Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Éclairage

Le début de la « bataille (jihadiste) de France » ?

Le gouvernement va pratiquement déclarer le salafisme hors la loi.

Jusqu'à hier matin où des passants ont vu, horrifiés, une tête d'homme accrochée au grillage de cette usine de Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère, les Français croyaient que les décapitations n'avaient plus cours depuis les années terribles de la Révolution. Mais le choc mêlé à l'énorme explosion entendue à proximité ont provoqué, en même temps que la peur, une réelle prise de conscience sur la nécessité d'un début de réflexion et d'une volonté de comprendre et de demander de vraies explications. Jusqu'à hier matin, on se contentait d'exprimer des sentiments d'horreur ou de donner son sentiment sur ce qui se passe chez les autres...
À l'heure du Conseil des ministres restreint à l'Élysée qui coïncidait avec la noria habituelle des experts, spécialistes et autres analystes du petit écran, le Français moyen se posait une seule et même question. Et maintenant ?

Loin des cercles politiques et journalistiques, des observateurs se livraient à des évaluations et supputations oscillant entre le début de la « bataille (jihadiste) de France » et l'acte isolé d'un individu ou d'un tout petit groupe de fous de Dieu.
Les seuls éléments concrets ont été obtenus après la réunion de l'Élysée. Au-delà des déclarations faisant état du renforcement des dispositifs et mesures de Vigipirate dans la région Rhône-Alpes, à Paris et dans d'autres zones dites sensibles, des sources gouvernementales ont laissé entendre qu'au plus haut niveau de l'État, il y a maintenant une volonté de changement qualitatif à divers niveaux.

Même quand il s'agit de parfaits gentlemen...
Au plan sécuritaire, bien entendu, il y a un appel à une plus grande vigilance qui serait assortie de l'adaptation qui s'impose au niveau judiciaire. Explication : des individus fichés pour leurs penchants « salafistes », même s'ils ne sont pas impliqués dans des actes répréhensibles, ne devraient plus évoluer librement. La logique est qu'entre la fanatisation et l'acte, la paroi est très mince.
Par ailleurs, et au chapitre de l'évaluation des risques, il faudrait maintenant garder à l'esprit que les cellules dormantes, dont on parle tant, sont constituées justement par des personnes irréprochables en apparence, au casier judiciaire propre, assorti d'une bonne réputation dans leur entourage immédiat.

Enfin, on croit savoir que les trois ministres concernés (Intérieur, Affaires étrangères et Justice) ont été invités par le président François Hollande à plancher sur les points précis des départs et arrivées des jihadistes présumés qui parviennent à établir des liens entre les centres de commandement et les théâtres de combat.
Autres directives : la guerre contre un certain laxisme au niveau de la surveillance des sources de financement, même lorsqu'il s'agit de « parfaits gentlemen » ou de pays supposés amis. Surveillance plus stricte également des imams en action dans l'Hexagone, notamment sur les points précis de leur formation et de leurs références.
Si cela venait à se traduire dans les faits, le gouvernement pourrait obtenir des résultats dans des délais raisonnables.

Reste à savoir si les boucheries de l'Isère, de Sousse en Tunisie et de Koweit City étaient le signal d'une entrée dans une phase active d'opérations de ce type dans le cadre d'une rivalité à mort, on peut le dire sans jeu de mots, entre le groupe État islamique, l'organisation el-Qaëda et autres réseaux de la mort.

 

Lire aussi
Terrorisme sans frontières

Attentat en France : Yassin Salhi, un salafiste présumé au casier judiciaire vierge

Témoignages : « Même dans les campagnes, les habitants ne sont plus à l'abri... »

La décapitation, arme psychologique des islamistes

Jusqu'à hier matin où des passants ont vu, horrifiés, une tête d'homme accrochée au grillage de cette usine de Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère, les Français croyaient que les décapitations n'avaient plus cours depuis les années terribles de la Révolution. Mais le choc mêlé à l'énorme explosion entendue à proximité ont provoqué, en même temps que la peur, une réelle prise...
commentaires (3)

Dont l'aboutissement final sera de declarer le qatar et la bensaoudie hors la loi . Faut pas se leurrer , pour ecraser le serpent , il faut le noyer a la source .

FRIK-A-FRAK

17 h 11, le 27 juin 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Dont l'aboutissement final sera de declarer le qatar et la bensaoudie hors la loi . Faut pas se leurrer , pour ecraser le serpent , il faut le noyer a la source .

    FRIK-A-FRAK

    17 h 11, le 27 juin 2015

  • HERCULES A DÉCAPITÉ L'HYDRE DE LERNE À LERNE MÊME... SINON ELLE AURAIT DÉVASTÉ ATHÈNES ET LES AUTRES RÉGIONS GRECQUES !!!

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 10, le 27 juin 2015

  • Avant de se focaliser sur les moyens ou sur la méthode pour éradiquer le fanatisme il faudrait peut être tenter de répondre au Pourquoi tout ça ? Ne nous faisons pas d'illusion sur la question de mettre les musulmans comme responsable, ce sont les islamistes eux même qui veulent que les occidentaux s'en prennent à eux ! motif il sont aussi mécréant que les occidentaux, pas de collaboration avec l'ennemi occidental ! donc toutes les mesures répressives prisent par les Européens envers le monde musulman va dans le bon sens de leurs désirs. donc à nous de savoir que faire bien sur lutter contre le fanatisme mais pas contre une religion on n'a pas le choix, sinon c'est notre démocratie qui va s'écrouler et c'est leur souhait ! De même en Tunisie s'en prendre à ce qui fait l'économie du pays, c'est à dire le tourisme, se qui semble stupide pour un occidental est leur souhait, pourquoi ? Le pays est un ventre mou de l'Islam donc il est à combattre et donc saboter son économie et surtout éviter la collaboration du peuple avec les touristes occidentaux. Et de plus le peuple Tunisien va subir la crise et s'en prendre à ce gouvernement collabo voir fuir le pays et envahir avec les autres émigrés les pays Européens. C'est le début d'une guerre dites "de religion" qui n'en est pas une !

    yves kerlidou

    10 h 25, le 27 juin 2015

Retour en haut