comme tant d'autres de la crise socio-économique libanaise...)


De son côté, le ministre des Travaux publics et des Transports Ghazi Zeaïter a présenté ses condoléances à la famille Safwan. Il a estimé que « cette tragédie a affecté l'ensemble du pays ». Selon lui, « certains groupuscules (au Liban et à l'étranger) profitent du souhait de certaines familles d'émigrer (de façon légale ou illégale) à cause de la situation socio-économique du pays, d'où la nécessité de mettre un terme à ces agissements pour en découvrir les responsables ». « La tragédie de la famille Safwan devrait nous pousser à unifier notre vision face aux problèmes sociaux pour essayer de les résoudre, la clé étant l'élection d'un président de la République », a-t-il encore dit.


Le général Kheir a pour sa part rappelé que « le bon citoyen est celui qui recherche la vérité et n'a pas recours aux mafias faisant du trafic humain ». Il a également souligné que « les Forces de sécurité intérieure accomplissent leur devoir et essayent d'arrêter tous ceux qui prennent part à de telles opérations », avant de signaler que « les autorités turques coopèrent avec nous pour retrouver les disparus, puisqu'il s'agit d'une action humanitaire ».


À son tour, Youssef Safwan a remercié, au nom de la famille, « tous ceux qui ont contribué au rapatriement des corps au Liban ». Il a estimé que « le pays traverse une période difficile qui pousse les citoyens à risquer leur vie en vue de conditions meilleures », avant d'exprimer son souhait de retrouver les deux membres de la famille qui sont toujours portés disparus.
Enfin, le cheikh Abbas Zogheib a prononcé une allocution au nom du vice-président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Abdel Amir Kabalan. Il a incité « à secourir les vivants et la patrie. Nous avons besoin d'une prise de conscience de la part des responsables politiques pour atteindre cet objectif », a-t-il ajouté.

 

Lire aussi

La croisière, une autre voie pour fuir la Syrie


Plus d'une semaine après la noyade tragique de leur embarcation en face du littoral turc, les corps des 7 membres de la famille Safwan, Mayez, Mariam, Mélanie, Moustapha, Lynn, Maya et Houriya, ont été rapatriés hier à Beyrouth, en présence de leurs proches. Étaient également présents, au salon d'honneur de l'Aéroport international de Beyrouth, le député Ali Moqdad, membre du bloc...

commentaires (0)

Commentaires (0)