X

À La Une

Soldats et kurdes syriens chassent l'EI de Hassaké

Syrie

Vaste offensive rebelle à la lisière de Lattaquié.

OLJ/AFP
28/07/2015

L'armée et les forces kurdes syriennes, alliées de circonstances face à un redoutable ennemi commun, ont porté un coup dur au groupe jihadiste Etat islamique (EI) en le chassant mardi de Hassaké, une ville clé du nord-est du pays en guerre.

Mercredi, le médiateur de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, doit s'adresser au Conseil de sécurité pour faire le bilan de ses consultations avec les acteurs du conflit en vue d'une éventuelle solution politique qui reste néanmoins très lointaine.
Le patron des opérations humanitaires de l'Onu, Stephen O'Brien, prévoit de son côté de se rendre en août à Damas pour, a-t-il dit devant le Conseil de sécurité, tenter d'obtenir du régime de Bachar el-Assad un meilleur accès humanitaire à la population en Syrie où 12,2 millions de personnes ont besoin d'assistance.

Après des victoires retentissantes dans le sillage de sa montée en puissance en 2013, l'EI a perdu ces derniers mois au profit des forces kurdes des localités du nord et l'est syrien, échouant à agrandir son "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, à l'exception de la prise de la cité antique de Palmyre, en mai.

Responsable d'atrocités, le groupe ultraradical sunnite s'est emparé de vastes régions en Syrie, dont la capitale provinciale de Raqqa, la "capitale de son califat", et la quasi-totalité de celle de Deir Ezzor.
Il cherchait à prendre une troisième capitale provinciale, Hassaké, mais son offensive lancée le 25 juin, a fait long feu.

 

(Lire aussi : À Hassaké, soldats syriens et Kurdes font front commun face à l'EI)

 

"Enfants-soldats"
Après 33 jours de combats, les jihadistes "ont été chassés de Zouhour, dernier quartier où ils étaient présents à Hassaké", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'EI a perdu 287 combattants dans les violences et les frappes menées dans les environs de Hassaké en appui aux forces kurdes, par la coalition internationale dirigée par Washington, d'après l'OSDH.

Parmi eux se trouvent 26 "enfants-soldats" recrutés par l'EI, a précisé l'ONG qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie ravagée par la guerre depuis mars 2011.
"L'EI dépend de plus en plus sur les enfants pour les opérations suicide", a affirmé M. Abdel Rahmane.

Dans le camp opposé, 120 soldats et miliciens ont péri, de même que des "dizaines de combattants" des Unités de protection du peuple kurde (YPG, principale milice kurde), selon l'ONG.

L'agence officielle Sana a confirmé que l'armée "a porté des coups durs aux terroristes à Zouhour" mais sans mentionner l'expulsion de l'EI de la ville dont le contrôle est partagé entre régime et YPG.

Au début de son offensive à Hassaké, l'EI avait attaqué la partie contrôlée par le régime et les YPG se sont alliées à l'armée pour défendre la ville d'où 120.000 personnes ont fui selon l'OSDH.
Les forces kurdes ont adopté une position de "neutralité" envers le régime et la rébellion dans le conflit. L'armée avait quitté des casernes dans le nord et l'est, qui ont été prises ensuite par les kurdes.

 

(Lire aussi : Plus de 50 enfants soldats de l'EI tués en Syrie depuis janvier)

 

Assaut rebelle près de Lattaquié
Une victoire de l'EI lui aurait permis d'élargir son "califat". Mais, depuis le début 2015, "nous n'avons pas vu de victoires majeures de l'EI à l'exception de Palmyre. Depuis février, les forces de l'EI ont reculé", a dit M. Abdel Rahmane. "Hassaké est une importante défaite car l'EI a perdu plusieurs chefs, notamment le wali (gouverneur)", a-t-il ajouté.

Cette série de revers s'explique par la perte de la ville frontalière de Tall Abyad, où passaient hommes et armes vers ou de Turquie, et par les raids quotidiens de la coalition contre leurs positions. De plus, l'EI a été la cible ces derniers jours de raids aériens turcs.

La guerre en Syrie -au départ des manifestations pacifiques contre le régime réprimées dans le sang en mars 2011-, est devenue un conflit complexe où s'affrontent armée, rebelles, jihadistes et Kurdes sur un territoire de plus en plus morcelé. Plus de 230.000 personnes y ont péri.

Dans le nord-ouest syrien, rebelles islamistes et combattants d'el-Qaëda mènent depuis lundi une vaste offensive dans la région de Sahl el-Ghab à la lisière de la province côtière de Lattaquié, berceau du clan Assad, au pouvoir en Syrie depuis près d'un demi-siècle. Ils ont capturé collines, barrages et autres positions de l'armée et avançaient dans Sahl el-Ghab, selon une ONG et des militants.




Lire aussi

Ankara et Washington d'accord pour éliminer l'EI du nord de la Syrie

Un journaliste syrien tué par des tirs rebelles à Damas

L'armée syrienne manque d'hommes et doit faire des choix, reconnaît Assad

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

En dépit de l’annonce des consultations, la situation reste confuse

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants