Rechercher
Rechercher

Liban - Minorités persécutées

Hollande : Le Liban est « épuisé », il faut le « protéger »

Dépêché par le patriarche Béchara Raï à Paris, Boulos Matar s'est entretenu avec le président français.

François Hollande. AFP PHOTO / POOL / FRANCOIS MORI

Le Liban a été représenté à la conférence internationale sur les minorités persécutées au Moyen-Orient, qui s'est ouverte hier à Paris sous l'égide de l'Onu, par le chef de la diplomatie, Gebran Bassil, ainsi que par l'archevêque maronite de Beyrouth, Boulos Matar.

Ce dernier, représentant le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a eu un entretien avec le président français, François Hollande, en marge des travaux de la conférence qui a rassemblé une soixantaine de pays, ainsi que des représentants d'une quinzaine d'ONG. M. Hollande a assuré à son hôte qu'à travers sa visite au Liban, prévue après l'Assemblée générale de l'Onu, qui s'ouvrira le 22 septembre à New York, il souhaite « faire part de sa solidarité avec le peuple libanais ».

« Je compte visiter le Liban bientôt pour témoigner ma solidarité au peuple libanais qui fait face à de nombreux défis internes et externes », a déclaré le chef de l'État, selon un communiqué publié par l'Élysée. « Les relations que nous entretenons avec l'Église maronite font partie de notre patrimoine. Elles sont en grande partie la raison de notre rapprochement du Liban et du monde arabe », a-t-il ajouté, selon le texte.

 

(Pour mémoire : Hollande bientôt au Liban en signe de solidarité face à la crise politique et au flux de réfugiés)



Dans le discours qu'il a prononcé au cours de la conférence, le président Hollande a réaffirmé son soutien au Liban, précisant que le pays du Cèdre accueille « à lui seul plus d'un million et demi de réfugiés » et qu'il n'a plus les moyens de supporter ce fardeau. « Il est important que le Liban reçoive des aides pour régler la crise des déplacés. Les forces de ce pays sont épuisées. Il œuvre pour la coexistence. Notre rôle consiste à le protéger. Nous en discuterons lors de la réunion prévue à New York », a-t-il dit. Il a ajouté que « le Liban connaît des tensions internes » mais qu'il « parvient à résister et à maintenir son unité malgré les secousses subies ».
« Le Liban, a ajouté le chef de l'État, continue de sauvegarder la coexistence de ses communautés en dépit des crimes qui se commettent à quelques kilomètres de ses frontières. » Il a encore dit : « Il faut soutenir ce pays financièrement et ce sera là le but de la conférence de soutien au Liban qui se tiendra à New York en marge des travaux de l'Assemblée générale des Nations unies. » Et M. Hollande de conclure : « Les crises au Moyen-Orient nous concernent tous et c'est pour cela qu'il nous appartient de mieux aider les réfugiés au Liban. L'exode ne s'arrêtera pas et il faut protéger les communautés et le patrimoine de cette région. »

Dans son allocution à la conférence, M. Bassil a fait remarquer que « le modèle libanais qui constitue un laboratoire pour la démocratie consensuelle permet de recourir aux choix du peuple, seule source de la légitimité ».
Après avoir estimé que « c'est la voix du peuple qui garantit une solution politique aux conflits », le chef de la diplomatie s'est dit opposé à « tout compromis qui se fera aux dépens des intérêts légitimes de nos entités et des équilibres sur lesquels a été édifié le Liban ». « Nous refusons également de faire des concessions quant à nos valeurs fondées sur la tolérance et la diversité », a-t-il encore dit.

 

Lire aussi
Humanitaire, politique, et judiciaire : le « plan de Paris » se veut une véritable feuille de route

Syrie : les nouvelles incohérences de Paris, le décryptage d'Anthony Samrani

Quel Moyen-Orient après-demain ?, la tribune d'Alain Marsaud

 

Pour mémoire
Le nouvel ambassadeur de France évoque « la responsabilité historique » à l'égard du Liban souverain


Le Liban a été représenté à la conférence internationale sur les minorités persécutées au Moyen-Orient, qui s'est ouverte hier à Paris sous l'égide de l'Onu, par le chef de la diplomatie, Gebran Bassil, ainsi que par l'archevêque maronite de Beyrouth, Boulos Matar.Ce dernier, représentant le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a eu un entretien avec le président...

commentaires (4)

"Le Liban est « épuisé », il faut le « protéger »." ! A cause de quoi estil autant épuisé ? Sort-il avec n'importe qui à gauche et à droite de trop ? En sus, sans "protection!?"....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

15 h 52, le 09 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • "Le Liban est « épuisé », il faut le « protéger »." ! A cause de quoi estil autant épuisé ? Sort-il avec n'importe qui à gauche et à droite de trop ? En sus, sans "protection!?"....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 52, le 09 septembre 2015

  • VOTRE ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE A EMPIRÉ LES CHOSES !!!

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    15 h 47, le 09 septembre 2015

  • La démagogie est la qualité première de Gébran Bassil. Il parle de la tolérance et la diversité (sic) tandis qu'au Liban, lui et ses chefs pratiquent le contraire. Qui bloque les institutions ? Qui bloque l'élection présidentielle qui, selon la Constitution, prime toute autre considération ? Qui boycotte le Parlement pour ne pas élire un Président qui serait pas son beau-père depuis 15 mois ? Qui prive la pays d'électricité ? C'est lui et ses bateaux turcs etc...

    Honneur et Patrie

    14 h 35, le 09 septembre 2015

  • Scandaleux Hollande ! encore du n'importe quoi démago, a connotation blablas /humanitaire , c'est une insulte aux Libanais ! nous ne faisons pas la quête...! C'est plutôt Hollande qui est épuisé après 3 ans de paraitre , et les français le savent bien , ils se protégerons eux mêmes aux prochaines élections....!

    M.V.

    13 h 56, le 09 septembre 2015

Retour en haut