X

À La Une

Pour l'EI, violer une « esclave » fait plaisir à Dieu

Dans la presse

Ue enquête du « New York Times », parue le 13 août, explique comment le groupe jihadiste a fait du viol des femmes yazidies un acte justifié par la religion.

OLJ
17/08/2015

« Avoir des rapports sexuels avec une esclave fait plaisir à Dieu ». Cette phrase a été lancée par un combattant de l'organisation Etat islamique à une jeune femme yazidie. Juste avant qu'il ne la viole. Cette phrase a été rapportée par la victime au New York Times, qui a recueilli et rassemblé les témoignages de 21 anciennes captives de l'EI. Des récits qui mettent en lumière comment l'organisation jihadiste a élaboré une véritable théologie du viol, un crime désormais institutionnalisé par l'EI. L'enquête de la journaliste Rukmini Callimachi s'appuie également sur des communiqués officiels ainsi que des documents de l'EI posant les grandes lignes de sa pratique esclavagiste.

Principales victimes des actes barbares du groupe extrémiste, les Yazidis sont une minorité religieuse qui représente moins d'1,5% de la population irakienne. Lors de son offensive en août 2014 dans la région de Sinjar en Irak, l'EI a exécuté de nombreux hommes et enlevé des milliers de femmes vendues comme épouses aux jihadistes ou réduites à l'état d'esclaves sexuelles. Une pratique que l'EI justifie par la croyance religieuse.

 

Une campagne d'esclavage minutieusement préparée
Les femmes rencontrées par le New York Times n'ont pas été kidnappées au même moment ni au même endroit, mais elles racontent toutes la même histoire. Les 21 rescapées rencontrées par Rukmini Callimachi affirment que les enlèvements puis les ventes d'esclaves étaient bien planifiées. Les femmes yazidies kidnappées étaient d'abord rassemblées en un même lieu (prison, école primaire ou encore bâtiment municipal), puis « inspectées » et dûment recensées par les responsables de l'EI, avant d'être achetées par des émirs en Syrie et en Irak.

Appelées « sabaya » (« esclaves » en arabe), des milliers de femmes ont été inscrites par les jihadistes dans un registre détaillé, révélant la nature organisée de l'esclavage sexuel. D'après l'enquête du quotidien américain, la traite des femmes est régie par des contrats de vente établis officiellement par des notaires censés donner un statut juridique à l'esclave.

 

(Lire aussi : L'Onu assure que l'EI a une liste des prix pour ses esclaves)

 

La religion pour justifier le crime sexuel
Aux mains des jihadistes, ces femmes voire jeunes filles ont vécu l'enfer. Un enfer que les violeurs enrobaient de religion. Une survivante de 34 ans révèle ainsi que des combattants de l'EI priaient avant et après avoir violé une femme ou une petite fille. Relatant le cauchemar d'une fille de 12 ans, elle décrit la scène dont elle a été témoin : « Il lui attacha les mains et la bâillonna. Puis il s'agenouilla à côté du lit et se prosterna dans la prière avant de se mettre sur elle. Lorsque cela fut fini, il s'agenouilla pour prier à nouveau, mettant fin au viol par des actes de dévotion religieuse ».

Pour justifier leurs actes, les combattants de l'EI prônent une interprétation restrictive du Coran et prétendent que le viol d'esclaves est tout à fait « halal ». Selon les communiqués officiels de l'organisation terroriste, le viol d'esclaves yazidies est une pratique autorisée d'après les principes fondamentaux de la religion.

Le viol « halal » serait, en outre, un argument utilisé pour recruter davantage de jihadistes, le sexe permettant d'attirer des hommes issus de sociétés musulmanes très conservatrices, dans lesquelles la sexualité hors mariage est interdite.

Alors que les troupes de l'Etat islamique ne cessent de grossir, au moins 3144 Yazidies sont toujours retenues captives.

 

Lire l'intégralité du reportage ici.

 

Lire aussi
L'otage américaine décédée Kayla Mueller a été violée par Baghdadi

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dounia Mansour Abdelnour

L'Islam à la Daech est une vraie partie de plaisirs pour les hommes! La dépravation au nom de la religion musulmane n'a pas de limite pour ces extrémistes violeurs de femmes et esclavagistes.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Sadique !

M.V.

Et violer un débile de Daech ...ca fait plaisir a qui...?

Halim Abou Chacra

Effectivement le reportage du New York Times est trop choquant. On y voit réellement que ces hommes de DAECH sont des tarés et des obsédés par le sexe. Littéralement des animaux. Tfeh !....

NAUFAL SORAYA

Ah bon? C'est donc Dieu qui leur ordonne d'être aussi tordus???

Et puis, n'ont-ils pas peur d'être salis et déshonorés en touchant des femmes impures et venues de n'importe où??? Franchement, ils devraient réfléchir avant d'obéir spontanément et aveuglément aux ordres de Dieu...

N'importe quoi... Des obsédés sexuels, c'est tout... Mettre Dieu dans un truc aussi débile...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants