X

La Dernière

La Libanaise Christine Tohmé aux manettes de la 13e édition de la Biennale de Sharjah

La bonne nouvelle du lundi

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

05/10/2015

Les Émirats arabes unis, qui font de l'art contemporain l'un des leviers de leur rayonnement international, viennent de s'attacher les services d'une Libanaise dont l'expertise dans ce domaine est reconnue bien au-delà des frontières de son pays. Le 1er octobre, Christine Tohmé a en effet été nommée par la Sharjah Art Foundation curatrice de la 13e édition de la Biennale de Sharjah, prévue en mars 2017. Une biennale qui œuvre au développement de programmes artistiques et culturels contemporains. «Nous sommes ravis d'avoir l'occasion de travailler avec Christine Tohmé, dont la contribution à la construction et l'orientation du paysage culturel du Moyen-Orient est reconnue sur le plan régional et international», a ainsi souligné la présidente de la fondation et fille de l'émir de Sharjah, Hour al-Qasimi.

Cette nomination récompense en effet l'une des chevilles ouvrières de l'art contemporain au Moyen-Orient. Christine Tohmé est fondatrice et directrice de l'Association libanaise pour les arts plastiques, Ashkal Alwan. Fondée en 1993, Achkal Alwan promeut et produit de l'art contemporain au Liban. Mme Tohmé est également directrice de Saha, une association soutenant l'art contemporain en Turquie.

Après le prix Prince Claus pour sa contribution à la culture libanaise décroché en 2006, Christine Tohmé avait également remporté, conjointement avec l'artiste Martha Wilson, le prix Audrey Irmas 2015 pour le commissariat d'excellence. Ce prix, décerné chaque année par le Centre d'études curatoriales du Bard College (Center for Curatorial Studies – Bard, Annandale-on-Hudson, NY), récompense l'innovation et la réussite en tant que commissaire/curateur d'expositions. Parmi les anciens lauréats de ce prix: Catherine David (2008), Ann Goldstein (2012), Élisabeth Sussman (2013) ou encore Charles Esche (2014).

Outre sa contribution à l'art, la curatrice libanaise est active au sein de la société civile en tant que membre du conseil d'administration de Marsa, un centre de santé sexuelle destiné aux jeunes à risque et aux minorités sexuelles.

Christine Tohmé connaît parfaitement la Biennale de Sharjah, qui se déroule depuis 1993. «J'y collabore depuis 25 ans», explique-t-elle à L'Orient-Le Jour. «J'ai été membre du jury du prix de la Biennale en 2011 et j'ai tenu plusieurs conférences pour le compte de la Sharjah Art Foundation», ajoute-t-elle, expliquant que cette fondation prend de l'envergure. «La fondation est devenue une voix forte qui compte dans le monde de l'art contemporain, non seulement dans la région, mais aussi sur le plan international. Les projets qu'elle soutient constituent désormais des références.»

Tout juste nommée, Christine Tohmé décrit un défi excitant. «C'est une très belle opportunité pour moi de pouvoir faire découvrir des œuvres, mais surtout de permettre aux gens, très ancrés dans leur environnement, surtout au Moyen-Orient, d'explorer de nouveaux territoires», souligne-t-elle. Impatiente de commencer à travailler sur ce nouveau projet, Christine Tohmé explique que «le programme de la 13e édition de la Biennale de Sharjah n'a pas encore été fixé».

Du 5 mars au 5 juin dernier s'est tenue la 12e édition de la Biennale, intitulée Le passé, le présent, le possible, au cours de laquelle plus des deux tiers de la cinquantaine d'artistes participants, dont la Libanaise Etel Adnan, ont présenté de nouvelles œuvres.


Dans la même rubrique
Un laboratoire de l’USJ s’impose dans une compétition internationale

Récompensés à la Maison-Blanche : Sally Field, Stephen King et Fedwa Malti-Douglas... de Deir el-Qamar

Avec « la roulotte du patrimoine », Tyr part à la rencontre de tous les Libanais

Des étudiants de l'AUB redonnent vie à des localités du Liban-Sud

Un chercheur libanais à la tête d'une étude sur un traitement prometteur contre le cancer

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.