Rechercher
Rechercher

À La Une - violence domestique

Liban : peine de mort requise contre l'homme qui avait assassiné son épouse à la kalachnikov

"Les enfants sont très heureux de la décision du juge", affirme l'avocat de Sarah el-Amine.

Sarah el-Amine, 46 ans, avait été tuée par son mari Ali Zein il y a trois mois. Photo fournie par l’avocat de la victime

Le juge d'instruction du Mont-Liban, Mohammad Bedran, a requis mardi la peine de mort contre  Ali Zein, l'homme qui avait abattu son épouse Sarah el-Amine de 17 balles de kalachnikov. Le crime avait eu lieu le 19 mai dernier à Daouhet Aramoun, au sud de Beyrouth, en présence des enfants de cette femme de 46 ans.

"Conformément à l'article 549 du Code pénal, le juge a exigé la peine de mort contre Ali Zein, a déclaré à L'Orient-Le Jour l'avocat de la victime, Achraf Moussaoui. L'affaire a été transférée à la cour criminelle qui devra exécuter la décision du juge". 

Les enfants de Sarah el-Amine étaient présents au moment de l'annonce de la décision du juge d'instruction. Leur père était quant à lui resté à la prison de Roumieh. "Ils sont très heureux de la décision du juge", a affirmé Me Moussaoui. Selon lui, même si la dernière exécution remonte à plus d'une dizaine d'années, "et même si le verdict reste lettre morte, au moins une décision a été prise". Ali Zein, comme les centaines de détenus condamnés à la peine capitale, devrait attendre de longues années dans le couloir de la mort une éventuelle application de sa peine.

 

Une vingtaine de jours avant d'être lâchement tuée par son époux de neuf ans son aîné, Sarah el-Amine, avait décidé de porter plainte contre lui. Elle espérait que la loi sur la violence domestique, votée par le Parlement le 1er avril 2014, la protégerait de cet homme violent. Pendant 20 ans, cet homme l'avait battue. Un mois avant le meurtre, Ali Zein avait chassé son épouse du domicile conjugal avec ses six enfants. Elle avait alors trouvé refuge chez ses parents, à Bir Hassan. Sarah el-Amine avait toutefois fini par décider de revenir auprès de son mari pour célébrer les 17 ans de Dana, l'une de leur fille. Il la tuera ce soir-là avec une kalachnikov.

Le jour de l'assassinant, l'avocat avait fait part à L'Orient-Le Jour de la volonté des enfants de porter plainte contre leur père. "Je ne retrouverai le repos que lorsque je verrai Ali la corde au cou. Il l'a battue toute sa vie, elle, ma fille unique", avait également déclaré Ali el-Amine, le père de la victime.

 

Lire aussi

Trois questions à Ibrahim Najjar, fervent militant pour l'abolition de la peine de mort


Le juge d'instruction du Mont-Liban, Mohammad Bedran, a requis mardi la peine de mort contre  Ali Zein, l'homme qui avait abattu son épouse Sarah el-Amine de 17 balles de kalachnikov. Le crime avait eu lieu le 19 mai dernier à Daouhet Aramoun, au sud de Beyrouth, en présence des enfants de cette femme de 46 ans.
"Conformément à l'article 549 du Code pénal, le juge a exigé la peine de...

commentaires (3)

DRESSEZ LA POTENCE ! MÊME SI JE SUIS CONTRE LA PEINE DE LA MORT... MAIS IL FAUT QUE CES MEUTRES HORRIBLES DANS NOTRE SOCIÉTÉ S'ARRÊTENT...

L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

08 h 43, le 12 août 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • DRESSEZ LA POTENCE ! MÊME SI JE SUIS CONTRE LA PEINE DE LA MORT... MAIS IL FAUT QUE CES MEUTRES HORRIBLES DANS NOTRE SOCIÉTÉ S'ARRÊTENT...

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 43, le 12 août 2015

  • C'est juste triste....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    02 h 10, le 12 août 2015

  • Exécution à la kalach , puisqu'elle peut encore servir .

    FRIK-A-FRAK

    20 h 11, le 11 août 2015

Retour en haut