Rechercher
Rechercher

Liban - tempête de sable

Appels à la prudence pour au moins une nouvelle journée de poussière et de fortes chaleurs

Les éléments devraient se calmer demain. Pour de bon ? Les services météo ne se prononcent pas encore. Dans l'attente d'une nette amélioration du temps, les personnes à risque sont priées de rester chez elles ou de se protéger.

Photos Alia Haju / Michel Sayegh / Mohammad Azakir / Ibrahim Chalhoub / Aziz Taher / AFP / Reuters

Trois jours déjà que les Libanais sont confrontés à une tempête de sable qui vient du nord de l'Irak et de la Syrie : « Une dépression accompagnée de vent fort et chaud qui a soulevé du sable et de la poussière, et qui devrait s'atténuer légèrement jeudi », comme l'explique à L'Orient-Le Jour Marc Whaïby, chef du service de météorologie à l'Aéroport international Rafic Hariri. Mais les prévisions demeurent floues sur l'évolution de la situation vendredi et durant le week-end. « Nous ne pouvons encore nous prononcer et confirmer si l'amélioration se poursuivra ou si la tempête persistera au-delà de jeudi », tient à préciser M. Whaïby, qui espère toutefois que les choses rentreront dans l'ordre au plus vite.

Vents d'Est, entre octobre et novembre
C'est le nord du pays, le Akkar plus particulièrement, qui a été touché en premier lieu et de plein fouet, dimanche dans l'après-midi, indique le responsable météo. « La dépression, accompagnée de vent fort et chargée de poussière, s'est progressivement déplacée vers le sud, atteignant d'abord la Békaa, puis l'ensemble du pays, ainsi que la Jordanie et la Palestine », dit-il. Hier, mardi, la tempête avait atteint son paroxysme. « Nous traversons actuellement cette phase qu'on appelle le pic, observe-t-il. Il ne s'agit pas d'une phase d'une heure ou de deux, limitée dans le temps. » Le spécialiste espère toutefois une amélioration à peine perceptible, aujourd'hui, en cours de journée. « Une amélioration qui sera plus sensible demain jeudi. » Sera-t-elle suivie de pluie ? « Rien n'est moins sûr. »

 

 


Cette dépression accompagnée de vent chaud et de poussière ne doit pas être confondue avec le traditionnel vent chaud baptisé « khamsin » qui s'invite d'Afrique du Nord chaque année au printemps, entre février et avril plus spécifiquement. La dépression actuelle est ce qu'on appelle communément « des vents d'Est chauds qui n'ont rien d'exceptionnel et qui font généralement leur apparition chaque année en automne ». D'où le célèbre adage de chez nous : « Entre octobre et novembre, un second été (bayn techrin w techrin saïf tané). » « Le seul aspect exceptionnel de cette tempête est qu'elle survient plus tôt que d'habitude », constate M. Whaïby, tout en reconnaissant que « la météo a des caprices qui varient d'une année à l'autre ».

Sauf que l'on dénombre plusieurs morts cette année, des hospitalisations par centaines, sans parler des problèmes respiratoires qui ont accusé un important pic, accompagnés de nombreux cas de panique. « Depuis lundi, je n'ai pas cessé de répondre au téléphone, pour assister des patients en état de crise ou pour en conseiller d'autres qui paniquaient. De nombreux patients se sont également présentés aux urgences. Nous en avons traité certains par médication avant de les renvoyer chez eux, d'autres ont été hospitalisés pour crises aiguës », reconnaît le docteur Moussa Riachy, pneumologue et réanimateur médical, à l'Hôtel-Dieu de France, contacté par L'OLJ.


(Lire aussi : Trois morts dans la Békaa et des centaines de cas de suffocation)

 

Le temps d'exposition à la poussière
Il explique à ce propos que cette tempête de poussière représente « un danger pour les personnes à risque, et plus particulièrement pour les personnes souffrant de problèmes pulmonaires et respiratoires, parmi lesquelles les asthmatiques, les personnes aux poumons fragiles ou les malades présentant des bronchopathies chroniques obstructives dues au tabac ». « Ces personnes ressentent les effets de la poussière, avant même que l'ensemble de la population n'en prenne conscience », tient-il à préciser, ajoutant que les jeunes enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes allergiques sont également susceptibles de souffrir de ce temps poussiéreux.

C'est la raison pour laquelle le docteur Riachy conseille aux patients à risque de respecter strictement certaines mesures de sécurité. « Il est préférable qu'ils restent chez eux, les vitres fermées, le temps que la tempête se termine. Mais s'ils persistent à vouloir sortir, ils doivent impérativement se protéger la bouche et le nez avec un tissu mouillé (genre bandana ou masque). Ce dernier agit comme un filtre et les empêche d'inhaler les particules nocives », explique le pneumologue. Et d'assurer qu'il a fortement recommandé à certains de ses patients de ne pas se rendre au travail le temps que durera la tempête de poussière. « J'ai donné des rapports médicaux à des patients asthmatiques, car j'estime qu'un jour de repos préventif est plus souhaitable que deux à trois semaines de crise asthmatique », note-t-il.

« La prudence est donc de mise. » Le mot d'ordre du spécialiste n'est pas uniquement adressé aux sujets à risque, mais « à tout le monde », autrement dit à tout habitant du pays du Cèdre. « Des personnes bien portantes pourraient fort bien ne pas supporter des quantités minimes de poussière, indique-t-il. Car le temps d'exposition à la poussière est un facteur majeur. » Et ce temps n'est pas limité à une ou deux heures.

 

Lire aussi
Tempête de sable, tempête d'humour

Tempête de sable inédite au Liban : les précautions à prendre


Trois jours déjà que les Libanais sont confrontés à une tempête de sable qui vient du nord de l'Irak et de la Syrie : « Une dépression accompagnée de vent fort et chaud qui a soulevé du sable et de la poussière, et qui devrait s'atténuer légèrement jeudi », comme l'explique à L'Orient-Le Jour Marc Whaïby, chef du service de météorologie à l'Aéroport international Rafic...

commentaires (1)

Le peuple libanais peut rester chez lui durant, la climatisation fonctionne sans aucun besoin de courant électrique mais par les intentions de nos chèrs ministres et députés

Bahijeh Akoury

10 h 28, le 09 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Le peuple libanais peut rester chez lui durant, la climatisation fonctionne sans aucun besoin de courant électrique mais par les intentions de nos chèrs ministres et députés

    Bahijeh Akoury

    10 h 28, le 09 septembre 2015

Retour en haut