X

Liban

Face à la maladie des enfants démunis, 21e année de lutte pour Cap-Ho

Social

Pour que les enfants ne meurent plus faute de soin, Cap-Ho cherche depuis plus de vingt ans à rétablir une certaine justice en soutenant financièrement et moralement les enfants malades et leurs familles. Pour poursuivre son combat, l'association organise le vendredi 25 septembre un dîner de collecte de fonds.

22/09/2015

C'est avec une immense hospitalité et une grande chaleur humaine que les dames souriantes de Cap-Ho (Comité d'aide aux enfants hospitalisés) vous accueillent. Les rires s'entremêlent aux voix dans une ambiance particulièrement agréable. Mais lorsque le sujet des enfants malades est abordé, le ton devient plus grave. Les traits se marquent. Ces dames estiment en fait qu'il ne s'agit pas d'enfants démunis uniquement, mais d'une cause qui leur tient à cœur. Grâce au combat qu'elles mènent depuis plus de deux décennies, elles ont réussi à sauver la vie de centaines d'enfants malades.

L'année 1995 marquait pour la première fois la prise en charge d'enfants démunis dans un hôpital, grâce à l'aide de l'association. Tonia Chaoui, présidente du comité, nous explique qu'à ce moment-là, la misère dans laquelle se trouvaient plusieurs enfants gravement malades les avait toutes touchées. Elles ne comprenaient pas, à titre d'exemple, pourquoi rien n'était fait pour soutenir un enfant malade nécessiteux souffrant d'une mucoviscidose. Il fallait agir. Cap-Ho a ainsi été créé.

Vingt et un ans sont donc déjà passés depuis que ces huit femmes se sont réunies la première fois pour venir en aide aux enfants gravement malades dont les parents ne peuvent assurer financièrement l'hospitalisation ou le traitement. Au fil des années, quatre autres volontaires se sont jointes au projet pour donner de leur temps.
Les plus démunis peuvent, depuis, avoir accès aux mêmes soins que les autres grâce à l'aide précieuse de Cap-Ho. En vingt et un ans, ce sont plus de 4 800 enfants qui ont été hospitalisés grâce à Cap-Ho. Quelque 700 autres continuent de suivre annuellement un traitement à domicile. En clair, cela représente plus de 5 500 enfants qui vivent et profitent de leur vie grâce à l'aide de cette association. La très grande majorité est issue de milieux défavorisés.

Soirée de collecte de fonds
Les cas couverts par l'association vont des naissances prématurées aux dialyses, en passant par les détresses respiratoires, le cancer, les insuffisances rénales ou autres atteintes neurologiques. Avec près de 140 000 dollars dépensés chaque année pour faire face à ces maladies, Cap-Ho est l'une des premières et des plus importantes organisations dans ce combat. Les demandes sont chaque année aussi grandes, et l'existence de l'association est chaque année autant légitimée. La volonté de ses membres est renforcée d'année en année.
Les prises en charge des enfants se font majoritairement dans l'urgence. C'est l'hôpital Saint-Georges CHU, Beyrouth, qui collabore étroitement avec Cap-Ho, qui appelle les volontaires de l'organisation pour la prévenir d'un cas à aider. La réponse est toujours positive. Dans cette générosité qui les caractérise si bien, le compromis n'existe pas. Nicole Sacy, secrétaire générale du comité, explique que la moitié des cas sont entièrement pris en charge. Parfois, ce sont les associations caritatives ou les orphelinats qui alertent directement l'association d'un cas à prendre en charge.

Les volontaires nous expliquent que leur rôle est souvent un dépannage, dans le sens où, régulièrement, des familles remboursent petit à petit Cap-Ho. À la base de l'organisation, un contact entre des personnes liées par la même cause, une relation de confiance. Cette foi, elle se ressent entre les enfants et Cap-Ho, mais aussi et surtout entre les volontaires et les donateurs. Donner à l'association, c'est être sûr que chaque dollar sera reversé pour les enfants. C'est un gage de confiance.

« Ne laissez pas un enfant souffrir, aidez Cap-Ho à le secourir. » Tel est le slogan que Cap-Ho a adopté depuis sa fondation. Pour qu'elle puisse continuer sa mission, l'association organise le vendredi 25 septembre son dîner annuel de collecte de fonds, à partir de 20h30, au Saint-Georges Yacht Motor Club et Marina, qui sera pour l'occasion totalement aménagé. Les recettes permettront également à Cap-Ho de rendre le sourire à ces enfants, en leur offrant, en plus des frais hospitaliers, un certain réconfort dans leur maladie, par le biais de nombreuses activités organisées tout au long de l'année.

Pour plus d'informations, appeler Cap-Ho aux 03-38 38 16 ; 03-23 34 82.
Site Web (en construction) : www.capho.net

e-mail : info@capho.net

Pour les dons, il est également possible de s'adresser aux guichets de l'InterContinental Bank of Lebanon, comptes n° :
LB93 0052 0020 0013 0110 2064 5020 (en livres libanaises).
LB22 0052 0020 0023 0110 2064 5022 (en dollars).

 

 

Pour mémoire
Cap-Ho, vingt ans et des milliers de sourires d'enfants malades

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué