Rechercher
Rechercher

À La Une - russie

Devant Poutine, Netanyahu accuse la Syrie et l'Iran de vouloir "ouvrir un second front" contre Israël

La politique russe au Proche-Orient sera toujours réfléchie, assure le maître du Kremlin.

 

AFP PHOTO / POOL / IVAN SEKRETAREV

Le président Vladimir Poutine a rencontré lundi à Moscou le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour discuter du conflit en Syrie alors que la Russie est accusée par Washington d'y renforcer sa présence militaire.

"Il était très important de venir ici en vue de clarifier notre politique, et faire en sorte qu'il n'y ait aucun malentendu entre nos forces", a déclaré M. Netanyahu au début de la rencontre, selon un communiqué de son bureau.
Le Premier ministre israélien a également prévenu qu'il était déterminé à mettre fin aux livraisons d'armes au Hezbollah par la Syrie et l'Iran, et accusé les deux pays de vouloir "ouvrir un second front" contre Israël.

"La politique russe au Proche-Orient sera toujours réfléchie", a pour sa part assuré le président russe, affirmant que la Syrie ne voulait pas s'attaquer à Israël, selon des images de la télévision russe.
"Nous savons et nous comprenons que l'armée syrienne, et la Syrie en général, sont dans un tel état qu'ils ne peuvent ouvrir un second front. La Syrie essaie seulement de préserver son indépendance", a affirmé Vladimir Poutine.

Le service de presse de M. Netanyahu a affirmé qu'il était venu en Russie pour discuter des "forces militaires russes en Syrie" et pour "exposer les menaces pesant sur Israël à la suite du renforcement militaire sur la scène syrienne et de la fourniture d'armement au Hezbollah et à d'autres organisations terroristes".

Fait plutôt rare pour une visite diplomatique, M. Netanyahu était accompagné de son chef d'état-major, le général Gadi Eisenkot, et du chef des renseignements militaires, le général Herzl Halevy.
Leur venue à Moscou intervient alors que les Etats-Unis s'alarment depuis des semaines du renforcement de la présence militaire russe en Syrie, visant à renforcer l'aide au régime du président Bachar al-assad.
Moscou a cependant démenti avoir pris des mesures supplémentaires en vue d'un renforcement de sa présence en Syrie, où le conflit entre le pouvoir et les forces rebelles a fait plus de 250.000 morts en quatre ans et demi.

Le Kremlin défend toutefois son soutien à Damas, dont il est le principal allié, et appelle à une coalition plus large contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui inclurait la Syrie et l'Irak.
La semaine dernière, Moscou et Washington ont ouvert pour la première fois un dialogue militaire sur la situation en Syrie, lors d'une conversation téléphonique jugée "constructive" entre les ministres de la Défense russe et américain, Sergueï Choïgou et Ashton Carter.

Alors qu'Israël tente de rester à l'écart du conflit syrien, celui-ci a suscité ces derniers mois de sérieuses tensions et de graves incidents sur la ligne de démarcation entre l'Etat hébreu et son voisin syrien.
Selon la presse israélienne, des responsables militaires redoutent que la présence aérienne russe, si elle est avérée, limite la marge de manoeuvre de l'aviation israélienne.

Pour le quotidien de gauche Haaretz, la visite de M. Netanyahu à Moscou "semble refléter son manque de foi dans la capacité et la volonté des Etats-Unis à protéger les intérêts sécuritaires israéliens", alors que le Premier ministre israélien doit rencontrer le 9 novembre le président américain Barack Obama.

 

Lire aussi
La tentation de Moscou, l'article d'Anthony Samrani

Syrie : un terrain d'entente est-il possible entre Russes et Occidentaux ?

En Syrie, Poutine n'a pas le choix

La stratégie militaire US contre l'EI étrillée au Sénat


Le président Vladimir Poutine a rencontré lundi à Moscou le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour discuter du conflit en Syrie alors que la Russie est accusée par Washington d'y renforcer sa présence militaire."Il était très important de venir ici en vue de clarifier notre politique, et faire en sorte qu'il n'y ait aucun malentendu entre nos forces", a déclaré M. Netanyahu...

commentaires (1)

israrecel au regime terroriste chronique semble perdre de sa superbe . Ou sont ils les vaillants combattants de tsahal ? de quoi a peur natibaba et ses 40 voleurs ? du rearmament du hezb resistant par la syrie ??? La raclee de 2006 et de facon plus recente celle de chebaa ne lui donne t elle pas l'impression que le hezb resistant n'attend pas des livraisons de syrie pour se tenir pret pour la prochaine lecon qu'il va lui infliger ? N'a t il pas compris que les lobbyists juifs amerlockesen ont marre de son arrogance et de payer les pots casses pour sa clique de voleurs de terre ? il l'apprendra de gre ou de force .

FRIK-A-FRAK

11 h 44, le 22 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • israrecel au regime terroriste chronique semble perdre de sa superbe . Ou sont ils les vaillants combattants de tsahal ? de quoi a peur natibaba et ses 40 voleurs ? du rearmament du hezb resistant par la syrie ??? La raclee de 2006 et de facon plus recente celle de chebaa ne lui donne t elle pas l'impression que le hezb resistant n'attend pas des livraisons de syrie pour se tenir pret pour la prochaine lecon qu'il va lui infliger ? N'a t il pas compris que les lobbyists juifs amerlockesen ont marre de son arrogance et de payer les pots casses pour sa clique de voleurs de terre ? il l'apprendra de gre ou de force .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 44, le 22 septembre 2015

Retour en haut